LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

16 janvier 2009

CPI - BEMBA : PATASSÉ LA FAILLE DE MORENO... BOZIZÉ PREND SES DISTANCES

CPI.........................................................................................

Devant la Cour pénale internationale, les avocats de Jean-Pierre Bemba ont exclu jeudi toute responsabilité de l’ancien vice-président congolais dans les crimes commis, selon l’accusation, par sa milice en République centrafricaine. La Cour a donné dix jours à toutes les parties pour fournir, si elles le souhaitent, des contributions supplémentaires.

La défense s’est engouffrée dans ce qui est apparu comme une faille du procureur. Cette faille, c’est l’absence de l’ancien président centrafricain, puisque Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président de la RDC, est suspecté d’avoir conclu avec Ange-Félix Patassé un plan commun qui comportait une intention criminelle. Mais, pour l’instant, seul Jean-Pierre Bemba a été arrêté par la CPI (Cour pénale internationale).AKilolo_20010

D’entrée de jeu, maître Aimé Kilolo-Musamba a donc fait valoir que c’est bien le président centrafricain Patassé qui a fait venir les troupes du MLC, les a habillées, nourries, transportées et contrôlées. Aux yeux de la défense, Jean-Pierre Bemba ne peut donc être considéré comme co-auteur des crimes commis.

Preuves supplémentaires

Sur la question cruciale de la responsabilité individuelle de Jean-Pierre Bemba, la défense estime qu’il n’y a pas d’élément de preuve solide pour démontrer qu’il était informé et que ses troupes commettaient des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité en Centrafrique.

« Les témoignages sur lesquels se fondent l’accusation, a expliqué Maître Kahn, autre avocat de Jean-Pierre Bemba, sont contradictoires ». Et de demander au juge de tenir compte des incohérences de certains des témoignages des victimes et surtout de prendre en compte l’identité de certains de ces témoins.

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS POUR ECOUTER Me KWEBE LIRISS, UN DES AVOCATS DE J.P. BEMBA

http://www.rfi.fr/player/popUpMultimedia/popUpMultimedia.aspx?rubrique=actufr&URL=http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/R109/INV_AFR_16.01.09_ME_NKWEBE_CPI_VS_BEMBA&UID=1_156_182947&s=54309&s2=17&xtpage=Actualite::articlesdivers::article_77415.asp&xt_multc=%26x1%3D1%26x2%3D1%26x3%3D%26x4%3D%26x5%3D

982744_1226597PATASSÉ SUR LA SELLETTE

L'amnistie accordée à Ange-Félix Patassé ne le protège pas des éventuelles poursuites dont il pourrait faire l'objet de la part de la CPI. Cette précision concernant l'ancien président centrafricain a été faite aujourd'hui par François Bozizé l'actuel chef de l'Etat centrafricain, en réponse à la question d'un journaliste, lors d'une visite à Brazzaville. Elle intervient alors qu'Ange-Félix Patassé -qui n'est pas poursuivi par la CPI- a été mis en cause à plusieurs reprises cette semaine par les avocats de Jean-Pierre Bemba, chef de l'ex-rébellion congolaise du MLC, lors d'audiences devant la juridiction internationale.

C'est écrit dans la loi d'Amnistie promulguée en octobre en Centrafrique : l’amnistie ne concerne pas les crimes qui relèvent de la compétence de la Cour pénale internationale. Alors si la CPI réclamait un jour l'ex-président centrafricain Ange-Félix Patassé, que dirait ou que pourrait faire son successeur ? « Nous laissons la CPI continuer son travail normalement jusqu'à son aboutissement », répond aujourd'hui, avec une certaine distance, le président Bozizé.

Aujourd'hui Ange-Félix Patassé n'est pas poursuivi par la CPI mais son absence à La Haye a été pointée cette semaine. Son nom a même été cité plusieurs fois lors des audiences de confirmation des charges de Jean-Pierre Bemba. C'est même sur lui que s'est appuyée la défense de l'ex-chef rebelle congolais.

Selon ses avocats, ce n'est pas Jean-Pierre Bemba qui est responsable des violences commises par ses hommes en Centrafrique en 2002 et 2003 ; mais Ange-Félix Patassé qui a donné ordre de fournir le matériel de combat, les véhicules, le carburant et les uniformes utilisés par le MLC venu le soutenir. C'est donc lui aux yeux de la défense de Jean-Pierre Bemba qui aujourd'hui devrait être dans le box à La Haye.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 15:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires sur CPI - BEMBA : PATASSÉ LA FAILLE DE MORENO... BOZIZÉ PREND SES DISTANCES

  • A tous les frères et toutes les soeurs black, le lundi 19 janvier 2009 cela fera 40 ans que l'honorable Martin Luther King JR. nous à quitté, aujourd'hui son reve à été réalisé et sera confirmé avec l'entrée à la maison blanche de Barack Obama le mardi 20 janvier 2009.En leurs honeurs, ces 2 jours habillons nous tous les Blacks que tu connais.!!!YES WE CAN!!!que tous les ressortissants noirs se mobilisent ce mardi 20 janvier 2009 en faisant une greve en pennant vos congés,vos rtt;vos vacances et autres etc...

    Pour soutenir Barack Obama.La parole de la bible se realise:les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers le peuple noir a été considéré comme une sous-race qui a été enchainé, exploité, battu, denigré. Il est temps de montrer notre FORCE il faut montrer que nous existons et fier de notre couleur de peau

    oui nous pouvons

    Anna ADJALLE

    Posté par Anna ADJALLE, 17 janvier 2009 à 14:52 | | Répondre
  • Incohérence statistique

    Le Procureur c'est basé sur un rapport de la FIDH pour sa plaidoirie. Ce rapport mentionne 250 viols, plus 16 viols de femmes de confessions musulmane.
    Le même rapport mentionne 1500 soldats MLC sur le terrain.
    Considérons que chacun des 266 viols a été commis par un militaire différent en accomplissent de se que le Procureur défini comme "stratégie de guerre".
    266 viols divisé par 1500 soldats, 17% seulement des soldats auraient obeit à leurs ordres ? 83% des troupes se seraient refusés a obeir ? Ou est ce que les viols, pour horribles qu'ils soient, sont de fait des dommages colatéraux et non pas une stratégie organisée et planifiée ?

    Posté par Moninga, 18 janvier 2009 à 22:42 | | Répondre
  • arrêter de tourner en rond

    C'est quand même bizarre que Bemba soit seul à la barre pour un acte commis en centrafrique par ses troupes.
    Vous voulez nous dire que les autorités centrafricaines de l'époque n'y sont pour rien? que les troupes de Bemba sont allées en Centrafrique d'eux même pour commettre ces crimes?
    pour savoir toute la vérité et qu'il y ait une justice équitable, la présence des autorités centrafricaines de l'époque aux cotés de Bemba s'avèrent capitales...
    penser à ces victimes meurtries dans leur chair...

    Posté par 25 octobre 2002, 29 janvier 2009 à 11:42 | | Répondre
Nouveau commentaire