LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

26 mars 2010

MSF aurait dû déclarer la présence de rebelles dans un hôpital

image_file_1981Le gouvernement de la RD Congo (RDC) a accusé jeudi Médecins sans frontières (MSF) d'avoir "délibérément" omis de déclarer aux autorités la présence de rebelles soignés par l'ONG dans un hôpital de l'est, où des militaires sont venus les enlever de force.

Dans un communiqué du 18 mars, MSF avait dénoncé "une violation des principes humanitaires" après, selon l'ONG, l'enlèvement de force par l'armée congolaise de quatre blessés, dont deux rebelles hutus, à l'hôpital de Katanga le 12 mars, dans la province du Sud-Kivu (est).

Pour le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, cette incursion des soldats dans l'hôpital était justifiée car "tout blessé ennemi soigné dans un territoire ennemi, a statut de prisonnier", a-t-il affirmé à l'AFP.

fdlr_soldats_8Les rebelles hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) "sont des étrangers et nous menons dans cette région une opération contre eux. MSF devrait bien sûr les soigner mais aussi signaler leur présence à la police", a estimé M. Mende, accusant l'ONG d'avoir "délibérément" omis de signaler la présence de ces rebelles.

M. Mende a par ailleurs affirmé que tous les rebelles présents à l'hôpital n'étaient pas des malades.

"Le gouvernement rappelle MSF à l'ordre (...) Ils doivent savoir qu'en RDC aussi on connaît les règles du droit international", a conclu le porte-parole.

Contacté, un membre de MSF s'est dit "choqué par ces allégations". L'ONG a réaffirmé que tous les rebelles soignés étaient malades et dénoncé la "politisation de cette affaire".

Depuis début janvier, l'armée congolaise a lancé une opération contre les FDLR au Nord-Kivu (est) et au Sud-Kivu, avec le soutien de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc).

Dans ces deux provinces instables, des équipes de MSF sont actives, souvent dans des zones reculées, pour soutenir notamment des centres de santé, mettre en place des cliniques mobiles ou gèrer des programmes médicaux.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 11:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur MSF aurait dû déclarer la présence de rebelles dans un hôpital

  • PAS TOUT MELANGER

    Il ne faut pas mélanger les genres, le rôle des médecins c'est de soigner et pas de faire la police sauf dans les États totalitaires...Nous devrions être contents d'avoir les "French doctors" chez nous car partout ou ils passent, les vies renaissent.

    Posté par kisanga, 29 mars 2010 à 21:13 | | Répondre
Nouveau commentaire