LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

13 mars 2009

RDC: le retrait de l'armée ougandaise terminé le 23 mars, selon Kinshasa

untitled98Le retrait des troupes ougandaises engagées dans une opération multinationale avec l'armée congolaise contre la rébellion de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) débutera dimanche et se terminera une semaine plus tard, a annoncé jeudi le ministre congolais de la Défense, Charles Mwando Nsimba. Le président congolais Joseph Kabila a reçu jeudi à Goma le chef d'état-major de l'armée ougandaise, l'Uganda People's Defence Force (UPDF), le général Karombo.

A l'issue de cet entretien, M. Mwando a indiqué, dans une interview diffusée par la Radio Télévision nationale congolaise (RTNC) que le retrait des troupes ougandaises débutera le dimanche 15 mars lors d'une cérémonie à Dungu, dans le nord de la province Orientale, en compagnie de son homologue ougandais, Amama Mbabazi. La durée prévue (du retrait) est de huit jours, a précisé M. Mwando. Les armées congolaise, ougandaise et sud-soudanaise ont lancé le 14 décembre 2008 une opération militaire conjointe avec pour objectif de capturer le chef de la LRA, Joseph Kony, sans succès jusqu'ici. (GGD)

kibehoMassacre à Tekadje : 13 morts

Pourchassant les rebelles de la LRA (Armée de Résistance du Seigneur), les militaires ougandais ont ouvert le feu sur les habitants de Tekadje à 60 km à l’est de Faradje. Bilan : treize personnes tuées. C’était le mercredi 4 mars. Un millier de citoyens congolais ont péri depuis le déclenchement de la «traque» des miliciens de la LRA

Correspondance particulière.

Au cours d’une attaque contre la localité de Tekadje, les rebelles ont froidement abattu Monsieur Imbindi, chef du groupement de Mondo, alors qu’il s’opposait à l’enlèvement de ses deux filles. C’est lors des funérailles ce dernier que des soldats de l’armée ougandaise se sont livrés à un massacre en tuant treize personnes, rapporte l’un de deux survivants atteint grièvement au ventre. Les populations de cette contrée ont alors trouvé refuge à Djabir et à Faradje. Signalons que la localité de Djabir a été attaquée pour la troisième fois le 28 février. Cette fois-ci, les militaires congolais stationnés dans cette localité ont repoussé les insurgés.

L’opération «Lightning Thunder», organisée conjointement avec les forces armées de la RD du Congo (FARDC), l’armée de l’Ouganda (UPDF) et celle du Sud-Soudan pour anéantir les combattants de la LRA basés dans le Parc National de la Garamba a permis de capturer début mars le colonel Thomas Kwoyelo, considéré comme la quatrième personnalité du commandement de la LRA après Joseph Kony, Okot Odhiambo et Dominic Ongwen.

Au début de ce mois de mars, on signalait une intensification des attaques de la LRA dans les territoires de Watsa et de Faradje. Les localités de Miwara, Ngoromvani, Aru, Manyamva, Bava ont subi le même sort. Depuis le 9 mars, des sources ont signalé la présence des éléments de la LRA dans la forêt située entre Angwandi-Bava-Mandara-Sabuni et Kariyo dans le territoire de Faradje. Ils ont pris en otages cinq enfants dans la localité d’Angwandi. Des habitants indiquent qu’il y a eu ces derniers temps un changement dans le modus operandi des forces rebelles. Pour préserver leurs munitions, ceux-ci utilisent moins leurs fusils pour tirer sur la population. Ils procèdent davantage par des enlèvements d’enfants et les parents qui s’y opposent sont blessés à coup de machette ou sont tout simplement tués. On apprend aussi que la LRA aurait enlevé dans certaines familles des bébés dans les villages situés entre Faradje et Aba. On soupçonne la LRA de trafic d’enfants.

Les actions de la LRA ont des conséquences néfastes sur une population qui a besoin de biens de première nécessité : médicaments, nourritures, habits, etc. L’aide apportée par certains organismes paraît bien dérisoire au regard de besoins. Du fait de l’insécurité ambiante, les paysans ont abandonné les travaux de champs. On redoute dans les années à venir une crise alimentaire qui pourrait frapper la population et une irruption de certaines maladies dans cette région sinistrée.

Citant des sources proches de la société civile, le Bureau de coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha) a annoncé mercredi 11 mars que dix-sept enfants ont été enlevés, mardi 24 février, par des «hommes en armes» dans la localité de Djabir. Des doigts accusateurs sont pointés en direction des miliciens de Joseph Kony.

L’Ong ADEBES, (Action pour le développement et le bien-être social) exhorte le gouvernement congolais à prendre toutes les mesures pour protéger la population civile abandonnée à son triste sort face aux rebelles de Kony.

P. Dr. Jean-Bertrand Madragule Badi
Chercheur et président de l Ong Adebes
E-mail: Ong.Adebes@gmx.de

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 13:17 - Permalien [#]