LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

27 janvier 2009

Eviction du gouverneur José Makila : la leçon des députés provinciaux de l’Equateur

Jos___Makila_jpg_netEntre les consignes du parti et l’intérêt supérieur des populations et de la bonne gouvernance, les députés provinciaux de l’Equateur ont choisi. Ils ont opté pour la sanction contre ceux qui sont accusés de détournement de deniers publics. Bien que majoritaire au sein de l’Assemblée provinciale de l’Equateur, les députés MLC et alliés n’ont pas suivi le mot d’ordre du parti ou de la coalition appelant à un soutien tous azimuts au gouverneur mis sous la sellette.

Forts de conclusions contenues dans le rapport de l’Assemblée nationale à l’issue d’une enquête ayant éclaboussé le gouverneur incriminé, ces élus provinciaux n’ont pas tergiversé. Une motion de défiance a été initiée, puis s’assumant jusqu’au bout, ils l’ont voté par une écrasante majorité (63 voix contre 35).

D’ailleurs, lors de la plénière qui avait abouti à l’éviction de José Makila, conformément à la Constitution, le premier à prendre la parole était un élu MLC de Lisala. Il a simplement enfoncé le gouverneur. Les autres intervenants ont suivi la même voie, à tel point qu’un consensus semblait avoir été conclu. Tous n’ont pas voulu cautionner les détournements des salaires, encore moins l’opacité dans la gestion de la chose publique. En attendant la suite des événements, il est clair que les députés provinciaux de l’Equateur ont pris leur distance vis-à-vis des anti-valeurs.

Un message qui devrait inspirer les députés nationaux. En effet, la représentation nationale a toujours brillé par les bonnes intentions déclamées du haut de la tribune du Palais du peuple, relayées par la télévision nationale. Toutes ses tonitruantes déclarations sont manifestement et fort lheureusement destinées à la consommation des naïfs électeurs. Au final, lors du vote, les députés nationaux ne poussent jamais leur logique jusqu’au bout.

Les interpellations sur les crashes de Goma et de Kingasani, les débats autour de différents budgets de l’Etat, le moratoire sur la nationalité, les questions orales avec débats notamment sur la situation de guerre dans l’Est du pays, la re-visitation des contrats miniers, … n’ont pas abouti à des conclusions logiques auxquelles les observateurs neutres devraient s’attendre.

Beaucoup d’appelés, peu d’élus

La course à la succession de José Makila a donné libre cours à une explosion d’ambitions au sein du MLC, dont certaines sont démesurées. Chacun estimant son heure venue. Mais, tenant compte de la mégestion imputée à José Makila, du traditionnel clivage Nord-Sud, la majorité de l’Assemblée provinciale de l’Equateur sur qui repose l’entière responsabilité de l’éjection devra faire jouer des critères objectifs de bonne gouvernance, de fédérateur et de respectabilité.

Le passé de chacun des potentiels candidats peut apporter des renseignements utiles. En définitive, la dernière décision reviendra au MLC et alliés, majoritaire dans cette institution provinciale. Le choix du leadership doit rencontrer les attentes des députés provinciaux. Il n’est pas exclu que le scénario de Kinshasa soit réédité à l’Equateur, tant que des divisions, notamment dans la gestion du clivage Nord-Sud, se seraient accentuées lors du choix qui sera opéré. Dans les 60 jours, la Commission électorale indépendante sera appelée à organiser le scrutin, à l’issue d’une éventuelle procédure judiciaire que pourrait enclencher le gouverneur José Makila devant la Cour suprême de justice.

En dernière minute, nous apprenons que le ministre de l’Intérieur a pris acte de la démission de M. José Makila. Le ministre a désigné J.C Bayende pour assumer l’intérim. Le Potentiel

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 04:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Eviction du gouverneur José Makila : la leçon des députés provinciaux de l’Equateur

Nouveau commentaire