LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

21 janvier 2009

L’armée rwandaise en passe d’occuper les provinces du Kivu avec l’accord de Joseph Kabila

CPS_SAP36_311008222526_photo00_photo_default_512x344........................................................................................

Des troupes de la RDF (Rwandese defense forces) estimées à plus ou moins trois bataillons (plus ou moins 1.500 hommes) sont entrées mardi 20 janvier dans la province du Nord Kivu. Objectif avoué : traquer les rebelles hutus rwandais réfugiés en RD Congo. Joseph Kabila a conclu cet accord sans consulter le Parlement congolais. Et pourtant, la RD Congo et le Rwanda sont toujours en état de belligérance. Aucun traité de paix n’a été signé. Pendant dix à quinze jours, les soldats rwandais vont se déployer sur le sol congolais par la stupidité de l’homme qui se trouve au sommet de l’Etat.

Joseph Kabila et son gouvernement ont-ils perdu la raison? On croirait faire un mauvais cauchemar. Des soldats rwandais sont arrivés mardi matin à Goma. En fait, ils n’ont fait que franchir la frontière à Gisenyi le plus légalement du monde comme l’assure, toute honte bue, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga : "Nous avons lancé une invitation à l’armée rwandaise qui est venue avec des officiers de renseignement. C’est ça leur mandat". Faux, c’est au moins trois bataillons de l’armée rwandaise qui ont été aperçus à Goma et non quelques «officiers de renseignements». Le gouvernement congolais a donc invité l’armée de Paul Kagame d’opérer sur son territoire alors que les deux Etats sont encore officiellement en état de guerre. Pire, des plaies psychologiques demeurent encore béantes au sein de la population. Une population traumatisée par des souvenirs laissés par l’armée rwandaise et ses dérivés en l’occurrence l’AFDL et le RCD-Goma.

lambert_mendeMinistre et contre-vérité

Mende qui semble croire en ses propres contrevérités tente d’expliquer l’inexplicable: "C’est une opération menée par les Forces armées de la RD Congo appuyées par la Monuc". Faux, trois fois faux. C’est tout à fait indigne de la part d’un membre d’un gouvernement de débiter des mensonges aussi méprisables. La preuve en est que la Mission onusienne confirme qu’entre 1.500 et 2.000 soldats rwandais ont foulé le sol kivutien. Un porte-parole a d’ailleurs laissé entendre que "la Monuc prend note de ce dernier développement et surveille très attentivement la situation". Ajoutant de manière claire et nette que la force de l’Onu «ne participe pas» à cette opération. On se trouve, une fois de plus, en plein poker menteur. Preuve supplémentaire : le général Vainqueur Mayala a déclaré ce même mardi 20 janvier à des journalistes qu’«il n’était pas encore au courant de la présence de soldats rwandais dans la région.» Un comble pour un chef militaire censé diriger les opérations militaires au Nord Kivu. En fait, l’officier est hors jeu. C’est connu, le dossier relatif aux relations entre la RD Congo et le Rwanda a toujours été considéré par Kabila et son proche entourage comme une affaire personnelle au clan kabiliste.

Une «accélération» de l’histoire avec un petit «h»

Le 5 décembre dernier la RD Congo et le Rwanda ont signé à un Kigali un «plan militaire conjoint» dans une opacité totale. But : désarmer les hutus des FDLR. Ceux-ci, constituent, selon les autorités de Kinshasa, «l’un des gros points de discorde» avec le régime de Paul Kagame. Quelle naïveté alors que la terre entière a compris l’enjeu essentiellement économique ? Depuis le passage, à Kinshasa, du général James Kaberebe, chef d’état-major général de la «RDF», on assiste à une sorte d’accélération de l’histoire avec un petit «h» dans la province du Nord Kivu. Il y a eu d’abord Bosco Ntaganda, chef militaire du CNDP qui a annoncé le «renversement» du «Chairman» Laurent Nkunda Mihigo. Une «révolution» manifestement téléguidée conçue et exécutée depuis Kigali. Le Rwanda de Kagame ne pourrait nier son implication dans la déstabilisation des provinces du Kivu. De même, le CNDP a perdu le peu de «bénéfice du doute» dont il jouissait auprès de certains opposants congolais. Les masques sont tombés. Vendredi 16 janvier, une douzaine de commandants dissidents du CNDP, avec à leur tête le même «Bosco» annoncent sans rire, à Goma, la "fin de la guerre" contre les FARDC et leur intention de traquer les FDLR aux côtés des armées congolaise et rwandaise. Selon des dépêches d’agence, l’armée rwandaise entrée mardi à Goma «a l’intention de se diriger vers Rutshuru», fief de Nkunda. Un Nkunda devenu aphone qui, en désespoir de cause, a confirmé la fin des hostilités.

