LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

12 avril 2012

Bemba seul au monde ?

BembaLe microcosme politique kinois a les yeux rivés sur l’élection des membres du Bureau définitif de l’Assemblée nationale et la formation du gouvernement dit d’ouverture. La course aux postes est donc lancée. Contre toute attente, plusieurs membres du MLC (Mouvement de libération du Congo) de Jean-Pierre Bemba Gombo sont candidats au poste de Rapporteur adjoint du Bureau de l’Assemblée nationale. C’est le cas notamment d’une nommée... Françoise Bemba Ndokwa. Dans un communiqué publié le 5 février dernier, Jean-Jacques Mbungani Mbanda, parlant manifestement sur instruction de «JPB», fustigeait «certains cadres» du MLC qui se laisseraient «séduire par l’idée d’entrer dans un gouvernement avec la majorité présidentielle». Au motif que le clan kabiliste a «largement faussé le scrutin du 28 novembre 2011».

Les députés de l’opposition - estimés à une centaine - doivent-ils siéger à l’Assemblée nationale ? C’est la question qui continue à alimenter le débat dans les milieux congolais quatre mois après la présidentielle et les législatives du 28 novembre dernier. Pour les tshisekedistes purs et durs - réduits en une portion congrue, il n’est pas question de siéger à la Chambre basse. Un avis partagé au demeurant par de nombreux Congolais tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. «Agir autrement équivaudrait à entériner le «hold-up électoral», commente un activiste politique. «Nous ne reconnaissons pas cette Assemblée nationale, assène, pour sa part, Tharcisse Loseke Nembalemba. Ceux des membres de l’opposition qui y siègent le font à titre personnel». Il faut dire que Loseke fait partie des candidats dits «malheureux». Il faut dire également que d’autres citoyens ont une opinion nuancée. Pour ceux-ci, les députés élus doivent siéger ne fut-ce que par respect pour leurs électeurs. Ajoutant que la Chambre basse constitue une «tribune privilégiée» pour permettre aux parlementaires de l’opposition de faire entendre leur "différence", sans toutefois faire partie du Bureau définitif, encore moins du futur gouvernement dit «d’ouverture».

A Kinshasa, les tractations politiques continuent pour l’élection des membres du Bureau permanent de l’Assemblée nationale. Dans une dépêche datée du mardi 10 avril, l’Agence congolaise de presse publie la liste des candidats aux différents postes. Le vote est fixé à jeudi 12 avril. Surprise. Des députés étiquetés MLC font partie des prétendants au poste de «Rapporteur adjoint». Il semble que le nouveau «Règlement intérieur» de cette Chambre a prévu deux postes «réservés à l’opposition». Une innovation qui ressemble bien à un traquenard. En France, la composition du Bureau (de l’Assemblée nationale ou du Sénat) s’efforce de respecter la configuration politique de l’assemblée. L’UFC et le MLC ont donc mordu à l’hameçon. Marie Thérèse Basiala Maka de l’UFC, Angélique Milemba, Yvon Dangbele Ngotuga et... Françoise Bemba Ndokwa figurent parmi les candidats. La dernière citée est la propre sœur au leader du MLC. La symbolique se passe de tout commentaire. Incohérence ? Question : Comment l’opposition pourrait-elle encore dénoncer les «fraudes électorales» tout en étant représentée dans l’organe directeur de la Chambre basse censée contenir en son sein plusieurs dizaines voire des centaines de parlementaires "nommés" et non "élus"?

Dans un communiqué transmis le 5 février dernier à la rédaction de Congo Indépendant, le MLC Jean-Jacques Mbungani Mbanda, secrétaire national adjoint chargé des Relations extérieures, annonçait tout le mal que le président du MLC, Jean-Pierre Bemba Gombo, pensait à l’idée de «toute alliance» avec «Joseph Kabila» en prévision de la formation du gouvernement. Selon Mbungani, plusieurs cadres de ce parti ont été approchés dans ce sens. Après avoir fustigé «certains cadres» du MLC «assoiffés de pouvoir» - lesquels ignorent que «le MLC comme l’une des composantes essentielles de l’opposition», Mbungani, qui se présentait sous le titre de «docteur en médecine», de conclure qu’il n’est pas question pour le MLC de s’acoquiner «avec ceux-là qui ont largement faussé le scrutin électoral du 28 novembre 2011». Le MLC serait-il prêt à nouer une alliance avec la mouvance kabiliste pour partager des postes au niveau «uniquement» de l’Assemblée nationale? JP Bemba s’est-il dédie ou a-t-il été «désavoué» par la direction de son parti ? Affaire à suivre.

B.A.W

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 04:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Bemba seul au monde ?

Nouveau commentaire