LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

04 février 2009

FDLR-CNDP-RCD : fonds de commerce à Kinshasa et à Kigali

26022235_pLa vérité est en train d’éclater. Le pan de voile a-t-il été levé  sur cette guerre qui n’en finit pas au Kivu ? S’il est toujours prématuré de répondre à cette interrogation en attendant l’échéance de fin février, le président de la République a tout simplement donné raison à ceux qui affirment que le couple FDLR et CNDP sert désormais de fonds de commerce à ceux qui en tirent le compte à Kinshasa comme à Kigali. A la justice d’agir pour démanteler ces réseaux maffieux.

La dernière déclaration du président de la République sur l’existence des « réseaux maffieux » au Nord et au Sud-Kivu apporte des éclaircies autour du mystère qui entoure jusque là la « Guerre du Kivu ». Une guerre récurrente dont on attribue la cause à des discordances ethniques ou tribales, à la sécurité et à la protection des minorités.

Mais la pile d’analyses sans complaisance que se sont imposés des observateurs avertis, ont révélé que cette guerre était au centre des enjeux économiques tant sur le plan national, régional qu’international. A plusieurs reprises, les différentes missions d’enquête diligentées tant par l’Assemblée nationale, le Sénat que l’Onu, sont revenues sur cette hypothèse mais sans suite : la guerre au Kivu est une guerre économique. Elle est soutenue par des forces occultes qui se recrutent en RDC, en Ouganda et au Rwanda ainsi que dans des sociétés multinationales qui tirent les ficelles pour exploiter à moindre coût, mais illégalement, d’importantes quantités de minerais vendues sur le marché international et qui leur rapportent des bénéfices faramineux. Les vrais commanditaires de ces conflits armés.

A l’image du «sang sur les liannes», il y a eu du «sangs sur les collines» à cause du diamant, l’or, mais surtout le coltan, le manganèse et le niobium. Pour couvrir cette exploitation honteuse et criminelle, il a fallu des prétextes, notamment les FDLR, le RCD et le CNDP, sans oublier les milices criminelles de l’Ituri. Voilà pourquoi toutes ces guerres n’en finissent pas, car les FDLR, le CNDP, UPC, le RCD, tant qu’ils existaient, servaient de fonds de commerce aux maffieux tapis à Kinshasa et Kigali, avec des antennes au Sud et au Nord-Kivu.

140679Le rapport de l’Onu, la chute des cours : des couperets

Evidemment, la question qui a brûlé les lèvres de nombreux observateurs était celle de savoir comment l’armée rwandaise, après deux guerres d’agression contre la RDC, n’avait pas réussi à anéantir les FDLR. Comment expliquer que la Monuc qui dispose de 17.000 casques bleus, les FARDC ayant déployé plus de 25.000 soldats au Kivu soient incapables de déloger les FDLR et le CNDP ? Quelle est l’origine de tous ces scandales qui ont éclaboussé la Monuc, étalé la passivité ? Que dire de toutes ces hésitations de l’Union européenne de ne pas déployer une force d’interposition au Kivu ? La réponse est maintenant connue : les enjeux ou intérêts économiques. Les « Plans Cohen et Sarkozy » corroborent cette thèse.

Mais il a fallu la publication de ce rapport accablant des experts de l’ONU, la chute des cours des matières premières sur le marché international et qui sont tombés comme des couperets pour que l’on assiste à un revirement à 180°. Les masques sont tombés avec l’effondrement des bourses occasionnant des pertes énormes. Le jeu devenait trop risqué et les «  parrains » ont lâché les brides, tourné le dos à leurs « alliés ».

Pour sauver les meubles, il fallait se montrer réaliste, devenir conciliant pour s’engager dans la voie de la paix. Surtout que le président Barack Obama qui venait de prendre officiellement ses fonctions à la Maison Blanche avait déjà brandi la « menace de sanctionner, de rendre responsables tous les gouvernements étrangers qui déstabilisent la République démocratique du Congo ». Alors, le Président de la République a crevé l’abcès (?) : il faut s’occuper aussi de tous ces réseaux maffieux qui se lèchent les babines avec la guerre au Kivu.

Aller jusqu’au bout

Cette ancienne et nouvelle donne oblige toutes les parties responsables à aller jusqu’au bout. Il ne suffit pas seulement de dénoncer mais de permettre à la justice d’entrer en action pour recouper les renseignements, identifier les groupes maffieux et ouvrir des procédures judiciaires. Car il y a eu fraude, pillage, destruction méchantes, viols, vols et mort d’hommes. Et s’il s’avère qu’il y a des ramifications avec l’extérieur, saisir la justice internationale pour réparation des préjudices causées.

Au fait, si les opérations militaires conjointes, entre d’une part la RDC et l’Ouganda, et de l’autre la RDC et le Rwanda, visent la paix dans la région, il faut se dépouiller de l’habit du vieil homme.

Aussi, la neutralisation des FDLR, par exemple, ne doit-elle pas s’arrêter au Kivu. Comme l’a proposé Crisis international group, organisation non gouvernementale en charge de la prévention des conflits, basée à Nairobi, il faut étendre l’action jusqu’à l’extérieur du pays ou du continent. Neutraliser les responsables des FDLR qui dirigent le mouvement à partir de la France, Belgique, Allemagne, Etats-Unis, Canada… Que des sanctions économiques et diplomatiques soient prises à leur endroit pour affaiblir le mouvement. Mais la meilleure et grande action à mener parallèlement devra être politique pour une réconciliation nationale entre les Rwandais.

Quant à la République démocratique du Congo, amener le processus de Nairobi III à bon terme par l’endossement des accords de Goma par l’Assemblée nationale, le Sénat, l’Union africaine, l’Union européenne et l’Onu. Accélérer les processus des réformes, particulièrement celle de la mise sur pied d’une véritable armée nationale, républicaine et dissuasive.

Ce sont les prix à payer pour que ces « fonds de commerce » disparaissent à jamais, ces réseaux maffieux soient démantelés. Avec au bout du tunnel, la sortie effective de l’auberge pour une paix durale, une sécurité rassurante qui donneront une nouvelle impulsion au développement des pays de la région des Grands Lacs. Le Potentiel

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 04:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur FDLR-CNDP-RCD : fonds de commerce à Kinshasa et à Kigali

Nouveau commentaire