LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

20 février 2009

Est: la guerre des nerfs a commencé !

35600732_pJoseph Kabila Kabange est-t-il toujours incompris de ses compatriotes sur la question de la présence des troupes étrangères au Nord-Kivu et dans la Province Orientale ? Vingt jours après sa conférence du 31 janvier dernier, le débat est encore vif sur scène. La fin du mois de février, c’est dans quelques jours, pour matérialiser le retour de toutes ces troupes, dans leurs pays respectifs. Mais, les Députés pétitionnaires sont dubitatifs. La Monuc tangue, les Evêques s’inquiètent et les Ongs se rincent les cils et râlent. Muzito promet une cérémonie d’adieu, à Goma.

Décidément, les Députés pétitionnaires ne jurent plus que par le retour du Président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, pour lui remettre en mains propres leur pétition. Fort du nombre de signatures, d’ailleurs supérieures à la majorité requise, ils espèrent le voir convoquer dans le bref délai, la session extraordinaire afin de débattre de la question des forces étrangères sur le sol congolais. Pourtant, ce dernier, continue à écumer l’air frais en Europe ou Aux Etats-Unis, selon certaines sources.

kamerhe2Pendant ce temps, "l’assurance" donnée par Joseph Kabila laisse la place à la crise des nerfs. Celle-ci s’installe au regard du dernier développement de la situation sur terrain. En effet, Kigali et Kampala ont choisi ce moment pour demander la prolongation de leurs opérations conjointes avec les FARDC. Les deux pays estiment que les objectifs visés, par eux, ne sont pas encore atteints. Puisque l’initiative, du moins pour le Rwanda, vient du Parlement, les Députés pétitionnaires congolais ont trouvé de la matière en mettant ainsi le gouvernement dos au mur. Mais, celui-ci ne s’en cache pas. Il s’est agi d’un accord militaire, d’un "accord secret" et donc, non susceptible d’être divulgué, insistait Kabila, ce jour-là.

La pétition obtient un soutien Pendant que la majorité au pouvoir s’interroge sur le bien-fondé de cette pétition, alors que les résultats de l’opération conjointe contre la traque des FDLR et de la LRA sont positifs sur terrain et n’appellent aucun doute, c’est plutôt l’église catholique qui entre en danse, en guise de soutien à la pétition. Archevêques et évêques, membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Cenco, ont donné de la voix. Ils expriment une forte inquiétude quant à la présence des troupes étrangères au Congo. L’idée, c’est qu’aucune date précise de retour n’est connue par les acteurs en présence.

Au début, Kinshasa et Kigali avançaient 15 jours à dater du 20 janvier correspondant au début des opérations. Puis, le Chef de l’Etat a fait savoir que ce serait vers la fin du mois de février. Et, subitement, c’est la prolongation préconisée du côté rwandais et ougandais qui est à l’ordre du jour. De quoi créer une psychose dans l’opinion. Vite une solution politique Loin de cette polémique sur le retour immédiat ou non des forces étrangères sur le sol congolais, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), cet ancien mouvement militaire de l’ex-général déchu Laurent Nkunda, mué en parti politique aujourd’hui, a donné un coup de gueule. Par la bouche de M. Dénis Ramaji, représentant de ce groupe à la reprise des pourparlers de Nairobi sur le sol congolais, le CNDP recherche plutôt une solution politique après l’intégration militaire de ses hommes dans les Forces armées de la RDC.

CNDP_610x_6_468Obasanjo plaqué ?

Contrairement à sa volonté de réunir les parties aux pourparlers de Nairobi, le médiateur des Nations Unies dans le conflit à l’Est de la RDC, Olusegun Obasanjo, assisté de l’ancien Président kenyan, Benjamin Mkapa, se voit couper l’herbe sous le pied. A sa place, c’est plutôt Raymond Tshibanda, Ministre congolais de la Coopération Internationale et Régionale, qui préside la suite de ces pourparlers à Goma. D’aucuns croient qu’avec l’arrestation de Laurent Nkunda, sa mission n’avait plus d’objet. D’autres pensent que le culot que ce dernier donnait à Nkunda dans les négociations doit lui avoir ôté tout crédit quant bouclage du processus. Encore que la donne sur le terrain a complètement changé.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 07:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Est: la guerre des nerfs a commencé !

  • Ca bouillonnne deja au sein du PPRD

    C'est dans moins de deux ans, les elections au Congo. Les adeptes de Kamerhe pousset deja pour un congres extraordinaire du PPRD pour definir les projets pour le prochain mandat. Faudra-t-il reconduire Joseph Kabila? Les adeptes du pacificateur se montrent retissents et reclament une consultation nationale. Les choses sont claires Kamerhe veut etre candidat PPRD aux prochaines echeances electorales. A suivre

    Posté par pierre2, 22 février 2009 à 15:08 | | Répondre
Nouveau commentaire