LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

26 janvier 2009

Guerre contre FDLR et LRA : et après...

CPS_SQX14_030109143807_photo00_photo_default_512x34121 et 15 jours pour en finir avec les rébellions ougandaise et rwandaise incarnées respectivement par l’armée du seigneur, LRA, et les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, FDLR. Mais autour de ces offensives militaires se livre la « vraie guerre économique pour le contrôle des minerais ». La paix en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs est à ce prix. Les coalitions militaires RDC-Ouganda et RDC-Rwanda visent à faire sauter les deniers verrous que sont la LRA et les FDLR. L’on est arrivé au point de non retour.

La paix en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs est arrivée à un moment déterminant. La situation est caractérisée ces jours par des actions militaires de grande envergure contre la LRA, mouvement rebelle ougandais, et le Front démocratique pour la libération du Rwanda, FDLR. Mais au-delà des considérations politiques, il se livre autour de ces offensives militaires la « vraie guerre économique pour le contrôle des minerais ». Car il s’agit d’une sale « guerre économique » et le vainqueur n’est autre que celui qui aura le «  contrôle » des mines.

Evidemment, dans ses précédentes analyses, Le Potentiel avait eu cette présence d’esprit de souligner cet aspect important du problème. Toutes les économies de guerre qui ont soutenu les conflits armés puisaient leurs ressources financières dans l’exploitation des minerais. Et pour gagner cette guerre, ramener la paix, seule la partie qui aura le contrôle de « toutes les mines » en sortirait vainqueur.

Aujourd’hui, l’on tend lentement mais sûrement vers cette évidence. La coalition militaire entre la RDC et l’Ouganda aura pour conséquence la fin de l’exploitation illicite de l’or et du diamant, sans oublier le bois dans cette partie de l’Ituri frontalière avec l’Ouganda. Mais également débuter l’exploitation commune du « pétrole » du Lac Albert.

Si l’aventure militaire entre le Congo et le Rwanda ne se transforme pas en mascarade et qu’elle aboutissait, le pouvoir de Kinshasa reprendra le contrôle dans la riche zone minière de Masisi et de Rutshuru avec l’exploitation du nobium et du coltan. Par conséquent, il faut commencer par faire sauter les derniers verrous que sont la LRA et les FDLR. Kinshasa, Kampala et Kigali se sont donné 21 et 15 jours pour atteindre cet objectif. Et par voie de conséquence, affaiblir totalement d’autres groupes armés que sont le CNDP, les Maï-Maï et les diverses milices de l’Ituri. Dans ce dernier cas, il s’agit de mettre aussi un terme à l’instrumentalisation des groupes armés pour continuer à exploiter illégalement les richesses congolaises.

17123Choc boursier et Obama

Comment en est-on arrivé à mettre sur pied sur ces deux coalitions militaires qui continuent à susciter des inquiétudes et du scepticisme ? Dans sa livraison du 19 janvier 2009, édition 4525, Le Potentiel avait déjà répondu en partie à cette pertinente interrogation, dans son article intitulé «  4 points susceptibles de rapprocher le Rwanda et la République démocratique du Congo ».

En effet, le premier point portait sur les conséquences du rapport des experts de l’Onu sur le Rwanda accusé de financer et de soutenir militairement le CNDP. La Norvège, la Suède, la Hollande ont immédiatement suspendu leur aide au Rwanda. La Grande-Bretagne, l’allié du Rwanda, a sérieusement menacé Kigali d’en faire autant, au risque d’entraîner les Etats-Unis dans la même voie. Or, le budget rwandais est financé à 60% par l’aide au développement. Ensuite, il y a eu effondrement des cours des matières premières, obligeant les   « multinationales » pourvoyeuses des conflits armés en RDC, de prendre du recul, affectant ainsi les économies de guerre. Enfin, il y a cette crise financière internationale. Le Rwanda n’avait plus d’intérêt à soutenir le CNDP.

Mais il y a eu également l’avènement de Barack Obama à la présidence américaine qui a annoncé ses couleurs. Notamment le refus de « soutenir ceux qui financent les guerres, et que celles-ci étant l’œuvre des personnes, celles-ci doivent œuvrer pour la paix ». Sévère avertissement à l’endroit des va-t-en guerre.

