LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

27 août 2007

ENCORE...16 morts et 1 survivant de 3ans

*C’est un accident de trop dans la mesure où les larmes versées pour les morts de Kakenge sont encore fraîches. *Les efforts que le gouvernement a faits pour assainir le transport terrestre doivent être renforcés dans les autres secteurs de transport. *Seul un enfant de 3 ans a survécu dans le dernier accident d’avion de Kongololo. *Quel sera son avenir si tous les parents ont péri dans cet accident ? *Selon les informations fournies par la Rva, l’avion partait de Kongolo vers Goma. *Il s’agit encore une fois de fameux Antonov. *Pourquoi le gouvernement hésite-t-il à interdire ces avions dans le ciel congolais ?artoff13490_69df0


Seize personnes dont 12 passagers et 4 membres d’équipage ont péri dans un accident d’avion hier à Kongolo dans la province du Katanga. L’Antonov parti de l’aéroport de cette localité pour se rendre à Goma a connu des problèmes quelques 10 minutes après son décollage et a fini dans ce crash. Le seul survivant de cet accident, renseigne-t-on, est un enfant de 3 ans. Ces informations fragmentaires parvenues hier dans la capitale provenaient du poste de la Régie des voies aériennes (RVA) de Goma qui n’avait pas encore de plus amples précisions sur cet accident qui vient d’endeuiller une fois de plus la République démocratique du Congo au cours de ce mois d’avril 2007 et de relancer la question de la sécurité aérienne dans ce pays. La Rdc qui sort d’une longue période trouble caractérisée par une crise de légitimité et par des guerres de plusieurs natures, a tout intérêt de prendre à bras le corps la question de la sécurité non seulement dans le cadre de la pure territoriale mais aussi dans le secteur des transports. Cette branche qui émarge en bonne place dans les accords signés dernièrement à Kinshasa entre la République sud-africaine et la République démocratique du Congo devra mener à des résultats palpables en chassant du ciel congolais des appareils qui ne seraient plus autorisés de voler ailleurs. Depuis la perestroïka et la chute de l’Union soviétique, la plupart d’appareils volants abandonnés par l’ancienne puissance dans ses républiques satellites de l’Est de l’Europe sont en grande partie du matériel désuet et parfois gardé à terre avec interdiction de ne plus voler. Paradoxalement, ce fut aussi un grand marché que des hommes d’affaires sans scrupules ont découvert pour inonder quelques pays en développement peu regardant en matière de sécurité de leurs populations. C’est le cas de la plupart des Antonov qui ont envahi nombre de ces pays dont la République démocratique du Congo à partir des années 90, non sans faire des dégâts. La catastrophe du marché Type K à Kinshasa qui est l’un des accidents les plus connus de ces types d’appareils dans ce pays a fait près de 500 morts qui n’ont pas été valablement défendus par la justice de leur pays. Le 8 janvier dernier, à la commémoration de l’anniversaire de cette catastrophe, des comités des victimes de cet accident ont de nouveau haussé la voix pour réclamer des dédommagements de la part des personnes morales et/ou physiques qui portent la responsabilité de cet accident. Rien n’est fait jusqu’ici. Ce comportement à vouloir tout jeter dans les oubliettes est un mal que le gouvernement doit s’employer à bannir dans la conduite des affaires publiques pendant cette troisième République que l’on veut être un Etat de droit.

Voyager en sécurité

Arriver à destination après un voyage à bord d’un engin motorisé ne doit pas être un hasard dans un pays organisé. C’est plutôt son contraire qui est un accident lorsque les voyageurs sont empêchés d’atteindre le point de chute par un aléa de la vie. Dans ce pays malheureusement, et depuis ce mois d’août 2007, le secteur du transport est sérieusement ébranlé. Il y a eu d’abord l’accident ferroviaire de Kakenge dans la nuit du 1er au 2 août, auquel vient s’ajouter cet autre enregistré dans le ciel de la province de Katanga. A peine les larmes pour les victimes du déraillement du train de Kakenge séchées, le peuple congolais est de nouveau secoué par ce crash de Kongolo comme si les appels à la prudence et les mesures édictées pour la bonne marche du secteur ne sont ni suivies à la lettre ni complètes. Pourtant, s’il y a des ministères qui ont suffisamment pris arrêtés et décisions pour l’assainissement de leurs secteurs respectifs dans ce gouvernement Gizenga, le ministère des Transports et voies de communication est de ceux-là. Par son action à Kinshasa particulièrement, les passagers à bord des transports en communs voyagent désormais dans un relatif confort contrairement à l’époque où ils étaient entassés à 5voire 6 sur des méchants petits bancs dans des bus et taxi bus. Les conducteurs et leurs clients ont même réappris à porter la ceinture de sécurité… Toutes ces mesures concentrées sur quelques transports terrestres ceux touchant à l’automobile notamment, semblent épargner les mers et les airs. Sur le fleuve Congo, des embarcations impropres à la navigation continuent à faire des navettes en ayant en plus des passagers et des marchandises en surnombre. Dans les airs, des cargos apparemment interdits de voler ailleurs se permettent de transporter également des hommes dans ce pays... Pour ne pas parler d’un domaine de plus complexe, celui de l’expertise technique. Ici, l’apport de la coopération attendue des partenaires déclarés comme l’Afrique du Sud est impatiemment attendu pour que la RVA cesse d’afficher la mine d’enfant pauvre incapable de s’acquitter convenablement de sa tâche.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 09:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur ENCORE...16 morts et 1 survivant de 3ans

Nouveau commentaire