LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

19 janvier 2009

Questions directes à Jean-Pierre Kimbulu Moyanso. Mariage France - Rwanda : la RD Congo doit servir de «dot» pour Paris

Kim_202Dernier ambassadeur du Zaïre de Mobutu Sese Seko auprès du royaume de Belgique (1989-1997), Jean-Pierre Kimbulu Moyanso wa Lokwa réagit notamment à l’«initiative de paix pour l’est de la RD Congo» que le président français Nicolas Sarkozy se propose de présenter aux dirigeants congolais lors de son voyage à Kinshasa prévu en mars prochain.

"Il ne viendra jamais à l’idée d’un citoyen Congolais de voir le Rwanda jouer le rôle de locomotive et le Congo se cantonner dans celui de wagon"


Dans une tribune publiée, en décembre dernier, dans «The New York Times», l’ancien sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Herman Cohen, propose l’érection d’un marché commun en Afrique de l’Est afin de mettre fin aux relations conflictuelles entre la RD Congo et le Rwanda. Quel est votre commentaire ?

J’ai noté dans cette tribune que les pays de la région devraient conclure un accord instaurant notamment la libre circulation des personnes et des biens afin de «garantir aux entreprises rwandaises l’accès aux ressources minières et aux forêts congolaises.» Ce qui m’indigne dans ces propositions, ce que c’est toujours le Congo qui doit «donner» au Rwanda pour que la paix revienne. La création d’un marché commun n’est pas une mauvaise idée en soi. J’ai, en revanche, la profonde conviction que dans sa configuration actuelle, le Congo-Kinshasa ne dispose pas de tous ses moyens pour défendre ses intérêts au niveau international. Ce projet est à mon avis inopportun. Prématuré. Et il le sera ainsi aussi longtemps que l’Etat congolais n’aura pas rétablit son autorité effective sur l’ensemble de son territoire.

Lors de l’échange de vœux avec le corps diplomatique à l’Elysée, vendredi 16 janvier, le président français Nicolas Sarkozy a enfoncé le clou en déclarant qu’il prépare une «initiative de paix pour l’est de la RD Congo». En schématisant, le chef d’Etat français entend proposer aux dirigeants congolais la mise en place d’une société congolo-rwandaise en vue d’une exploitation commune des ressources de la RD Congo et trouver une solution à la «question foncière». Qu’en pensez-vous ?

Je suis tenté de dire : de quoi je me mêle ? Je me demande bien la motivation profonde qui pousse Nicolas Sarkozy à vouloir s’occuper d’un dossier qu’il ne maîtrise pas ? Personne ne peut nier à la France le droit de «convoler» avec le Rwanda de Paul Kagame. Est-ce pour autant que la RD Congo doit servir de «dot» pour Paris ? J’ai le sentiment que le Congo-Kinshasa est l’objet d’un immense complot international.

Un complot ourdi par qui ?

Vous avez suivi, comme moi, la communication faite par le chef d’état-major du CNDP annonçant le renversement de Laurent Nkunda, son président. Information démentie par ce dernier. Une semaine après, le général James Kabarebe, chef d’état-major général de l’armée rwandaise se rend à Kinshasa pour conférer avec Joseph Kabila. Vendredi 16 janvier, le chef d’état-major du CNDP se pointe à Goma où il annonce orbi et urbi la fin de la guerre au Nord Kivu. Parmi les signataires du communiqué de fin de guerre, on note les noms des «officiers» du CNDP qui avaient auparavant désavoué le putsch de ce même chef militaire du Mouvement. Tout ceci s’est fait en présence de l’incontournable James Kabarebe venu jouer le rôle de «maître des cérémonies».

Voulez-vous insinuer que le Rwanda vient d’avouer explicitement son implication dans la déstabilisation des provinces du Kivu ?

26022235_pJe vais en venir. Il me semble que les autorités de Kigali ont peut-être pris peur.

Peur de quoi ?

Peur de la récente résolution du Conseil sécurité accusant le Rwanda d’apporter un soutien militaire au CNDP. Les experts des Nations Unies ont souligné la participation des soldats de l’armée régulière rwandaise aux combats au Nord Kivu. Conséquence : la Suède et les Pays-Bas ont déjà décidé la suspension de l’aide au Rwanda. Le Royaume Uni pourrait faire de même. Je crois que tous ces facteurs ont incité les autorités rwandaises à amorcer ce virage à 180 degrés.

