LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

26 juillet 2008

Kabila à Paris : l’ombre chinoise... le «petit Joseph» qui croyait au grand rêve !

gif_kabilaLes Congolais de France l’ont attendu en vain à l’ambassade de RD Congo à Paris. Et les journalistes, à qui il avait donné rendez-vous dans un salon de l’hôtel Ritz, place Vendôme, pour une conférence de presse, aussi. En visite officielle en France du 15 au 17 juillet, Joseph Kabila n’a pas cherché à exploiter médiatiquement sa première rencontre officielle avec Nicolas Sarkozy. À l’évidence, il avait d’autres soucis en tête.

En froid avec le gouvernement belge, critiqué par les bailleurs de fonds depuis la signature des fameux « contrats chinois », Kabila avait pourtant l’occasion de sortir de son relatif isolement. Il n’en a rien été. À cause, entre autres raisons, de Mouammar Kaddafi.

Le « Guide » libyen a en effet profité d’une escale « refueling » de l’avion présidentiel congolais à Tripoli pour inviter avec insistance la délégation, forte d’une quarantaine de personnes, à passer la nuit en terre libyenne. Kabila a donc dû avancer de quatre heures son départ de Paris, afin d’assister à un dîner donné en son honneur par Ali Abdessalam Treiki, le ministre libyen de l’Unité africaine. En froid avec Paris sur la question de l’Union pour la Méditerranée (UPM), Kaddafi, chantre de l’unité - et bailleur de fonds - du continent, a manifestement tenu à briefer son jeune collègue de passage. Peut-être savait-il que, quelques jours plutôt, à son arrivée à Paris, celui-ci avait été accueilli par Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État aux Anciens Combattants et grand pourfendeur de la Françafrique. Tout un symbole !

Pas de coup de pouce

Flanqué de quatre ministres, Olivier Kamitatu (Plan), Antipas Mbusa Nyamwisi (Affaires étrangères), Athanase Matenda Kyelu (Finances), Masuga Ruganika (Enseignement supérieur), Kabila a néanmoins demandé l’aide de Nicolas Sarkozy pour obtenir du Fonds monétaire international (FMI) l’allègement de la dette de son pays. Celui-ci se rapproche du point d’achèvement de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), ce qui pourrait lui permettre de bénéficier d’une remise de plus de 9 milliards de dollars, sur un total évalué à 11 milliards. « On ne peut solliciter de nouveaux prêts sans tenir compte de la nécessité de se désendetter par ailleurs », lui aurait répondu le chef de l’État français.

Manifestement, à Paris comme à Bruxelles ou au G8, l’affaire des contrats chinois ne passe pas. On sait que le gouvernement congolais s’est engagé à céder aux Chinois 10 millions de tonnes de cuivre et 600 000 tonnes de cobalt en échange d’un prêt de 10 milliards de dollars (versé en trois tranches) destiné notamment au financement de diverses infrastructures. Outre la sous-évaluation de ces colossales quantités de minerais, c’est le réendettement du pays que la communauté financière internationale a du mal à digérer. Sans parler, bien sûr, de la « concurrence déloyale » que les Chinois font aux Occidentaux dans le secteur minier en Afrique. Et Sarkozy, dont le style tranche avec celui de son prédécesseur à l’Élysée, l’a fait savoir à Kabila.

Sans ménagements excessifs.

Si Jacques Chirac, à qui le Congolais avait réservé sa première visite à l’étranger, en janvier 2001, lui vouait une affection quasi paternelle, il en va tout autrement avec son successeur. Ce dernier a déjà annulé deux étapes à Kinshasa lors de ses tournées africaines. Une rencontre entre les deux hommes était prévue en marge du sommet Union européenne-Afrique de Lisbonne, en décembre 2007, mais Kabila a finalement renoncé à se rendre au Portugal. Avant l’entrevue du 16 juillet à l’Élysée, qui n’a duré qu’une demi-heure, ils ne s’étaient entretenus qu’une seule fois - et encore, furtivement -, l’année dernière, en marge de la 62e Assemblée générale de l’ONU.

jkk_sarkozy_mainsPragmatisme

À l’avenir, la relation Kabila-Sarkozy devrait donc être beaucoup moins affective et beaucoup plus pragmatique que la relation Kabila-Chirac. Face à la concurrence américaine, belge et, surtout, chinoise, la France entend renforcer sa présence dans « ce grand pays en reconstruction » qu’est la RD Congo. Jusqu’ici, force est de reconnaître qu’elle s’est montrée plutôt discrète. En 2007, elle s’est engagée à financer plusieurs projets dans les secteurs de la santé et de l’éducation (200 millions d’euros sur cinq ans) et a contribué au financement de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc).

