LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

02 octobre 2009

Tshisekedi: voici ses 10 erreurs

tshikedi_Ruberwa...............................................................................................

Près d’une vingtaine d’années de lutte pro-démocratie et une quasi décennie sacrifiée à combattre le MPR parti-Etat du féroce dictateur Mobutu Sese Seko en compagnie des pères fondateurs de l’UDPS comme Ngalula Pandanjila et autres Makanda. Au total, cela fait plus d’un quart de siècle qu’Etienne Tshisekedi court un marathon sans ligne d’arrivée, un quart de siècle que des énergies se libèrent de la multitude vers lui sans qu’il n’arrive à transformer et à faire aboutir le combat.

Chaque fois qu’il est le plus attendu pour montrer la voie, et même quand le concours des circonstances se présente sous le meilleur jour, les choix stratégiques de l’historique opposant font qu’il rate toujours le coche. Comme en 1995 lorsqu’il se ft doubler lors des concertations du Palais du peuple sous la conduite de Frédéric Kibassa Maliba dit “Le lion du Katanga”. Ou en 1997 quand il offrit sur un plateau un des triomphes les plus retentissants de la transition à son adversaire Mobutu, retour de Roquebrune, Cap Martin, dans le midi de la France. Ou encore avec cette prophétie non-accomplie claironnée à cor et à cri, à savoir qu’il n’y aura pas d’élections en 2006.

Que d’erreurs stratégiques le long d’un parcours pourtant mémorable. Une, deux, trois erreurs, combien Tshisekedi en a-t-il commises pour qu’il se retrouve, aujourd’hui, dans la situation de celui qui court après les événements après avoir tenu la classe politique en haleine pendant toutes les années 90 ? Dix peut-être. Ou une litanie. Il faudra bien qu’un jour les historiens en fassent le décompte. A commencer par cette sortie manquée que le patron de l’UDPS a effectuée sur “RA-DIOOKAPI”, le 28 septembre dernier. Deux ans qu’il n’avait plus parlé à ses compatriotes pour des raisons de convalescence. Pour la première fois qu’il retrouve l’usage de la parole -du moins en public- Tshisekedi n’a pas trouvé mieux que de réitérer sa position d’il y a quatre ans. S’il a appelé à aller aux élections générales de 2011, il n’a pas moins renouvelé son boycott passé en ignorant les élections locales et urbaines prévues l’année prochaine. Les sceptiques en ont reçu la confirmation avec l’intervention de Valentin Mubake sur la même radio onusienne, le même jour dans la soirée, dans l’émission “Dialogue entre Congolais” de l’excellent confrère Alain Irung. Mubake a inscrit ce scrutin dans la suite du processus entamé depuis 2005 avec l’organisation du référendum sur la Constitution et affirmé ne pas trouver des raisons de changer la position de l’UDPS là dessus. Tshisekedi_parlementair_deb8

Quelle façon de faire la politique que de garder une attitude figée même quand la dynamique commande de rectifier le tir ? A la manière de quelqu’un qui s’entête à dire non simplement parce qu’il avait dit non au départ. Même quand ce non n’a plus de raison d’être. Le péché de Mubake, c’est qu’il perçoit les choses sous un angle manichéen, en termes de qui a raison et qui a tort. L’UDPS a raison. Elle avait prédit que le processus tel que mis en route n’allait pas conduire à la satisfaction des attentes générales. Pour rester du bon côté, il n’est donc pas question pour Mubake de rejoindre le processus à un niveau ou un autre. Tout cela est bien beau, surtout s’il s’était agit d’une affaire judiciaire. En politique, ce n’est pas d’avoir raison qui compte mais de conquérir le pouvoir pour faire selon sa vision du monde. Sinon, que Mubake parle alors d’un boycott de principe qu’il n’est pas prêt à reconsidérer pour des simples raisons de ferté personnelle, d’un “égo” injustifiable en politique. Ego qu’il a innoculé à Tshisekedi ou qu’il partage avec lui. Ego qui aveugle le couple au point qu’il ne voit pas que le parti tshisekediste n’a rien à perdre s’il décide de concourir en 2010. En tout cas, l’UDPS a tout à gagner. Pour un parti qui n’a jamais participé à une élection démocratique au suffrage universel, ce scrutin lui servira de phase préparatoire aux prochaines élections générales.