En «éliminant» Laurent Nkunda au profit de Bosco Ntaganda, peut-on franchement conclure que la raison qui poussait le Rwanda à déstabiliser les deux Kivu a réellement disparu ? Que pensez-vous de ceux qui allèguent que la «nationalisation» du discours de Nkunda commençait à agacer Kagame dont l’objectif non avoué «se limitait» à garder la haute main sur les ressources minières de cette partie orientale de la RD Congo ?


Personne ne peut nier que Nkunda était proche de Kigali. De succès en succès, l’homme a pris une dimension nationale. Cette situation a certainement gêné Kagame. N’oubliez pas que le président rwandais avait, via le commissaire européen Louis Michel, fait parvenir à Nkunda un message l’invitant à revenir aux «objectifs antérieurs» c’est-à-dire la défense des membres de la communauté tutsie. Il est désormais clair qu’après avoir manipulé Nkunda, le Rwanda a jeté son dévolu sur Ntaganda. C’est un simple changement d’acteur. Je cherche en vain la part du Congo dans ce grand jeu.

Voulez-vous dire qu’on se trouve devant un nouveau subterfuge rwandais

Une chose paraît sûre : les mêmes maux produisent les mêmes effets. C’est une affaire rwando-rwandaise qui se déroule sur le territoire congolais dans la mesure où le problème de fond demeure. A savoir : la présence des troupes rwandaises sur le sol congolais.

Devrait-on, selon vous, se réjouir de «la fin de guerre au Nord Kivu» telle que clamée par Ntaganda ?

Il faut être un parfait naïf pour s’en réjouir pendant que le territoire congolais est toujours occupé par des soldats rwandais.

CPS_SWD87_170109151903_photo00_photo_default_512x340A Kinshasa, le porte-parole du gouvernement a exprimé sa satisfaction en précisant que l’armée nationale est disposée à intégrer les anciens combattants du CNDP dans ses rangs. Qu’en dites-vous ?

Ce sont des gesticulations d’un ministre qui, à mon humble avis, a réagit avant de se livrer à une profonde analyse de la situation. En vérité, rien n’est réglé. Les experts des Nations Unies et d’autres observateurs ont affirmé à maintes reprises que des soldats rwandais participaient aux combats sous la bannière du CNDP. Devrais-je comprendre que le gouvernement congolais va intégrer des militaires étrangers - autrement dit un cheval de Troie - dans les Forces armées de la RD Congo ? C’est une manière d’accepter l’inacceptable.

Revenons un peu à l’allocution de Nicolas Sarkozy. Quelle est la réponse que vous entendez, à votre niveau, opposer à l’initiateur du projet querellé ?

Je me demande franchement comment un chef d’Etat français peut se croire en droit de décréter que le Congo-Kinshasa doit «co-gérer» ses ressources naturelles et partager son espace terrestre avec un des ses voisins ? C’est surprenant qu’une telle initiative vienne de cette France qui est confrontée depuis de décennies aux indépendantistes corses et brettons. L’histoire nous rappelle que la Grande-Bretagne a fait la guerre à l’Argentine pour disputer un «rocher» nommé les îles Malouines, situé en Amérique du Sud. Au moment où nous parlons, les troupes israéliennes et les combattants du Hamas s’affrontent à Gaza pour un problème d’occupation de terre. Sarkozy cherche-t-il à transformer le «Grand Kivu» en une sorte de bande de Gaza ?

Avez-vous le sentiment que l’initiative de Sarkozy est de nature à influer négativement sur la sympathie que les Congolais éprouvent à l’égard de la France et de sa culture ?

Absolument ! Cette sympathie était déjà entamée dans certains milieux congolais suite à l’affaire Bemba. Il est connu que la France exerce une influence subtile derrière le procureur près la Cour pénale internationale (CPI). L’objectif est clair : le maintien de Jean-Pierre Bemba en détention.

Quel serait l’intérêt de la France dans ce dossier?

Les autorités françaises savent que Bemba n’aurait jamais été un interlocuteur aussi malléable qu’est Kabila. Voilà le complot que j’ai évoqué précédemment.

Vous affirmez donc que la France a une part de responsabilité dans l’embastillement du leader du MLC…

C’est un secret de Polichinelle !

Pourquoi ?