deputes_seancesDes députés nationaux en colère

Dans une déclaration datée 17 janvier, des députés nationaux originaires du Sud Kivu disent tout le mal qu’ils pensent des tractations entre Kinshasa et Kigali sur la situation dans la partie orientale du pays en général et dans les provinces du Kivu en particulier. C’est un désaveu politique qui ne manquera pas de faire des émules. «Selon les informations à notre possession, notent ces parlementaires, le tandem de commandement de la coalition Kigali-Kinshasa serait ainsi classé : Sud-Kivu : James Kabarebe (RDF), commandant en chef des opérations, secondé par John Numbi (Police RDC), Nord-Kivu : Amisi Tango Fort (FARDC), comandant en chef, secondé par un officier de l’APR dont le nom est à préciser.» Ces députés de regretter la présence de John Numbi Banza dont le nom est associé aux opérations de «Mixage», «de triste mémoire, ayant permis aux troupes fidèles à Laurent Nkunda d’accroître ses effectifs, son armement et son champ opérationnel sans combats et sans efforts», peut-on lire. Après avoir fustiger «l’ambiguïté des positions et la complicité avérée de certaines autorités de Kinshasa dans l’évolution du processus visant le rétablissement de la paix à l’Est de la RDCongo», les signataires de rappeler «que, lors de l’occupation des provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de la Province Orientale ainsi que le Nord-Katanga par le Rwanda et ce, pendant plus de 5 ans, aucun affrontement armé n’a été signalé opposant l’APR et ses dérivés du RCD aux ex-FAR/Interahamwe, forces négatives.» Autrement dit, le Rwanda ne pourra pas réaliser en une quinzaine de jours ce qu’il n’a pas fait en cinq ans.

Mise en garde

Les députés de révéler que durant cette occupation, le gouvernement rwandais utilisait les mêmes rebelles hutus «comme une main d’œuvre à bas prix dans l’exploitation des richesses minières et forestières de la RD Congo.» En conclusion de leur déclaration, les signataires dénoncent « l’acte de charme brandi par le CNDP dans sa déclaration de fin de guerre du 16 janvier 2009, qui n’est autre que de la pure diversion». Ils mettent en garde «quiconque, puissant soit-il, autorité de Kinshasa, de Kigali ou d’ailleurs, qui rêverait que la République Démocratique du Congo est un no man’s land, un bien sans maître comme ce fut le cas avant 1885.» «Récusons sans ambages toute proposition du gouvernement de Kinshasa de nature à introduire malicieusement sur le sol congolais, une quelconque présence des éléments de l’armée rwandaise (de triste mémoire) ou des officiers des services de sécurité et de renseignement rwandais aux motifs fallacieux, soit d’appuyer les FARDC pour traquer les ex-FAR/Interahamwe, soit à titre de constater sur terrain les faits de notre non implication aux côtés de ces forces négatives (cfr page 3, pt 2c du rapport du Ministre Tambwe Mwamba du 04 nov. 2008 au Président de la République).» Tout en saluant le coup de gueule de ces « élus de la nation», on ne pourrait s’empêcher de regretter que ces derniers n’aient pas eu le courage de pousser leur logique jusqu’au bout en initiant une procédure de destitution de Joseph Kabila. Motif : haute trahison.

B.A.W

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 07:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur L’armée rwandaise en passe d’occuper les provinces du Kivu avec l’accord de Joseph Kabila

Nouveau commentaire