Quant à l’Ouganda, Museveni prépare « sa retraite politique » et tient à marquer l’imagination de sa population. Un vaste programme social a été adopté et le pétrole du Lac Albert est considéré comme une manne tombée du ciel pour Museveni. Aussi, a-t-il jugé utile de normaliser ses rapports avec la RDC en l’aidant à se débarrasser de la LRA. Kagame et Museveni jouent donc aux pacificateurs

Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la victoire militaire ne résoudra pas totalement le problème. Elle doit être suivie d’actions d’assainissement politique. C’est ainsi que l’Ouganda continue à exercer une pression militaire sur la LRA pour l’obliger à signer l’accord de paix en position de faiblesse. Même tactique pour le Rwanda qui vise à affaiblir les FDLR pour qu’elles fassent allégeance au pouvoir de Kigali sans condition.

En République démocratique du Congo, il faut rapidement prendre en compte les frustrations des populations du Kivu. Que soit appliqué l’Acte d’engagement de Goma et accélérer le processus de restructuration de l’armée sous un autre regard.

kabila_sarkozy3Les «  Plans » Cohen et Sarkozy se recoupent

Ce réalisme politique relancera incontestablement la question   « de l’intégration économique » régionale pour ramener une paix durable dans la région. Dans la partie orientale, l’exploitation commune du pétrole du Lac Albert par la RDC et l’Ouganda est déjà à l’ordre du jour. Les choses pourraient s’accélérer dans les prochains jours.

Reste le cas du Kivu dans la mesure où il faudra gérer l’après-victoire militaire, si victoire il y aura, contre les FDLR. Comment les choses se passeraient-elles en ce qui concerne cette riche province du Kivu qui suscite tant de convoitises ? Quels sont les non-dits de l’« Accord du 5 décembre 2008 » qui a mis fin à la guerre avec comme victime principale Laurent Nkunda et le retour des militaires rwandais en RDC pour neutraliser les FDLR ? Car, trêve de naïveté, dans ce genre d’aventure politique, il y a toujours un prix à payer. Lequel ?

Les observateurs avertis sont convaincus que c’est ici que les   « Plans » Cohen et Sarkozy se recoupent. L’un prévoit la mise en place d’un marché commun qui comprendra la RDC, le Rwanda, l’Ouganda, le Kenya, le Burundi et la Tanzanie. Ce plan vise à faire tourner l’économie congolaise vers l’Est au détriment de l’Ouest, renforçant ainsi les économies des pays anglophones. Ce plan met une croix à l’existence de la CEPGL et de la CIRGL (Conférence internationale sur la région des Grands Lacs).

Le second suggère la revisitation des frontières héritées de la colonisation et l’exploitation commune des richesses naturelles de la RDC avec le Rwanda. Ce plan ignore la CEPGL et la CIRGL. Deux « plans » rejetés d’avance par les Congolais.

Puisque le souhait ardent est de voir la RDC reprendre le contrôle total des mines, il lui revient de faire preuve de dynamisme et de pragmatisme politique. La Communauté économique des Etats d’Afrique centrale, CEEAC ; la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, CIRGL ; la Communauté économique des pays de Grands Lacs, CEPGL, offrent à la République démocratique du Congo autant d’opportunités tant juridiques qu’économiques pour rebondir. De viser le leadership de la région pour la stabilité, la sécurité et le développement de l’Afrique centrale et des Grands Lacs.

Une fois de plus, le moment est venu de s’appuyer sur les « vrais stratèges politiques » pour accomplir cette mission et faire que la RDC soit au rendez-vous de l’Histoire. Le piège est toujours là pour la balkanisation de la RDC. Le Potentiel

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 04:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Guerre contre FDLR et LRA : et après...

  • Kagame contre les FDLR

    La semaine dernière, le chef d'état-major de l'armée congolaise a déclaré dans un journal congolais qu'il a appris, comme des millions de congolais, que l'armée rwandaise est entrée au Congo mais qu'il ne sait pas pourquoi et comment celle-ci est sur le territoire congolais.
    En clair,il n'a pas été associé à l'accord secret entre Kabila et son cousin James Kabarebe (leurs mères sot des soeurs), chef d'état-major de l'armée rwandaise et que par conséquent,ce n'est pas lui qui a planifié et coordonné les opérations militaires de l'armée congolaise contre les FDLR.
    Il s'ensuit que c'est Kabila lui-même qui a planifié et dirige les opérations militaires de son armée contre les FDLR ou c'est l'armée de Kagame qui traque les FDLR assistée passivement par l'armée de Kabila.