Tout simplement parce que la France de Jacques Chirac avait voulu, une première fois, évincer Ange-Félix Patassé, alors chef d’Etat Centrafricain. L’opération avait échoué suite à l’intervention des combattants du Mouvement de libération du Congo. Cette situation avait agacé les autorités françaises. La deuxième opération a réussi suite au départ des troupes du MLC. Il faut dire que la France est rancunière. Et ce, qu’elle soit de Chirac ou de Sarkozy.

Comme expliquez-vous l’absencekabila_sarkozy3 de réaction de la part des autorités congolaises près de 72 heures après l’allocution de Sarkozy ?

Qui doit réagir et quand ? Comme vous le savez, les 16 et 17 janvier sont décrétés jours fériés dans un pays qui devrait être au travail pour relancer l’économie. Le 17 étant tombé un samedi, il faudra attendre la journée de lundi 19 janvier pour enregistrer les premières réactions. A condition, toutefois, que certains responsables ne soient pas tenter de faire le pont …

Le quotidien français «Le Monde» daté 18 et 19 janvier 2009 rapporte que Joseph Kabila a manifesté de «l’intérêt» au plan de paix de Sarkozy lors d’une audience accordée à Bruno Joubert, conseiller pour les questions africaines à l’Elysée. Qu’en pensez-vous

Le contraire m’aurait étonné. Joseph Kabila a, à maintes reprises, démontré qu’il n’avait aucune attache avec le Congo, un pays qui n’est pas le sien. Il n’y est pas né ; il n’y a pas grandi. Le double massacre des adeptes du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo en témoigne. Il en est de même du pilonnage du centre des affaires à Kinshasa à l’heure où les enfants sont à l’école et que leurs parents sont au travail. Personne ne connaît le parcours de Joseph Kabila, encore moins ses amis d’enfance. Il a découvert le Congo lors du déclenchement de la prétendue «guerre de libération» menée par l’AFDL à partir du mois de septembre 1996. Il ne connaît ni le pays ni les hommes qui y habitent. Comment voulez-vous qu’il ait du souci pour ce pays ?

«Le Monde» note cependant qu’aucun accord n’a été signé entre la France et le gouvernement congolais pour matérialiser ce «plan de paix»

La conclusion d’un tel accord ne va pas tarder. Il me semble que Joseph Kabila est prêt à tout pour normaliser ses relations personnelles avec Paul Kagame. Il appartient aux Congolais de se lever comme un seul l’homme pour barrer la route à cette nouvelle imposture en préparation. Il faut reconnaître qu’avant Cohen et Sarkozy, une proposition analogue avait été lancée, à la fin des années 90, par l’ancien sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines Walter Kansteiner. Prétexte invoqué : le pays est ingouvernable parce que trop vaste. Le Congo-Kinshasa est et restera un et indivisible aussi longtemps que les Congolais partageront la volonté de vivre ensemble.

On ne peut faire la paix qu’avec son ennemi, dit-on. Comment voyez-vous l’avenir des relations entre le Congo-Kinshasa et le Rwanda ?

Je vais vous dire quelque chose qui me vient du fond du cœur. Le Rwanda est un pays voisin. Le peuple rwandais est un peuple frère. Les Congolais dans leur grande majorité ont de nombreux amis rwandais voire des parents. Quel que soit l’ampleur du contentieux qui opposer les deux pays, le Congo ne pourra jamais déplacer le territoire rwandais.

Les deux peuples sont donc, selon vous, «condamnés» à coexister ?

Absolument ! En revanche, il ne viendra jamais à l’idée d’un citoyen Congolais digne de ce nom de voir le Rwanda jouer le rôle de locomotive pendant que le Congo se cantonnerait dans celui de wagon. Jamais ! Ceux qui oseront agir autrement subiront la rigueur du jugement de l’Histoire.

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 11:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Questions directes à Jean-Pierre Kimbulu Moyanso. Mariage France - Rwanda : la RD Congo doit servir de «dot» pour Paris

  • REJOIGNEZ LE NOUVEAU MONDE Illuminati. Êtes-vous un politique, étudiant, homme ou femme, si vous voulez la richesse, le pouvoir, l'influence, veut être une étoile, et d'être une célébrité influente et voulez que vos rêves à travers, vous .join excellente occasion d'obtenir 600 000 $ Illuminati aujourd'hui 2 jours, et 5000.000 $ pour bénir les membres à se joindre à ce qu'il aime faire best.Contact: illuminatiofficialsoffer666@gmail.com Ou WhatsApp Appel 22554595382

    Posté par Mr John, 13 octobre 2016 à 15:32 | | Répondre
Nouveau commentaire