LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

03 juillet 2009

Goma : réaction des FARDC aux accusations de Human Rights Watch

image_file_1972Les FARDC trouvent abusif de généraliser des cas isolés constatés au sein des FARDC, alors qu’il y a aussi des efforts observables au sein de cette armée qui se construit. Le colonel Kasonga, porte-parole des forces armées et responsable de la presse militaire l’a déclaré à Goma ce vendredi à radiookapi.net

Il réagissait ainsi au récent rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW), selon lequel les FARDC portent atteinte aux droits de l'homme. Pour le colonel Kasonga, l’armée congolaise fait des efforts énormes en termes de protection de droit de l’homme et protection des populations pendant les opérations militaires contre les combattants hutus rwandais, les FDLR.

Il ajoute: « Le chef de l’Etat, en tant que commandant suprême, a décrété la tolérance zéro au sein des forces armées. Ça veut dire que désormais, et cela depuis le 4 juin de cette année, tout militaire coupable des actes répréhensibles aussi bien en terme de vols, de viols, de violation des droits de l’homme ou de non protection de la population dans l’exercice de ses fonctions, quel que soit son rang, devra non seulement être arrêté mais interpellé et jugé par la justice militaire. Il ne faudrait pas généraliser et dire : les forces armées de la République sont en train de violer les droits de l'homme, de violer les femmes… Et au bout de l’enquête (de HRW), on a trouvé qu’il y a plus commission d’actes répréhensibles maintenant par l’Armée que par le passé ! »

CPS_SHW77_051208095834_photo00_photo_default_512x352Point de vue de la Monuc

Réagissant au rapport de HRW, le porte-parole de la Monuc, Madnodje Mounoubai, a déclaré: « Premièrement, la Monuc partage entièrement les inquiétudes de HRW. Nous sommes conscients de cette situation. Comme HRW l’a très bien dit, ce sont les éléments de FDLR qui sont responsables de ces abus sur la population civile. Et c’est justement pourquoi, la Monuc est en train d’appuyer les FARDC pour mettre hors d’état de nuire les FDLR.

On parle (dans ce rapport de HRW) de militaires des FARDC. Ce n’est pas toute l’armée congolaise qui doit être sur le ban des accusés, parce qu’il y a certains éléments qui ont des comportements irresponsables. Et justement, en travaillant avec les FARDC, cela nous permet de faire ces observations afin de prendre des actions correctrices nécessaires. Nous devons être sur le terrain, soutenir les FARDC. C’est la seule façon de ramener la paix et la quiétude à l’Est de la République démocratique du Congo ».

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 17:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Goma : réaction des FARDC aux accusations de Human Rights Watch

Nouveau commentaire