LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

22 octobre 2009

Le « cadeau empoisonné » des belligérants.. tutsis rwandais !

image_file_2524Malades au crépuscule de la 2ème république, notre armée (ex-FAZ) et notre police (ex-Gendarmerie nationale et ex-Garde Civile) le sont devenues davantage sous le Régime du 1+4, la fameuse recette du partage du pouvoir et des responsabilités entre belligérants congolais à l'issue du Dialogue inter-congolais en avril 2003. S'agissant de la défense nationale et de la sécurité du territoire, « Composantes » et « Entités » se sont attribuées des quotas, que chacune devrait « remplir » à sa guise des militaires et policiers de son choix.

Entre 2003 e|S006, on a assisté à l'envahissement de ces corps spécialisés par des « Kadhafi » (vendeurs clandestins du carburant), « Shegués » (enfants de la rue), « Kuluna » (criminels), déserteurs des ex-FAZ, de l'ex-Gendarmerie Nationale et de l'ex-Garde Civile, des élèves, des étudiants, des analphabètes, des voleurs professionnels, des prostituées, des filles-mères... Bref, des éléments ne répondant à aucun profil se sont faits soldats ou policiers un peu comme par un tour de passe-passe.

Mais, il y a eu pire. Des milliers des fictifs ont gonflé les listes des « Composantes » et « Entités » transmises aux états majors généraux de l'armée et de la police ainsi qu'aux services de paie des ministères de la Défense Nationale et de l'intérieur. Depuis six ans, le Trésor Public congolais est saigné à blanc par les gestionnaires des militaires et policiers « fantômes ». Jusqu'à ce jour, la taille réelle des effectifs des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise- n'est pas connue. A en croire le chiffre livré la semaine dernière au Sénat par le ministre de la Défense Nationale, l'armée congolaise serait forte de 119.000 hommes. Au regard du nombre des militaires en divagation à. Kinshasa et en provinces ainsi que de l'enveloppe de paie débloquée mensuellement pour ce ministère, les Sénateurs ont accueilli ces statistiques avec beaucoup de réserve, sinon de scepticisme.

Policier_Anti_Emeute_25juillet2006_1Recensement, une initiative louable

En attendant que l'actuelle opération de recensement des policiers puisse fixer l'opinion sur la taille de la Police Nationale Congolaise, constatons avec d'autres compatriotes que ce corps souffre d'une pléthore d'éléments non qualifiés et des fictifs lui légués par les « Composantes » et « Entités ». Lorsque l'on pense que des policiers avaient été recrutés à partir des stades, des maisons communales, des bureaux des territoires et secteurs, sans le moindre test physique ou psychotechnique, l'on ne peut pas s'étonner de rencontrer aujourd'hui des milliers de policiers errant dans les villes et les campagnes, beaucoup plus prompts à « faire un coup » qu'à sécuriser les personnes et leurs biens. De prime à bord, l'initiative visant à connaître le nombre exact des policiers congolais, à les identifier, à reconstituer leurs dossiers administratifs, les utiliser des taches correspondants à leurs aptitudes intellectuelles et physiques et, à terme, à les payer correctement est louable. Il faut espérer que les agents recenseurs ainsi que la « hiérarchie » mettront le maximum de transparence et de sérieux dans les contrôles des effectifs, de manière à redonner à la Police Nationale Congolaise un visage compatible avec ses missions de maintien de l'ordre public et de protection des personnes et des biens.

610x0CNDP et groupes armés intégrés : un fâcheux précédent

On ne critiquera jamais assez la procédure d'intégration automatique des membres du mouvement rebelle CNDP (Conseil National pour la Défense du Peuple) et des groupes armés du Nord-Kivu au sein des FARDC et de la Police Nationale Congolaise. Cet acte est gravé dans la mémoire collective comme un fâcheux précédent à inscrire dans la ligne de la « prime à la guerre » accordée aux belligérants signataires de l'Accord Global et Inclusif qui a régi la énième transition congolaise, de .2003 à 2006.

Si la volonté de nettoyer les écuries militaires et policières est réelle, l'on devrait éviter, à l'avenir, l'aventurisme dans le travail de construction d'une armée et d'une police républicaines. Les séquelles de l'irresponsabilité des « Composantes » et « Entités » sont si profondes qu'il faudra un temps fou pour les éradiquer  définitivement. Encore une fois, l'on se réjouit de la remise en ordre décidée par le général Sabiti et lui souhaite pleine réussite dans sa lourde et délicate tache d'assainissement d'une structure fortement minée de l'intérieur. O.M/Le Phare

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 13:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le « cadeau empoisonné » des belligérants.. tutsis rwandais !

Nouveau commentaire