LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

18 septembre 2009

DESIGNATION DU PORTE-PAROLE DE L’OPPOSITION : L’hypothèque Bemba bloque la machine !

3346748740_2a9b37bbc7_oVu de l’opposition au nombre des enjeux de cette rentrée parlementaire, se trouve la question de la désignation du porte-parole. Longtemps reportée, l’élection du primum inter pares des opposants devient politiquement urgente. A moins de deux ans de la fin du quinquennat, l’opposition parlementaire aura-t-elle le courage de contourner l’hypothèque Bemba?

Près de trois ans après l’entrée en fonction des institutions issues des élections, l’opposition ne sait toujours pas organiser l’élection de son porte-parole, tel que recommandé par la Constitution. A l’origine de ce blocage, c’est le cas Jean-Pierre Bemba. C’est vrai que compte tenu des rapports de force issus des élections générales de 2006, Jean-Pierre Bemba, pour avoir été le challenger de Joseph Kabila au second tour de l’élection présidentiel, le 29 octobre 2006 et pour avoir réalisé un score plus qu’honorable (41,98%) est l’homme politique le mieux à même d’incarner et de conduire l’opposition. De plus, le fait que le Mouvement pour la libération du Congo (MLC), son parti politique soit la 2ème formation politique après le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) et la première de l’opposition parlementaire, ces faits-là confèrent au Chairman une légitimité supplémentaire. Cependant, tout le problème, c’est que Jean-Pierre Bemba n’est pas en situation de représenter physiquement cette opposition. Et, compte tenu de la longueur des procédures judiciaires à la Cour pénale internationale (CPI), il, est loin d’être évident que le leader du MLC soit disponible avant longtemps. Or, il reste juste deux ans pour qu’on arrive à la fin du quinquennat. Le risque donc est de voir l’opposition demeurer sans porte-parole attitré!

Pourtant, la problématique de la désignation par l’opposition de son porte-parole est une démarche constitutionnelle. En même temps que les institutions dirigeantes, l’opposition devrait désigner son Porte-parole qui s’inspire du modèle britannique. En Grande-Bretagne, on parle du shadow cabinet. Ce cabinet fantôme censé représenter le perdant du Gouvernement en place. C’est donc, une manière d’institutionnaliser l’opposition, de faire de l’opposition ce qu’elle est réellement dans l’exercice du jeu démocratique. La pratique démocratique admet que l’opposition soit la partenaire obligée de la Majorité parce que sans opposition, il n’y a pas de démocratie et vice-versa. L’opposition est donc consubstantielle à l’exercice de la démocratie.

3526646830_03396aa010_oSelon certains observateurs, la fixation sur Jean-Pierre Bemba n’est pas sans rappeler l’obstination avec laquelle l’Union pour le développement et le progrès social (UDPS) et ses alliés présentaient invariablement envers et contre tout, la candidature d’Etienne Tshisekedi au poste de Premier ministre. In fine, c’est l’opposition qui en est sortie divisée, laminée et le pouvoir de Mobutu renforcé! A l’époque, imaginer la Primature sans le lider maximo de l’Udps équivalait à un crime de lèse-majesté.

Quantité de fatwas ont été prononcées contre tous ceux qui avaient osé proposer une alternative à Etienne Tshisekedi. Mutatis mutandis, il règne comme un parfum d’orthodoxie udpsienne, version «Années transition » au sein de l’opposition parlementaire. Beaucoup sont d’avis qu’il faille voir la réalité en face et trouver un autre candidat que Jean-Pierre Bemba. Mais personne ne semble avoir le courage de soulever publiquement cette question. Au sein même du Mlc, des hommes de valeur, des politiques d’expérience ne manquent pas pour palier l’absence prolongée du Chairman. La preuve, c’est que le Mlc a su être présent sur le marché politique sans son chef historique.

Au seuil de cette rentrée politique, l’opposition qui a inscrit la désignation du Porte-parole à son agenda, ferait oeuvre utile en renonçant à la politique de l’autruche. Tout le monde sait que le candidat naturel pour la coordination de l’opposition parlementaire, c’est Jean-Pierre Bemba. Mais tout le monde sait aussi que dans l’état actuel des choses, le leader du Mlc ne saurait jouer ce rôle. Necessité faisant loi, l’opposition se trove désormais devant ses responsabilités. A elle de s’assumer.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 20:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur DESIGNATION DU PORTE-PAROLE DE L’OPPOSITION : L’hypothèque Bemba bloque la machine !

  • UDPS

    Est-ce que l'UDPS existe encore?

    Posté par stimela, 20 septembre 2009 à 11:11 | | Répondre
Nouveau commentaire