LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

04 mars 2011

"Joseph Kabila" à Kisangani

kabila_06_03_09Selon une dépêche de l’Agence congolaise de presse datée du vendredi 4 mars, "Joseph Kabila" est arrivé ce même vendredi à Kisangani, chef-lieu de la Province Orientale. Depuis l’attaque vraie ou supposée de sa résidence, dimanche 27 février, le président sortant n’a pas été vu en public. Cette éclipse a suscité les rumeurs les plus folles.

Selon cette dépêche de l’ACP, "Joseph Kabila" est arrivé vendredi à 15 heurs 55’ locales à Kisangani. Il revenait de Nairobi où il a séjourné durant 48 heures. Au Kenya, il a participé à un sommet sur "la lutte commune contre l’exploitation illicite des matières premières" organisé par la "Conférence internationale des pays des Grands Lacs" (CIRL).

La dépêche précise qu’avant de quitter la capitale kenyane, "Kabila a eu un deuxième entretien avec son homologue kenyan Mwai Kibaki" avant de visiter "quelques chantiers" à travers la ville de Nairobi.

Quatre jours après les " événements du dimanche 27 février", l’opinion congolaise attend toujours de savoir ce qui s’est réellement passé. Les autorités congolaises semblent afficher un silence embarrassé. Le ministre de la Communication et presse, Lambert Mende Omalanga, a perdu le peu de crédibilité qui lui restait encore en donnant des versions confuses. Il a, dans un premier temps, parlé de "tentative de coup d’Etat" menée par des gens "lourdement armés". Dans un second temps, la tentative de putsch est devenue une "attaque territoriste primaire". Les assaillants, au nombre de trente, n’étaient plus munis que de quelques "armes blanches" et autres machettes. Outre le camp Kokolo, ils voulaient attaquer d’autres cibles dont l’aéroport de Ndjili et le siège de la radio télévision nationale.

Dans le communiqué publié, lundi 28 février, par le ministre de la Défense nationale à l’issue de la réunion du Conseil supérieur de la défense, on apprenait qu’un "groupe armé" a tenté de "troubler l’ordre public en attaquant la résidence officielle du président de la République, les sièges des autres institutions et la base logistique centrale des forces armées. "Nos forces de sécurité les ont maîtrisés faisant des morts et des capturés parmi eux." Comme à son habitude, le "raïs" reste muet. Il se ballade pendant que "son" peuple attend de connaître la vérité. Quelle est en définitive la bonne version de cette histoire pour le moins rocambolesque?

Madeleine Wassembinya (avec ACP)

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur "Joseph Kabila" à Kisangani

Nouveau commentaire