LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

14 octobre 2009

Sud-Kivu : recrudescence de l’insécurité, des députés provinciaux délégués à Kinshasa

kivu_villeUne délégation de députés provinciaux du Sud-Kivu fera le déplacement de Kinshasa pour faire part au pouvoir central de résurgence de l'insécurité dans cette province en dépit des opérations Kimia II. L’envoi de cette délégation a été décidé à la plénière de l’assemblée provinciale de mardi, rapporte radiookapi.net

Les députés provinciaux du Sud-Kivu sont unanimes : la recrudescence de l’insécurité dans la province depuis le début des opérations Kimia 2 est une réalité. Le rapport de la commission "Défense et Sécurité" de l’assemblée provinciale l’a confirmé. Et à la suite d’une motion du député Maheshe, la plénière du parlement provincial a donc décidé l'envoi d'une mission dans la capitale pour trouver avec le gouvernement national une voie de sortie. La délégation sera composée de sept membres. Selon le rapporteur de l’assemblée provinciale du Sud-Kivu, le député Gilbert Ngongo Lusana, les opérations Kimia II actuellement en cours dans cette province ont également fait l’objet des discussions de leur institution. La délégation en mission à Kinshasa aura l’occasion de faire part aux autorités de Kinshasa des préoccupations des députés de la province par rapport à ces opérations, a souligné la même source, répondant à une question de radiookapi.net

Violence_203_1HRW: " 1 143 civils ont perdu la vie, 7 000 femmes et filles violées"

Des précisions n’ont cependant pas été données, ni sur la date du déplacement de la délégation pour Kinshasa, ni sur la durée sa mission. A noter que l’assemblée du Sud-Kivu soulève la question de la recrudescence de l’insécurité dans cette province au moment où HWR (Human Rights Wath) a rendu un communiqué se basant sur le rapport de 84 ONG sur le bilan des opérations Kimia II. Rapport selon lequel le prix payé par les populations civiles des deux provinces du Kivu est qualifié d’inacceptable. En effet, d’après ce rapport, 1 143 civils ont perdu la vie depuis le début des opérations Kimia en janvier 2 009, 7 000 femmes et filles ont été violées, plus de 6 000 logements ont été incendiés et près de 900 000 personnes ont été forcées à abandonner leurs habitations. Les auteurs de ces violations, souligne le même rapport, sont d’abord les FDLR, pour la plupart des cas enregistrés, et aussi des éléments FARDC déployés pour traquer les rebelles hutus rwandais.

Un appel est lancé dans ce même rapport à la communauté internationale pour que des mesures soient prises, afin de renforcer la situation humanitaire et sécuritaire des populations civiles dans la partie Est de la RDC. Une rencontre est d'ailleurs prévue cette semaine à Washington. Au cours de cette rencontre, la situation sécuritaire dans cette partie du Congo et dans l'ensemble de la sous-région, sera débattue.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Sud-Kivu : recrudescence de l’insécurité, des députés provinciaux délégués à Kinshasa

Nouveau commentaire