LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

13 mars 2009

Après la « paix » au Nord-Kivu... Place à la Justice

justice_internationale

..........................................................................................

Dénonciation grave lors du dernier Conseil des ministres tenu à Goma. Le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu a déploré le comportement anti-patriotique de certains acteurs politiques dans la guerre du Nord-Kivu. Propos lourds de conséquence. Ils imposent une attitude hautement responsable de la part du gouvernement pour parfaire l’œuvre de paix, de sécurité et de stabilité au Nord-Kivu, mais également sur toute l’étendue du pays. Alors, place à la Justice.

Dans son intervention lors de la dernière réunion du gouvernement qui s’est tenue le 10 mars à Goma, le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a présenté son rapport au cours de cette séance de travail. Il a tiré les leçons utiles de la guerre du Nord-Kivu qui retiennent aujourd’hui l’attention de tout un peuple.

En effet, dans son compte rendu fait à la presse au terme du Conseil des ministres, Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, a déclaré que « le chef de l’administration du Nord-Kivu a dénoncé les manoeuvres de certains acteurs politiques qui ont fait du drame que les Nord-Kivutiens vivent un véritable fonds de commerce ».

Voilà une déclaration qui tombe comme un couperet et qui nécessite que l’on y aille en profondeur au regard de nombreux aspects qu’elle reflète. C’est-à-dire, les origines de cette guerre, la responsabilité politique et pénale de certains acteurs politiques et le danger qu’ils représentent pour toute une Nation. Lorsque l’on mesure les graves effets d’entraînement de cette guerre tant sur le plan provincial, national, sous-régional et international ; ensuite dans le domaine économique et social, la dénonciation du gouverneur du Nord-Kivu constitue une « grande et grave révélation » qui engage toutes les institutions de la République.

Menace interne : le grand danger

Cette déclaration, force est de le souligner, apporte un début d’éclairci aux différentes interrogations pertinentes soulevées autour de la nature de cette guerre, ses effets récurrents et sa longévité. Certes, l’enjeu de cette guerre est connu de tous : enjeu économique. Ceux qui tirent les ficelles sont pointés du doigt, particulièrement les multinationales, soi-disant anglo-saxonnes.

Mais à plusieurs reprises, des analystes congolais et étrangers ne s’expliquaient toujours pas ce fait que toute une armada des armées tant congolaises, africaines que multinationales avaient de la peine à venir à bout de cette guerre. D’où cette hypothèse de « fonds de commerce » qui profitait à certaines personnes installées à Kinshasa et à Kigali.

A travers cette dénonciation, le gouverneur du Nord-Kivu vient de donner raison à ces observateurs avertis qui avaient déjà effleuré le problème. Bien plus, il accuse « certains acteurs politiques » d’attiser les marrons du feu et de faire de ce drame un « véritable fonds de commerce ». Donc, il y a eu « des faiseurs de guerre » au plan interne, des complices des multinationales, les démobilisateurs. Aussi, ont-ils trahi le peuple congolais, la Nation congolaise. Ils constituent une véritable menace interne dès lors qu’ils sont comme un ver dans le fruit. Un grand danger pour l’Etat et pour la Nation. Qui sont-ils ? Désormais, il revient au gouvernement de répondre à cette interrogation pertinente pour autant que le problème a été posé   « officiellement » par le gouverneur du Nord-Kivu au gouvernement. Ce n’est plus un secret d’Etat. Le peuple a le droit d’être informé sur cette affaire grave.

Une Cour pénale « nationale »

Oui. L’accusation est grave. Elle mérite toute l’attention du gouvernement pour déclencher tous les mécanismes appropriés, car non seulement qu’il y a eu mort d’hommes, mais aussi atteinte à la sécurité de l’Etat et à l’intégrité territoriale, en plus du grief à retenir pour haute trahison, incitation à la démobilisation. C’est un « coup monté » qui allait réussir et emporter toutes les institutions nationales.

Il serait peut-être trop de demander d’instituer une « Cour pénale nationale », format réduit de la Cour pénale internationale , CPI, afin de juger uniquement toutes les personnes impliquées dans cette guerre du Nord-Kivu pour crimes économiques, de guerre, contre l’ humanité et détournement des salaires et des biens…

Mais comme il existe des structures judiciaires appropriées, le mieux consisterait à décider de la tenue des « chambres foraines » pour la guerre du Nord-Kivu, exclusivement. Instituer sans tarder une Commission d’enquête pour des investigations appropriées. Car la gravité des faits découlant de cette dénonciation mérite une telle démarche en vue de barrer la route à tous les criminels et de décourager tous les émules. Disons mieux, à ces traîtres et seigneurs de guerre qui ont les mains pleines de sang et la conscience trop chargée. C’est la voie obligée pour une paix durable afin que tous ces sacrifices ne soient pas vains. O.M/Le Potentiel

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 13:14 - Permalien [#]