Une goutte d’eau dans l’océan des besoins congolais…

Les entreprises françaises ne se bousculent pas non plus au portillon, même si une quinzaine de patrons membres du Medef ont été reçus par le président congolais pour parler investissements. En revanche, l’entretien accordé par ce même Kabila à Anne Lauvergeon, le PDG d’Areva, n’est pas passé inaperçu. Si, globalement, l’intérêt de la France pour le secteur minier congolais a tendance à se relâcher, tel n’est pas le cas du groupe nucléaire français.

Et pour cause : il est le seul opérateur du secteur. Areva a même décidé de faire du secteur minier l’un des axes stratégiques de son développement et entend doubler sa production d’uranium d’ici à 2012 pour profiter d’une demande mondiale en pleine expansion.

Reste à savoir si les liens entre Kabila, admirateur déclaré de la Chine, et Sarkozy, dont le style pour le moins direct est parfois déconcertant, vont se trouver renforcés par leur dernière rencontre parisienne. A priori, cela n’a rien d’évident. J.A

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 05:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Kabila à Paris : l’ombre chinoise... le «petit Joseph» qui croyait au grand rêve !

  • Excellent propos !

    J´avoue avoir été séduit par cet article, parce que généralement lorsque des congolais parlent de leurs gouvernants ou d´eux-mêmes, ils restent rarement critiques et objectifs. L´histoire de ces contrats chinois est du pur vitriol, surtout quand on sait qu´ils sont inégaux, léoniens, et foncièrement méprisant de tout économisme moderne. Je dois dire...que de jour en jour j´ai un mépris évident pour les intellectuels qui se sont ainsi rabaissés à accepter ce genre de contrat de pure exploitation. Mais, n´en restons pas là: les efforts que fait le gouvernement RdCongolais en ce moment pour gérer ce pays et promouvoir son avenir sont insuffisants, voire inefficaces à changer quoi que ce soit durablement et positivement dans ce pays. Nous ne parlons ici pas de la manière de tromper ou d´éblouir les gens, mais bien de celle de s´attaquer aux véritables maux et piliers du sous développement qui sont l´éducation, la formation professionnelle, la santé, la formation universitaire technique et l´ingéniorat de conception. Celui ou ce gouvernement qui ne met pas au vert ces facteurs n´a rien compris de ses obligations.
    Autre chose qui gangrène la société congolaise et contamine ses efforts est la corruption qui a atteint des allures de catastrophe dans notre pays. Et pour y remèdier il ne s´agit pas seulement de faire des commissions pour lutter contre ce poison social pour croire que tout était fait. Il faut une mentalité sociale de solide moralité et de preuves tangibles et palpables que tout le monde était lié aux mêmes efforts éthiques, moraux, économiques et sociaux afin d´en profiter conjointement des fruits. Or, déjà la différence de salaire entre les députés nationaux et le petit fonctionnaire ou maître d´école était...astronomique! Rien que par cette simple disparité on peut déjà dire que ce régime n´arrivera à rien du tout parce que la confiance du peuple lui restera insaisissable.
    Beaucoup de nos collègues de l´Internet se sont étalés gratuitement sur le voyage de Kanambé ou Kabila (C´est selon) à Paris, moi pas. Je savais que cette visite n´apportait rien de nouveau à qui que ce soit. Et pour ma part, on en faisait tellement de bruit pour rien qu´on se demandait si les congolais de part et d´autres ne s´ennuyaient pas pour s´occuper de quelqu´un qui apparemment brillait dans l´exercice médiocre du pouvoir. Une marionnette, en fait, de quelques milieux katangais qui avaient besoin d´une petite lumière pour s´exercer à loisir sous son ombre. Faire donc autour de lui trop de bruit ou de manifestation, c´est empêcher le pauvre de se concentrer, et d´arriver comme tout le monde à mettre intellectuellement un pas après l´autre. J´ai même lu qu´Andocha prétendait que Kabila était capable d´apprendre, et que son francais s´était amélioré...si ce n´est pas un hymne passionné à l´aliénation coloniale. Enfin, bon; on n´a que le chef qu´on mérite, dit-on.
    Oui, mon ami, vous avez bien raison de dire que le petit Joseph croyait au grand rêve. On peut tromper les africains et les congolais de petite intelligence...mais pas le monde entier, que diable !

    Musengeshi Katata
    "Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"
    Forum Réalisance

    Posté par Musengeshi Kat, 26 juillet 2008 à 11:29 | | Répondre
  • C'est trop marrant de voir Monsieur M.K faire exactement à travers son commentaire ce qu'il réproche aux autres Congolais.Alors au cas où vous ne sauriez pas, vous êtes plus CRITIQUE que OBJECTIF, alors encore un peu d'effort pour faire comme LOSAKO dans ces commentaires en matière d'objectivité, même si je le sens parfois ronger ces freins pour pas basculer complètement dans son camps lol lol.

    Posté par Patriote, 26 juillet 2008 à 16:34 | | Répondre
Nouveau commentaire