LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

25 octobre 2008

Gouvernement Muzito I, c’est pour ce week-end !

MUZITOJoseph Kabila et Adolphe Muzito se sont encore vus ce vendredi 24 octobre 2008 pour la sixième fois en deux semaines. Tout est prêt. La taille, les noms des ministres et vice-ministres, etc. Il ne reste plus que la signature de l’ordonnance par le Président de la République. C’est d’ailleurs annoncé pour ce samedi 25.

En cas de report, demain dimanche 26.

Cette fois-ci est peut-être la bonne. Le Gouvernement, selon certaines voix autorisées, est annoncé pour ce samedi 25 octobre. Toutes proportions gardées, en cas d’un éventuel report, les ministres et vice-ministres, le cas échéant, les Vice-Premiers ministres devraient être connus au plus tard demain dimanche 26. La certitude vient de la sixième rencontre que le Président et le Premier ministre ont eue hier ce vendredi 24 octobre 2008. Rencontre à l’issue de laquelle, Joseph Kabila et Adolphe Muzito ont pris en compte toutes les annotations ajoutées à la première mouture gouvernementale. L’équipe Muzito, au maximum, va compter 45 membres. Personne ne veut plus d’un Gouvernement éléphantesque comme ce fut le cas avec Gizenga lors qu’il fallait accorder une prime à tous les membres de la coalition. La suite, on la connaît...

Le Premier ministre de l’époque, Antoine Gizenga, avait eu du mal à joindre l’effectif à l’efficacité. C’est ce qui avait justifié l’avènement de Gizenga II. Puisque l’on ne peut impunément se permettre de commettre les mêmes erreurs, l’équipe Muzito, rien que par sa composition, sur le plan de la forme avant que les analystes ne passent au peigne fin les personnalités, devait donner le ton. Autrement dit, envoyer un message au peuple et aux partenaires selon lequel des mesures importantes et contraignantes sont prises pour réduire davantage le train de vie de l’Etat, ce faisant ; le gaspillage au sommet.

Les dirigeants congolais ont-ils de choix ?

La crise financière et la crise alimentaire conjuguées à l’insécurité et à la déliquescence de l’Etat sont des défis historiques auxquels on ne peut s’attaquer que si on est à la hauteur. Dernièrement, le Gouverneur de la BCC, Jean-Claude Masangu, s’est longuement étendu sur les conséquences de la crise financière occidentale en RDC. Il a expliqué que les entreprises qui font des affaires au Congo empruntent de l’argent liquide aux banques. Les banques étant en crise ou en faillite, l’octroi et l’accès aux crédits deviennent difficiles. Par conséquent, les entreprises vont fermer. Cela signifie qu’il y aura moins de taxes et moins d’impôts. L’Etat sera privé de devises. Adieu l’exécution des projets pharaoniques.

Et l’équilibre géopolitique ?

La taille du Gouvernement, a-t-on appris, a été dictée dans une certaine mesure par la donne géopolitique. Bien sûr que le quota attribué à chacune des composantes de la majorité a été très déterminant. Le principe d’équilibre géopolitique avait été défini dans la Constitution. Ce serait, soutient-on, le seul moyen pour que chaque communauté se sente représentée.

Reprendre les mêmes et recommencer ?

Parmi les critères de sélection des membres du Gouvernement, il avait été dit que la compétence, l’expérience, l’expertise et la moralité joueraient un rôle non moins négligeable. En sera-t-il ainsi ? Il semble que les dinosaures reviennent en nombre. Il s’agit essentiellement de chefs des partis qui n’ont pas toujours les mains propres. LPM

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Gouvernement Muzito I, c’est pour ce week-end !

Nouveau commentaire