LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

06 novembre 2009

Mwamba a vu Fantomas, il a fui... à paris après une menace virtuelle !

francois_MwambaEn politique, le courage vaut plus que n’importe quelle autre qualité. Pour avoir fait montre de courage politique, Charles de Gaulles a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire contemporaine. Tout comme Nelson Mandela qui a accepté plus de deux décennies de bagne plutôt que de faire des concessions à l’apartheid. L’exemple le plus récent lié à notre propre histoire est celui de Vital Kamerhe, brave et sans états d’âme face à une meute vindicative de l’AMP.

A contrario, François Mwamba Tshishimbi, lui, a eu la pétoche. Pour si peu que quelques SMS de menaces de mort amplifés par un site Internet sous la signature d’un certain colonel Joris Kombe, le secrétaire général du MLC a embarqué dans le premier avion en partance pour Paris. Un réflexe légitime pour tout être humain guidé par l’instinct de conservation. Surtout qu’en politique, il est conseillé au chef de toujours se préserver, de crainte que sa disparition n’arrête la lutte. Au delà de ces considérations fort discutables, il faudra faire une différence entre une menace physique réele et celle dirigée contre Mwamba qui n’a pas dépassé la phase virtuelle.

Les texto du pseudo Joris Kombe n’ont été rien d’autre qu’une manipulation que n’importe qui peut mettre en route à partir de n’importe quel endroit du monde grâce aux nouvelles technologies de la communication. Combien de journalistes et bien d’autres personnalités n’en ont-ils pas été victimes ? Il y en a eu même des très salaces qui promettaient de jeter les histoires d’alcôve de tel ou tel autre homme d’Etat dans la rue sans que la menace ne se matérialise par la suite.

Barack Obama est entrain d’en faire l’expérience à sa manière. Que des menaces de mort formulées, via des texto, chaque jour à ce premier Président afro-américain à la tête d’une Amérique traversée encore par des courants résiduels mais très vivaces du Ku klux klan. S’il faille qu’à chaque menace de cette nature, le chef se mette à l’abri, il fnira par n’y avoir personne pour diriger. En allant se terrer à Paris, Mwamba n’a-t-il pas exécuté l’exigence de son fantôma-tique persécuteur qui lui demande de démissionner de ses fonctions avant l’élection d’un nouveau gouverneur à la tête de la province de l’Equateur ?

Il est parti sans s’imaginer combien de temps durera la supposée menace. Mwamba aura donc à appeler chaque fois les siens à Kinshasa pour être rassuré qu’il peut rentrer. Une hypothèse aussi cocasse que probable: si jamais Mwamba rentre un jour et que la menace se renouvelle, il repartira à nouveau. Et jusqu’à quand ? Dommage pour Mwamba, il a raté l’occasion de passer son karma, quitte à en sortir revêtu de cette dimension mystico-charismatique qui fait les grands hommes.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 05:57 - Permalien [#]