LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

27 juin 2011

Hélas pour Wade, Dakar n'est pas Kinshasa.. Eteya biso !!

image_69362330Abdoulaye Wade cherche un moyen de se succéder à lui-même. Sans risque. Afin de mourir au pouvoir... après avoir réservé le trône pour son fils. Un rêve de chef d'Etat africain. La Constitution de son pays limitant les mandats présidentiels à deux quinquennats, en vieux briscard de la politique, le vieil homme démontre qu'il a l'esprit retors.

"Hélas pour Wade, Dakar n'est pas Kinshasa et l'opposition sénégalaise est autrement plus coriace"

Des milliers d'opposants à une réforme constitutionnelle au Sénégal ont affronté jeudi les forces de l'ordre à Dakar

Le calme est revenu dans la soirée, après l'annonce du retrait du projet de loi du président Abdoulaye Wade.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs autres villes du Sénégal, dont Ziguinchor, Kolda, Saint-Louis.

Dans sa version initiale, le texte visait à modifier la Constitution pour permettre aux Sénégalais d'élire simultanément, dès février 2012, un président et un vice-président sur la base d'un "ticket" qui, pour l'emporter, pouvait ne recueillir au premier tour que 25% des suffrages exprimés.

Le président Abdoulaye Wade a finalement renoncé à l'intégralité de son projet, y compris la disposition prévoyant la création d'un poste de vice-président. Il avait déjà retiré quelques heures auparavant la disposition la plus contestée consistant à abaisser de 50% à 25% la majorité requise pour être élu dès le premier tour.

Wade.. en vieux singe

arton81145Pour préparer le terrain il a commencé par essayer d'amadouer la « communauté internationale », en affichant avec force son soutien à Ouattara lors de la crise ivoirienne. Puis il y a quelques semaines, il s’est rendu à Benghazi, le fief des rebelles au pouvoir de Kadhafi, lâchant ce dernier sans état d'âme. On sait maintenant que cet activisme dissimulait une bouffée dictatoriale et dynastique : la réforme du code électoral qui consiste, par un tour de passe-passe, à supprimer le second tour de l’élection présidentielle, de sorte que pour se faire élire à la présidence de la République sénégalaise, il suffirait d’arriver au premier tour  de scrutin avec 25 % des voix (au lieu de 50). Comme au Gabon d'Ali Bongo. Face à une opposition morcelée, le tour serait joué d'autant que notre homme considère qu’àprès neuf ans de pouvoir il n’en est qu’à son premier mandat, celui inauguré en 2000 par sa victoire face à Abdou Diouf ne comptant pas pour lui : la limite des deux mandats présidentiels n'a été instituée, (c'est vrai), qu'en 2001.

Dans son projet de réforme constitutionnelle Abdoulaye Wade propose la création d’une vice-présidence. Le futur vice-président, qui pourrait être son… propre fils Karim Wade (lequel est déjà à la tête d’un super ministère) serait élu en même temps que le président dans un " ticket présidentiel ". Machiavélique.

La police lapidée...

Wade-et-son-filsHélas pour Wade, Dakar n'est pas Kinshasa et l'opposition sénégalaise est autrement plus coriace. Nul n'est tombé dans ce piège grotesque. De violents incidents ont en effet éclaté ce 23 juin à Kaolak, Zinguinchor et dans la capitale sénégalaise, aux abords de l'Assemblée entre la police et des manifestants hostiles au texte. Abdoulaye Wade a dû retirer en vitesse son projet de réforme constitutionnelle et décidé de maintenir le système électoral actuel...

Pour autant le président sénégalais a-t-il définitivement renoncé à son entourloupe ? Peu sûr, car l’homme, malgré son grand âge (85 ans aux prunes), ne semble pas être un modèle de sagesse. Au contraire.

Observer avec attention

En tout cas voilà une situation que les Congolais devraient suivre l'exemple. Le peuple sénégalais vient de montrer à la face du monde qu'il est mûr. Debout comme un seul homme, il a, une fois encore, dis… NON au Président Aboudoulaye WADE, qu'il ne veut pas de son projet françafricain de transmission dynastique du pouvoir.

Nous autres (sic), CON-GOLAIS en sommes admiratifs; la seule alternative qui nous reste : s'extasier devant les succès d'autres Peuples sans se demander comment en sont-ils arrivés.

La recette des Sénégalais comme de bien d'autres Peuples bien pensants, c'est l'unité, le sens élevé de l'intérêt général. Dans ce pays, on ne se contente pas de vilipender l'impérialisme à travers des communiqués oiseux, mais on lutte réellement et on se forme à la lutte sur le terrain. Jamais les Wolofs ou les Sérères ont traité les Soninkés, les Diolas ou autres de sous hommes. Les imbéciles, les assassins, les incompétents ou les voleurs se recrutent dans toutes les ethnies. Tant que nous passerons notre temps à nous insulter, rien ne bougera en République Démocratique du Congo.

Ne nous trompons surtout pas d’adversaire.. Eteya biso !!

O.M.. Debout Congolais !

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 14:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Hélas pour Wade, Dakar n'est pas Kinshasa.. Eteya biso !!

  • WADE DEGAGE !!!

    Abdoulaye Wade est un autre pion de l’impérialisme français en Afrique, cela est désormais très limpide. Il a mis le feu à la Côte d’Ivoire de Gbagbo, a manœuvré pour faire tomber Dadis Camara en Guinée et s’est rendu à … Benghazi, en Lybie, pour dire ouvertement son soutien aux insurgés, à la rébellion contre Kadhafi. Parce que monsieur veut faire de son rejeton Karim Wade qu’il a présenté récemment … à Barack Obama, le futur président du Sénégal, il voulait instaurer une vice-présidence avec une candidature couplée. Les Sénégalais qui l’ont vu venir, et ont tout de suite senti la perfidie, ont adressé un message clair au vieux président qui l’a fait reculer. Le peuple sénégalais dit déjà à Wade, « assez, dégage ! ».

    Posté par Fatima, 28 juin 2011 à 13:56 | | Répondre
Nouveau commentaire