LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

22 janvier 2010

Un conflit de "faible" intensité au Kivu... Mais qui va durer encore longtemps !

van_179363Casques bleus et armée congolaise sont à présent sur la défensive face aux FDLR. Affaiblis, les rebelles hutus se livrent à une guérilla qui peut durer longtemps.

Je viens au Kivu pour comprendre ce qui s’est passé et ce qui se passe, afin de pouvoir en juger" a expliqué Steven Vanackere à la presse à son arrivée, mercredi soir, à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, une des principales zones de violence du Congo. "Je veux voir de mes yeux et entendre de mes oreilles" a précisé le ministre belge des Affaires étrangères. Dans ce but, il a rencontré, au-dessous d’un volcan Nyiragongo couronné de nuages, les autorités et élus provinciaux, la Monuc (Mission de l’ONU au Congo), les diplomates européens en poste à Goma, la communauté belge, la société civile et le chef de l’armée congolaise au Kivu, le général Vainqueur Mayala, commandant de la 8e Région militaire. ("Je ne l’ai pas félicité, mais j’ai écouté ses arguments" dira le Belge.)

M. Vanackere arrive à Goma alors que l’opération Amani Leo prend la suite de Kimia II, au cours de laquelle la Monuc et l’armée congolaise ont collaboré contre les FDLR (rébellion hutue rwandaise, issue des génocidaires). Mais cette collaboration a mal fonctionné, les forces congolaises ne mettant généralement pas les casques bleus au courant de leurs intentions et ne les utilisant que pour en recevoir une aide logistique. La Monuc a néanmoins été associée ainsi aux exactions commises contre les civils par l’armée congolaise, abus qui ont entraîné la fin de l’opération.

kivu_massacreEn décembre, le Conseil de sécurité de l’Onu avait rappelé la Monuc à son devoir de protection des civils, tout en laissant entendre au gouvernement de Kinshasa que ses pressions pour un plus grand engagement des casques bleus en faveur de l’armée congolaise étaient mal venues. "Amani Leo" est donc placée sous le signe de "la paix maintenant" - sa traduction du swahili.

Dans la pratique, constate-t-on à Goma, les casques bleus et l’armée congolaise passent d’une opération offensive contre les FDLR à une opération défensive. "La première a donné un grand coup de pied dans la fourmilière, qui a éparpillé les FDLR - mais ils sont toujours là" explique une source bien informée de Goma à "La Libre Belgique". "La seconde, destinée à sécuriser les zones libérées et à lancer des opérations ponctuelles contre les rebelles rwandais, reconnaît de facto que ceux-ci ont l’initiative". D’une guerre classique de positions, les FDLR sont passées à une guerre de guérilla, qui peut durer longtemps.

Les FDLR ont, en effet, été affaiblies lors des opérations lancées contre elles, mais pas vaincues. Elles ont perdu une partie des ressources naturelles qu’elles exploitaient au Kivu (mines, bois), mais pas toutes : elles gardent des mines, ainsi que les revenus légaux tirés de leurs investissements, notamment dans l’hôtellerie et les stations service de Goma. Les rebelles rwandais ont vendu leur bétail et renvoyé au Rwanda nombre de leurs familles. Ils ont donc perdu une partie de leur assiette financière au Kivu, mais gagné en liberté de mouvement. On est aujourd’hui dans un conflit de faible intensité - à surveiller attentivement.

Les "succès remportés" en 2009 - la collaboration Congo-Rwanda (plus impopulaire à Kinshasa qu’au Kivu) et le ralliement du CNDP (rébellion du Tutsi rwandais Laurent Nkunda, détenu au Rwanda depuis un an) à l’armée congolaise, ainsi que celui de groupes maï maï (combattants congolais anti-Tutsis) - risquent en effet de disparaître, estiment plusieurs analystes, si leur intégration militaire n’est pas accompagnée d’une intégration politique. En clair : l’octroi d’un ou deux postes officiels au Kivu et au gouvernement national, une perspective qui agite depuis plusieurs semaines le monde politique kinois, où elle passe mal. La Libre

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Un conflit de "faible" intensité au Kivu... Mais qui va durer encore longtemps !

Nouveau commentaire