    Une question se pose de savoir si est-il possible que l'armée congolaise combatte les FDLR, ses alliés d'hier, sans que le chef d'état-major n'y soit associé.
    Aussi, c'est typiquement congolais qu'une armée étrangère qui de surcroît a massacré des millions de femmes, enfants et hommes congolais de tous âges et conditions puisse entrer sur le territoire congolais sans que les représentants du peuple ne soient informés. C'est spécial.

    Hier les autorités congolaises chantaient sur le toit que Monsieur Kagame et son armée ont non seulement massacré des millions de congolais mais également pillé et ils pillent encore la richesse de leur pays.
    Ces mêmes autorités déclarent aujourd'hui que leurs amis sont venus les aider à anéantir les ennemis du Peuple congolais, autrement dit Kagame et consorts ne sont plus des criminels et pillards et ce sont désormais des FDLR qui sont des pillards des richesses des congolais et criminels.
    Le ridicule ne tue pas.

    Pour être crédibles, il faut le mériter.
    Dès lors une question se pose de savoir si, au regard de leurs déclarations, les autorités congolaises sont elles crédibles ou sérieuses.

    Monsieur Nknda est ici au Rwanda. Il n'est pas en prison. Il est logé et nourri avec des gardes du corps par Kagame dans une villa ici à Kigali.
    Ce fait est vérifiable.

    Kabila, au mérpis de la parole donnée et de l'honneur de lui-même et de son pays, a accepté de livré aux chiens les FDLR en échange de l'arrestation de Nkunda par Kagame.

    Nkunda est et reste un militaire du FPR.
    Il a intégré le FPR en 1990. Il a participé à toutes les batailles du FPR contre le Rwanda et selon ceux qui le connaissent, il a participé aux massacres des tutsi bagogwe dans le nord ouest du Rwanda, massacres qui ont été ensuite imputés à l'armée de Habyarimana d'une part et à la guerre de Kagame contre Mobutu et corrélativement il a participé au génocide des hutu au Zaïre par l'armée de Kagame d'autre part.

    Enfin, c'est lui le coordonnateur du pillage systématique et à grande échelle de la RDC par Kagme.

    Il aurait même une disquette dont le contenu est explosif contre le maître de Kigali s'elle est portée à la connassance du public.
    Nkunda est dès lors pour Kagame à la fois un trésor et une bombe à retardement.

    Sauf si Kagame décide de le liquider physiquement, il devra le traiter soigneusement.
    Et même à supposer qu'il le liquide, il n'est pas certain que les postérités de Nkunda ne porteront pas à la connaissance du public le contenu de la fameuse cassette.

    Pour éviter des dégats dont les conséquences emporteraient nécessairement Kagame, stratége qu'il est, celui-ci ne livrera jamais Nkunda à Kabila.

    De toutes façon,l'objectif de Kagame est de terminer le travail non fini en 1996 et 1997 contre les hutu réfugiés au Zaïre.

    Monsieur Kabila lui a donné le feu vert pour l'achever.

    Par conséquent, une fois le travail fini et ce ne sera pas long, il n'aura rien à faire avec Kabila. Et en tout état de cause, le président congolais est dépourvu de moyen et de pouvoir pour obliger Kagame à respecter la parole donnée.

    Kabila ignore que la spécialité de Kagame est le mépris du respect de la parole donnée même devant le monde entier.

    Illustrations:
    1/ alors qu'il était aux abois, grâce à la France, par la signature de l'accord de Paix d'Arusha, le président Habyarimana a reconnu le FPR( une émanation de l'armée ougandaise) comme une organisation politique interne rwandaise.
    Par cet accord Kagame a été reconnu par la communauté internationale comme chef du FPR, une organisation politico-militaire interne rwandais avec tout le respect y et pouvoir afférents.
    Kagame avait donné sa parole à l'Etat Rwandais et à la communauté internationale quant la proscription définitive du recours à la force afin de mettre défitivement fin à la guerre qu'il avait déclenchée contre le Peuple Rwandais.
    En réalité, le jour où il a signé l'Accord de Paix d'Arusha, il avait pratiquement fini son projet de prendre le pouvoir par la force par l'assassinat du président Habyalimana et corrélativement provoquer le chao avec des conséquences d'une extrême gravité pour le Rwanda et les tutsi dont il prétendait pourtant incarner ou défendre les intérêts.

