LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

14 novembre 2011

DIEU A DONNÉ, DIEU A RÉPRIS.. ADIEU OWANDJI !

IMG_0648YAHVÉ est mon berger,

je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages. Il me dirige près des eaux paisibles à cause de son nom, même si je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains rien car sa houlette et son bâton me rassurent.

Il dresse devant moi une table, en face de mes adversaires, Il parfume ma tête et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagnent tous les jours de ma vie et j'habiterai dans la maison de YAHVÉ jusqu'à la fin de mes jours.

Ces versets sont assez magiques car elles consolent, affermissent, encouragent dans les pires situations de la vie. Cette prière révèle une force agissante venue d'ailleurs qui ne peut s'expliquer, pourtant elle produit une quiétude absolue chez ceux qui lisent en méditant sur ces versets.

Dans le judaïsme ancien, s'il était un lieu où Dieu ne pouvait pas être, c'était bien le séjour des morts. Dans la prière est pressenti ici quelque chose d'inouï: le Seigneur n'abandonne pas les siens, pas même dans la mort; même dans la mort, même là où nous n'oserions pas un seul instant imaginer sa présence.. Il est amour; Il est fidélité.

Là où pour les autres, et peut-être parfois pour moi-même aussi, Dieu n'est pas, Dieu ne peut pas être… pourtant Il est là et il vient au-devant de moi. Comme pour les disciples sur le chemin d'Emmaüs.

Aujourd'hui tu n'es plus là et tu laisses un grand vide dans nos coeurs. Tu continueras pourtant à vivre avec nous car tu nous as laissé ton amour pour la vie que tu as quitté trop tôt.

Adieu Papa chéri

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur DIEU A DONNÉ, DIEU A RÉPRIS.. ADIEU OWANDJI !

Nouveau commentaire