Kabila_20ThisekediElection-test

Il y aura des leçons à en tirer assûrement sur comment s’y prendre quant à la constitution des dossiers des candidatures jusqu’à leur acheminement à Kinshasa dans un pays de près de 2 ,5 millions de km2 avec plusieurs contrées inaccessibles par les moyens de locomotion ordinaires. Là dessus, les autres concurrents ont appris beaucoup avec les dernières élections. Ils savent depuis où prendre la pirogue, où passer à gué dans les milieux les plus inhospitaliers à une campagne électorale. Cela s’appelle une expérience. Bonne, mauvaise, ou viciée, elle en est une. Elle vaudra toujours plus que l’inexpérience du néophyte qui n’a d’autre choix que de procéder par essai erreur quand il ne se plante pas carrément. Ce scrutin de 2010 cache bien d’autres gains pour Tshisekedi. De servir de test suffira déjà. Quitte à se rendre compte où est-ce que l’UDPS est forte où est-ce qu’elle ne l’est pas après plusieurs années d’une sorte d’hibernation. Test pour ce Mubake lui-même, qui fait la grande gueule à Kinshasa, sans avoir fait ses preuves nulle part au monde, même chez lui à Bukavu. Plus de gain dans cette élection si jamais l’UDPS s’alignait et qu’elle réalisait un score confortable. Quoi de plus pour remettre Tshisekedi en scelle dans toutes ces capitales du monde où presque plus personne ne l’intègre dans ses calculs politiques. Même au pays, toute cette génération des années ‘90 qui n’a appris Tshisekedi ni dans les manuels scolaires ni à la télévision, cette nouvelle génération donc pour laquelle la politique a commencé avec Joseph Kabila Kabange et Jean-Pierre Bemba Gombo -par ailleurs assez importante dans l’électorat- apprendra à compter avec l’histoire tshisekediste. Elle qui ne sait de Tshisekedi qu’une seule chose, qu’il fut le champion de la politique de la chaise vide, selon le cliché le plus répandu. Le sphinx n’aura fait que conforter cette image s’il boudait 2010. A partir de ce moment là, il faudra qu’il se prépare à en tirer les conséquences l’année suivante. Des sièges gagnés aux locales, c’est aussi une toile des leaders locaux à transformer en relais lors de la campagne présidentielle.

A un autre stade, ces mêmes leaders pourront servir à revitaliser le parti au niveau de la base. Un peu à l’idée de ce que le professeur Thierry Nlandu déclarait sur “RADIOOKAPÏ” en contradiction avec Mubake. Cet ancien activiste du Groupe Amos a soutenu que le pays ne se change pas que par le sommet. Tshisekedi l’a-t-il entendu ?

tshisekedi_mobutuActeur politique hermétique

Pas évident de la part d’un acteur politique connu pour son hermétisme. En 1995, il avait refusé d’écouter Kibassa et avait perdu l’opportunité de revenir aux affaires dans le cadre des concertations du Palais du peuple évoquées plus haut. Il se passe, cette année-là, que l’Acte fondamental de la transition tombe en désuétude à partir de juillet si le HCR-PT ne vote pas une prolongation. Mobutu contrôle le Parlement mais ne peut à lui seul réunir la majorité de deux tiers exigée pour une révision constitutionnelle. Il a donc besoin d’un appui des députés de l’USOR et Alliées, l’opposition tshisekediste de l’époque. Le Léopard anticipera plusieurs mois avant avec l’envoi des émissaires sur rue Pétunias, à Limete. Opération de charme d’un félin réaliste à souhait.

Tshisekedi y verra l’occasion de renégocier “son” poste de Premier ministre que lui a soufflé Léon Kengo wa Dondo aux termes d’une élection controversée au sein de l’opposition. L’opposition tshisekediste saisira ce prétexte pour amener André Bo-Boliko au poste de premier vice-président du HCR-PT, laissé vacant avec la disparition du patriarche Joseph Ileo Songo Wamba. L’autre point des discussions concernera le départ de Mgr Laurent Monsengwo Pasinya du perchoir. L’opposition reproche au Préalat d’avoir fait passer la troisième voie avec Kengo. Mobutu le juge dangereux avec ses entrées dans plusieurs capitales occidentales. Quand les négociations commencent, Tshisekedi ne se doute de rien. Naïveté ou preuve de bonne foi, la question de son retour à la Primature est inscrite en dernier lieu.

La nomination de BoBoliko se déroule sans anicroche. Tout comme le limogeage de Monsegwo. Et enfin, la prorogation de la transition à laquelle Mobutu tenait pour conserver la légitimité du régime est conclue. Lorsqu’arrive le moment de parler du cas Tshisekedi comme Premier ministre, Mobutu renvoie Carbure Mandungu Bula Niati comme chef de fle des FPC pour le remplacer par Idambituo Bakaato, l’actuel député de la Province Orientale, réputé proche de Vital Kamerhe. Dans un scénario bien classique, le nouveau chef de fle mobutiste dit à ses interlocuteurs de l’opposition qu’il ne connaît rien de tout ce qu’ils ont fait avec Mandungu. Le rideau tombe. Il se levera sur un confit mortel entre Tshisekedi et Kibassa, le premier accusant le second d’avoir travaillé contre ses intérêts alors qu’il aurait suff de changer l’ordre de priorité de questions à négocier pour coincer Mobutu. Les deux leaders qui ont marié leurs enfants iront jusqu’à la séparation en 1996. En 1997, Tshisekedi se fera encore rouler. Et cette fois-ci de manière plus tragi-comique puisqu’il s’est rendu jusqu’à Nice pour reconfoter un Mobutu fnissant. La rue kinoise, toute gagnée à Tshisekedi à l’époque, s’en laissera toucher pour réserver une apothéose au “Roi du Zaïre”. A la clé, un véritable coup de théâtre. Mobutu reconduira Kengo au grand dam des opposants. A quelle raison imputer tant de défaillance de la part de Tshisekedi si ce n’est qu’à une lecture inadaquate des rapports de force? Chaque fois qu’il reçoit les siens, Tshisekedi est le premier à dire que la politique ne tient qu’aux rapports de force. Dans l’application, rien ne vient matérialiser ce postulat. Pour le matérialiser demain, il a à fédérer d’abord entre les ailes antagonistes de l’UDPS. Le mystère demeure sur ce que Tshisekedi garde encore des forces physiques et morales pour livrer le dernier combat.   O.M/Congo News

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Tshisekedi: voici ses 10 erreurs

Nouveau commentaire