    Dans le Journal Afrique Asie de novembre 1994,n'a-t-il pas qualifié l'Accord de Paix d'Arusha d'accord sans valeur aucune.

    Après la liquidation définitive des FDLR, il dira à Kabila que leur accord secret est sans valeur et il aura raison puisqu'un accord de genre ne peut nullement avoir une valeur juridique voire même morale.

    Combien de congolais connaissent le contenu de l'accord passé entre Kagame et leur président?

    Quelle valeur peut-on accorder à un accord militaire dont le chef d'état-major de l'armée congolaise ignore totalement?

    2/ En 1996, l'armée de Kgame est entrée au Zaïre pour exterminer les réfugiés hutu. Plus d'un million de femmes, enfants et hommes de tous âges furent génocidés dans l'indifférence totale. Cartains congolais ont participé à ce génocidé et violé les petites filles hutu qui n'avaient même pas dix ans.
    Kagame a mis Kabila dit père au pouvoir avec un chef d'état-major rwandais James Kabarebe, le mentor de Kabila dit fils.
    Un accord secret avait été conclu entre Kabila père et Kagame quant aux relations de bon voisinage entre leurs pays et à l'exploitation illégale de la richesse de la RDC par Kagame.

    Sous Kabila, les postes clés n'étaient-ils pas occupés par les kagamistres qui sont tous dans les affaires ici à Kigali.

    En mettant Kabila au pouvoir, l'objectif visé par Kagame était de diriger la RDC via les tutsi rwando-congolais.

    Lorque Kabila a voulu s'émanciper à l'égard du maître de Kigali, celui-ci l'a définitivement liquidé.
    Après la liquidation de Kabila père, Kagame s'est livré impunénement au pillage flagrant des richesses de la RDC et avec l'accord secret entre lui et Kabila fils.
    S'il n'y avait cet accord secret ou une relation d'affaires de haut niveau entre Kgame et kabila fils, il est impensable que ce dernier aurait accepté que les pillards et bouchers de millions de femmes, enfants et hommes congolais de tous âges et conditions puissent revenir dans son pays même pour liquider définitivement les FDLR.
    Des centaines de jeunes hommes et jeunes femmes des FDLR ayant versé leur sans pour son pays.

    Monsieur Kabila demande à Kagame de remettre Nkunda aux autorités congolaises afin qu'il puisse répondre de ses crimes devant la justice de son pays.
    Kagame exige que la situation de Nkunda soit réglée sur le plan politique et nullement sur le plan judiciaire.
    Pour Kagame, Nkunda n'a donc commis aucun crime contre les congolais et il ne peut dès lors le livrer pour qu'il soit jugé pour ce qu'il a fait.
    Il doit, au contaire, être réintégré dans l'armée congolaise avec son grade actuel à savoir général à 4 étoiles avec tous les avantages y afférents.
    A défaut du réglement politique, il ne le remettra jamais aux autorités congolaises.

    Si Kagame exige que son petit frère Nkunda soit réintégré dans l'armée congolaise, pourquoi Kabila n'a pas exigé que les FDLR soient eux aussi réintegrées dans l'armée de Kagame ou que le problème des FDLR soit politiquement réglé entre Kagame et les représentants des FDLR qui ne demandent que ça au demeurant

    Kabila sait très bien que les liens entre le couple Kagame- Murefu Jeannette Kagame et Nkunda sont tellement forts que le commandant suprême Kagame ne livrera jamais Nkunda aux autorités congolaises.
    Pourqoui a t-il accepté de livrer aux chiens les FDLR? Si Kagame refuse officiellement de livrer le congolais Nkunda à son pays pour qu'il sont jugé pour ses funestes forfaits contre des milliers de congolais.
    Que dira Kabila auX congolais et surtout aux représentants du Peuple Congolais?

    Posté par BIGIRA, 29 janvier 2009 à 15:42 | | Répondre
Nouveau commentaire