LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

26 novembre 2010

Procès Bemba : le témoignage du n° 38 mis en doute.. Un bon point pour la défense !

bemba_cpi2A La Haye où se poursuit le procès de Jean-Perre Bemba , ancien vice-président de la République démocratique du Congo, la défense a entamé le 25 novembre le contre-interrogatoire du premier témoin dont l'identité est dissimulée. Les avocats ont trouvé des failles, en particulier concernant les dates d'exactions rapportées par celui qu’on présente comme le n°38.

La défense a mené le contre-interrogatoire du témoin en cherchant les failles, et elle en a trouvées. C’est le Britannique de l’équipe qui a d’abord pointé les contradictions sur les dates. Dans sa déposition en avril 2008, le témoin affirmait au bureau du procureur que les rebelles du général centrafricain Bozizé étaient entrés au PK 12 de Bangui le 25 décembre 2002.

A l’époque, le général dissident tentait de renverser le président Patassé. Mais ses troupes sont arrivées au PK 12 deux mois plus tôt, le 25 octobre, avant d’en être chassées par les hommes de Jean-Pierre Bemba. Le témoin dit aujourd’hui qu’il éprouve des difficultés avec les dates : « Pour ce qui est de l’explication des évènements je peux le faire mais avec des dates approximatives ».

« Mais tout de même », insiste l'avocat britannique, « le 25 décembre pour un chrétien comme vous, c’est une date dont on se souvient ».

« Je suis chrétien-pentecôtiste, nous ne tenons pas tellement compte de cette fête du 25 décembre. Pour nous c’est une journée comme tout autre » répond le témoin.

pk12Une affirmation qui est une contre vérité pour les pentecôtistes. L'avocat continue son travail de sape. Avant-hier, le témoin a dessiné un croquis très précis du PK12 pour situer les bases que la milice de Jean-Pierre Bemba avait reprises aux rebelles centrafricains. L’avocat demande au témoin de marquer cette fois, où se trouvaient précédemment les bases de Bozizé.

« La rébellion de Bozizé … Ses élément étaient excessivement mobiles. Donc je suis dans l’impossibilité de vous situer exactement où ils étaient. Ils étaient partout ».

Durant tout l’interrogatoire la défense de l’ancien vice-président congolais a posé des questions beaucoup plus incisives et pointues que celles de l’accusation. Le témoin a été mis en difficulté, et son témoignage mis en doute. Pour sa première prestation, le 25 novembre, la défense a indéniablement marqué un point. RFI

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 08:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Procès Bemba : le témoignage du n° 38 mis en doute.. Un bon point pour la défense !

    j p bemba

    c malheureux avc c genre d proces premier temoin ds la confusion ,,voila comment Dieu est entree' de confondre les faut temoin masquer d tte facon politise'

    Posté par pitshou, 27 novembre 2010 à 09:54 | | Répondre
Nouveau commentaire