LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

31 octobre 2008

Calme tendu à Goma qui craint la faim sous pression des rebelles "tutsis rwandais"

image_file_1679..........................................................................................

Nuit de pillages et de violences occasionnées par les militaires des FARDC débandés. Les déserteurs reviennent à Goma à la faveur du cessez-le-feu. Explosion des prix alimentaires.

La ville de Goma, dans l'est de la République Démocratique du Congo (RDC), qui a vécu des jours de tension, donnait vendredi matin des signes de retour à la normale, selon des sources diplomatiques et humanitaires.

2006_frazer_250La secrétaire d'Etat adjointe américaine aux Affaires africaines, Jendayi Frazer, est attendue vendredi à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), alors que les rebelles sont au portes de cette ville depuis deux jours, a-t-on appris de sources concordantes.

Jeudi, elle avait rencontré à Kinshasa le président congolais Joseph Kabila. Cette tournée dans la région africaine des Grands Lacs est destinée à "engager les leaders de la région à trouver une solution aux violences dans la région", selon la même source.

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS POUR ECOUTER LA CONFERENCE DE PRESSE DE Mme FRAZER APRES SA RENCONTRE AVEC LE "RAIS" CONGOLAIS

http://www.voanews.com/french/figleaf/mp3filegenerate.cfm?filepath=http://www.voanews.com/mediaassets/french/2008_10/Audio/Mp3/voa-drc-frazer-31-0ct.Mp3

Le chef de la mission de l'ONU en RDC (Monuc), Alan Doss, est aussi attendu vendredi à Goma, la capitale de la province congolaise du Nord-Kivu, située à la frontière avec le Rwanda.

"Sur tous les fronts, c'est calme", a déclaré à l'AFP un conseiller de l'ambassade de France sur place, Bernard Sexe, "il semble qu'il y ait un regain d'activités, les taxis motos sont de nouveau dans les rues".

Il a indiqué qu'il y avait eu "quelques tentatives de pillage dans la nuit" dans cette ville de plusieurs centaines de milliers d'habitants, enjeu d'affrontements depuis la fin août entre des rebelles congolais et l'armée de Kinshasa.

Des résidents ont fait état de pillages par des soldats de l'armée congolaise en déroute, d'exécutions de civils et de viols depuis que les rebelles congolais ont resserré leur étau autour de capitale de la province du Nord-Kivu, frontalière du Rwanda.

Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu, vivait un calme tendu, jeudi, à l’issue d’une nuit déchirée jusque vers 1heure du matin par les pillages de commerces, habitations et hôpitaux, accompagnés de viols et de meurtres - 22 au moins. Les soldats débandés de l’armée congolaise - et des bandits, notamment des détenus évadés à la faveur des troubles - ont plongé la ville dans la peur malgré les appels du commandant en chef de la8e région militaire. Certains soldats congolais non fuyards ont mené des patrouilles durant la nuit avec la Monuc (Mission de l’Onu au Congo) pour tenter de limiter les dégâts. Ceux-ci seraient surtout importants le long du parcours emprunté par les soldats fuyards pour quitter la ville vers Saké et Minova (sud).

Mais le cessez-le-feu unilatéral décrété, mercredi soir, par les rebelles du CNDP de Laurent Nkunda, qui se sont arrêtés à une dizaine de kilomètres au nord de la ville, semble avoir poussé les soldats fuyards à revenir vers celle-ci, jeudi. Plusieurs habitants de Goma ont signalé à "La Libre Belgique", jeudi après-midi, que de nombreux groupes de militaires FARDC en goguette circulaient, soit désarmés pour certains, soit armés et sans chef, mais chanvrés pour d’autres. Cependant, ils ne pillaient pas à ce moment-là.

image_file_1685Les habitants se terrent dans leurs maisons. Ils sont préoccupés par l’explosion, depuis deux jours, des prix des denrées alimentaires - extrêmement rares, commerces et marchés étant restés fermés, jeudi - alors qu’ils étaient déjà particulièrement élevés à Goma.

"Les prix ont triplé, voir quintuplé depuis deux jours", nous signale un habitant de l’avenue du Lac. La plupart des denrées alimentaires qui approvisionnent Goma viennent, en effet, du nord, dont les routes sont fermées en raison des combats des derniers jours. Le chef rebelle Laurent Nkunda a annoncé son intention "d’ouvrir un couloir humanitaire" entre Goma et Rutshuru, principal axe d’approvisionnement alimentaire, pour permettre à la Monuc de faire rentrer chez eux les dizaines de milliers de civils qui ont fui les combats des derniers jours; mais on n’y circulait toujours pas, jeudi après-midi. Seule la route du sud permettait l’arrivée de nourriture - des bananes plantains. "Si cela continue comme ça, la ville va connaître la faim", craint un médecin interrogé par "La Libre Belgique".

Le PAM (Programme alimentaire mondial) a distribué des vivres aux hôpitaux et centres nutritionnels.

L’eau risque également de devenir rapidement un problème. Seul le centre-ville est raccordé à la Regideso. Dans les quartiers périphériques, les gens vont puiser l’eau en bidons à "la plage du Peuple" au bord du lac Kivu. La peur a cependant empêché les habitants qui habitent loin de cet endroit de venir se fournir, jeudi.

174171Visite rwandaise à Kinshasa

Sur le front diplomatique, la visite de la ministre rwandaise des Affaires étrangères était attendue à Kinshasa. On espérait que ce déplacement permette de faire progresser le dossier du rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, interrompues depuis la guerre (1998-2003) et celui d’un sommet entre les deux présidents.

Le Rwandais Paul Kagame a refusé, mardi, celui que lui proposait Kinshasa au sujet de Nkunda, qu’il considère comme un conflit intracongolais, mais accepterait de discuter du renvoi vers le Rwanda des FDLR (rebelles hutus rwandais issus des génocidaires, alliés de Kinshasa).

Un geste positif à Kinshasa cependant : les députés congolais ont réclamé à l’unanimité, jeudi, indique Belga, l’ouverture par leur gouvernement d’un dialogue direct avec la rébellion.

O.M/La Libre

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Calme tendu à Goma qui craint la faim sous pression des rebelles "tutsis rwandais"

Nouveau commentaire