LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

16 février 2013

«Joseph Kabila» ou les dialogues de sourds

Kabila_OEILFERMEAprès avoir mené le pays à la dérive et détruit toutes les forces de contre-pouvoir de la société civile et ourdi des complots dans sa propre coalition aux intérêts rentiers en complicité avec les forces prédatrices internationales. L'homme qui nage à contre-courant des aspirations profondes du peuple congolais et qui a toujours refusé la concertation avec les forces vives du pays contre lesquelles il lance sans arrêt son armée, sa police et ses valets de chambre, veut se donner l’image de promoteur de "dialogue". Mais quel dialogue et à quelles fins ?

Entre sa grande prédisposition à l’imposture, dans la peau d’un Janus qui se joue de la crédulité de la grande masse du peuple par le mensonge et le discours populiste, et son opportunisme, à s’attirer la sympathie de forces antagoniques pour dissiper toute menace sur le système despotique qui l’emploie, les manœuvres politiciennes de «Joseph Kabila» mènent la RDC droit à sa perte.

Petit à petit, année après année, le subterfuge est apparu et le petit prince s’est dénudé, rien n’a changé, le pays reste le même, pire, tous ses maux se sont aggravés. Les vrais décideurs sont toujours là tapis dans l’ombre et le bonhomme se révèle un comédien et un charlatan. 

Après avoir lancé des appels fraternels à Paul Kagamé et à ses bras armés, «Joseph Kabila» s’improvise en homme de "paix" à l'Est du Congo occupé par ses miliciens tutsi rwandais armés qu’il a encensés tout en retribuant chaque parti : le RCD, le CNDP et le M23 etc..Mais les Congolais ne sont pas dupes. Ils connaissent son passé et vivent les retombées désastreuses de sa politique de "paix" qui a permis aux miliciens tutsi rwandais non seulement de s’imposer comme telle sous son règne mais aussi de gangréner tout l'Est de la République Démocratique du Congo en s’alliant avec le régime de Kigali et en prospérant les milieux mafieux qui ont proliféré eux aussi à la faveur de son système corrompu. Les miliciens tutsi rwandais qui occupent l'Est de la RDC, s'emparent des richessses locales, ils pillent, volent, massacrent, violent, torturent et terrorisent les populations locales du Nord-Kivu, malheureusement souvent avec la complicité des congolais eux-mêmes au détriment de leur propre pays.

Le laisser-aller remarqué dans la gestion des affaires sensibles du pays, l’impunité qui caractérise la scène nationale face à la corruption qui ne cesse de prendre gravement de l’ampleur, les détournements quotidiens de l’argent public, le silence complice des responsables, ministres, faucons et mobutistes nous fait croire à un plan de déstabilisation de la RDCongo sans qu’aucune voix opposante ne se manifeste pour dire non au bradage du sacrifice de nos Martyrs, les ennemis du peuple congolais que la Belgique a aidés à prendre les rênes du pouvoir il y a 12 ans de ça se vengent atrocement de tout ce qui est congolais.

Que les intellectuels interviennent et cessent de cautionner par leur mutisme ce chaos.

Losako_CongoLa nouvelle année 2013 qui vient de débuter est en passe d’être unique en matière d’accumulation d’angoisse, d’appréhension suite à l’état de pessimisme que vivent tous les Congolais. Les raisons d’une telle situation sont singulièrement imputées aux contrecoups dévastateurs de la politique entérinée par le pouvoir en place, ce qui rend l’espoir de vivre dans la dignité une fin utopique.

L'irresponsabilité et le manque de vision de la politique gouvernementale de l'Etat congolais ont malheureusement gravement porté atteinte au développement économique et social du pays. Dans un monde de plus en plus incertain, la RDCongo ne cesse de s'affaiblir d'avantage chaque jour. Le danger qui guette aujourd’hui la République Démocratique du Congo, c’est aussi l’opportunisme qui s’étend dangereusement à la société civile et aux partis politiques. Une presse "libre et indépendante" impuissante à s’exprimer, se contentant de survivre dans ce chaos en se réservant le droit à sa part de la rente contre son silence complice.

Par un assommant tapage médiatique de sa propre personne et de son règne qui bat de l’aile, et de sa «démarche du dialogue» qui est non seulement une coquille vide mais aussi et surtout un danger pour le pays, il a trahi, en vérité, ses isolements et tous les revers qu’il a essuyés ces dernières années. Le dialogue congolais se fera sans lui. Car, «Joseph Kabila» a fait des frontières du pays, de ses régions, de son Histoire, de ses partis politiques, une aire de toutes les turpitudes, de marchés informels en neutralisant tout recours à la justice devenue pâte à modeler.

L’opposition a intérêt à ne pas répondre à l’invite «Joseph Kabila» et que toute manœuvre de subornation serait un suicide et une trahison au peuple. Déjà le summum du manque de respect pour le peuple congolais a consisté à négocier et signer un accord avec le M23 qui est réconnu par le monde entier comme étant un mouvement terroriste.

Il faut mettre fin à l’imposture et à l’opportunisme de cet aventuriste narcissique qui agit pour une gloire, qu’il sait chimérique, en monnayant au profit d’une junte tutsi génocidaire la survie du système au péril de la souveraineté nationale.

O.M.. Comment ce kadogo d’un autre temps peut-il encore gouverner un pays comme la RDC ?

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur «Joseph Kabila» ou les dialogues de sourds

Nouveau commentaire