LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

21 septembre 2009

CEI... Malumalu en difficulté... sans blague !

Malumalu_2La CEI est manifestement dans l’impasse. Elle peine à parachever le processus de la mise en place de l’arsenal institutionnel du nouveau régime. Après la clôture officielle à Kinshasa de l’opération de révision du Fichier électoral, les provinces attendent désespérément.

Alors que Malumalu rassure que : ‘‘toutes les élections auront lieu…’’, son panier financier accuse encore un déficit. En gros, le coût des élections locales qui était estimé à 131 millions de dollars américains, en dehors de l’appui logistique de la Monuc, a été revu et ramené autour de 400 à 500 millions de dollars américains. Raison pour laquelle, Malumalu est désormais débout, en consultations, pour mobiliser les ressources financières. Pendant ce temps, les Honorables Députés qui sont censés évacuer l’obstacle juridique lié à la loi portant découpage territorial, poursuivent, sans inquiétudes, leurs vacances.

Ce lundi, environ une semaine après l’ouverture solennelle, les Députés en sont encore à la tenue de la Conférence des Présidents. Les jours passent… La Commission Electorale Indépendante est manifestement dans l’impasse de parachever sa mission de doter le Congo-Kinshasa des institutions issues des élections libres, transparentes et démocratiques. Un blocage qui ne dit pas son nom et qui demande à ce qu’on s’y penche, sérieusement. En effet, il va faire bientôt deux mois, depuis que la CEI a clôturé officiellement l’opération de révision du Fichier Electoral dans la ville- province de Kinshasa. Sa feuille de route prévoyait pourtant, juste après la Capitale, le déploiement des machines en provinces, pour la poursuite de l’opération.

Ceci, en prévision de l’organisation des élections locales, municipales et urbaines, ultime étape de la mise en place de l’arsenal institutionnel du nouveau régime mais aussi des élections générales de 2011. Cependant, des contraintes, à la coloration des défis, se dressent inexorablement au devant de la CEI. Il s’agit de contraintes d’ordre juridique mais également d’ordre financier. Au plan juridique, le constituant avait prévu, au travers de l’article 226 de la loi fondamentale, qu’endéans 36 mois, la RDC allait basculer de 11 provinces actuelles à 26.

La loi portant subdivision territoriale étant encore en souffrance à la représentation nationale, la CEI hésite entre attendre la fameuse loi et démarrer l’opération pour éviter le retard. Quitte à voir le reste après. Et même là, il faudra avoir des moyens nécessaires au lancement de l’opération de révision du Fichier électoral en provinces. C’est ici qu’apparaît le second obstacle et non le moindre. Parce qu’à en croire l’Abbé Apollinaire Malumalu qui a rencontré le Premier Ministre et le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, M. Célestin Mbuyu récemment, le coût des élections locales qui était estimé à 131 millions de dollars américains, en dehors de l’appui logistique de la Monuc, a été revu à la hausse, notamment autour de 400 à 500 millions de dollars américains pour les élections générales de 2011.

Dans cette enveloppe, le Gouvernement congolais devra contribuer à raison de 30 %, soit 120 millions de dollars. Tandis que le reste, soit 70 % du montant serait réservé à la Communauté Internationale. Selon une source proche de la CEI, côté Gouvernement comme de la Communauté Internationale, rien ne bouge. Malumalu rassure ‘‘Toutes les élections auront lieu ; mais, en ce qui concerne le calendrier, je préfère que l’organe qui a la charge de l’établir soit d’abord convoqué’’, a déclaré le Président de la CEI au sortir de l’audience que lui a accordé le Ministre Mbuyu. Avant d’indiquer que : ‘‘nous devons être vigilants et travaillons sous le projet de sécurisation à côté de celui du contentieux qui font partie intégrante du processus électoral’’. Les Députés trainent les pieds La logique aurait voulu que la loi portant subdivision territoriale soit déjà votée et que l’on s’attarde sur les finances.

Mais, à l’allure où vont les choses, l’on est droit de demander si la production législative tant vantée à la clôture de chaque session parlementaire n’est pas sélective. Lorsqu’il s’agit de la CENI et des élections, les élus du peuple n’arrivent pas à harmoniser leurs vues. Des lois y relatives sont, sans fin, recalées aux arriérés législatives. Dans l’entre-temps, l’on observe aucun empressement de la part des élus à retrouver l’hémicycle du palais du peuple pour se rattraper. Si, au Sénat, la toute première plénière se tient ce lundi 21 septembre 2009, à l’Assemblée nationale, l’on traîne encore à des réunions de la Conférence des Présidents. Curieux tout de même de voir les Députés d’un pays où tout est urgence se comporter comme dans un Etat pays où tout est au vert. C’est un appel au bon sens.

La Pros.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 07:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur CEI... Malumalu en difficulté... sans blague !

  • C'est juste qu'il soit en difficulté pour réunir l'argent, car le crime qu'il a commis en sacrifiant le sang congolais par l'acceptation de l'argent étranger
    afin de falsifier l'élection en 2006: "il est le juda congolais." son action ne peut pas se répèter ,enfin nous connaissons tous le sort réservé à juda pour sa trahison.

    Posté par P.K.K.M, 24 septembre 2009 à 12:28 | | Répondre
Nouveau commentaire