LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

10 mars 2013

Interminable cauchemar d'un peuple

M23« Bis répétita non placent », autrement dit, les choses répétées ne plaisent pas toujours. En replaçant cette locution latine dans le contexte chronique d’une impasse politique congolaise, les choses répétées ne semblent plaire qu’aux acteurs politiques et aux groupes rebelles rwandais qui y trouvent leur compte, ce, au détriment d’une population impuissante et traumatiser.

En douze ans de règne, un régime politique quelconque pourrait accomplir énormément de choses, or «Joseph Kabila» par son mode de gouvernement a plus que jamais divisé les congolais. Il a démontré son incapacité à rétablir l’autorité de l’état sur l’ensemble du territoire, permettant ainsi aux groupes rebelles rwandais d’essaimé comme des champignons nocifs sur l’ensemble du territoire national. «Joseph Kabila» n’est ni plus ni moins que le ver solitaire qui consume à petit feu les tripes et qui dévore la RDC de l'intérieur.

D’autre part, la coalition tutsi rwandaise du M23 a démontré de quoi elle était capable malgré la signature des accords d'Addis-Abeba-Kampala. La base s’est désolidarisée de leurs "pantins respectifs" qui sont préoccupés pour l’heure à la préservation de leur fonction. Elle continue a massacré impunément nos concitoyens tout en détruisant au passage les bâtiments administratifs, les églises, à piller, violer les enfants, filles, femmes… Au diable, les premières revendications corporatistes et identitaires. Fait désormais place, le but ultime, l’annexion de l’Est de la RDC par les armes.

Les échecs réitérés des différents dialogues politiques n’ont pas servi de leçons. On reprend les mêmes méthodes et les mêmes pratiques foireuses, dialogues après dialogue. Toujours avec une surprenante précipitation, enrôlée d’une improvisation presque maladive et d’une incohérence totale dans les actes d'amnistie que l’on qualifierait d’irresponsable. Les mêmes acteurs politiques, ceux-là même qui se sont réclamés d’une certaine représentativité, d’une expérience en somme toute relative, d’une compétence indiscutable en matière de politique congolaise se sont rendu précipitamment à Kampala pour finalement bricoler et se satisfaire à la hâte d’un pseudo accord. Lequel accord, par ses manquements et autres légèretés posent toujours davantage de problème qu’il n’en résout.

Voilà comment le peuple Congolais et la République Démocratique du Congo sont pris en otage, parce qu'un groupe d'individus n'ayant rien en commun, ne peuvent pas s'entendre, leurs intérêts n'étant pas les mêmes.

En vérité, ni l'imposteur « Joseph Kabila », ni la Monusco, et encore moins la coalition tutsi rwandaise ne sont porteurs d’espérance pour le peuple congolais. Désormais, il appartient à toutes celles et ceux qui sont soucieux de notre chère patrie de prendre leur responsabilité afin de s’organiser autrement pour constituer un rempart. Il s’agit ici de notre survie en tant que peuple.

O.M.. Le peuple congolais est finalement pris entre le marteau et l'enclume.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Interminable cauchemar d'un peuple

Nouveau commentaire