LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

28 juin 2008

Jean-Pierre Bemba reste en détention / L’ultime combat de Bemba ce mardi 1er juillet !

balanceLe quadragénaire comparaîtra encore le 1er juillet devant la cour de cassation pour tenter d’obtenir la mise à néant de deux autres arrêts de la chambre des mises en accusation de Bruxelles.

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a rejeté hier vendredi 27 juin la requête d’appel formée par Jean-Pierre Bemba et ses avocats contre une récente décision de la chambre du conseil de Bruxelles qui avait confirmé l’un des trois mandats d’arrêt. Le principal opposant au président de la RDC, Joseph Kabila, reste donc détenu à la prison de Saint-Gilles.

En dépit de la décision rendue aujourd’hui, Jean-Pierre Bemba reste en Belgique, il ne peut pas être transféré à ce stade à La Haye, selon Me Aimé Kilolo, avant d’ajouter que la défense attend une décision qui sera prise la semaine prochaine. A ce sujet, l’affaire sera appelée à l’audience de mardi devant la Cour de cassation. «Nous avons deux possibilités mardi. La Cour de cassation peut soit dire nous cassons la décision, cassation pure et simple sans renvoi et M.Bemba est libéré, soit de dire nous cassons, mais c’est une cassation avec renvoi. Ceci veut dire que l’affaire de la validité du mandat d’arrêt va de nouveau retourner devant une chambre de mises en accusation… », a conclu l’avocat de Bemba.

Ça passe ou ça casse ce mardi 1er juillet pour Jean-Pierre Bemba. Ou bien la Cour de cassation de Belgique met à néant toutes les décisions de la Chambre des mises en accusation de Bruxelles qui déclaraient recevable mais non fondée la requête de mise en liberté provisoire, ou bien elle confirme les deux arrêts qui trouvent l’incarcération de Bemba tout à fait justifiée.

Deux événements dominent l’actualité en ce début de week-end à Kinshasa. D’une part, il y a les festivités de commémoration de la 48ème année de l’indépendance du Congo, délocalisées ce lundi 30 juin 2008 à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Occidental. L’exécutif national dans son ensemble, avec toute sa dépendance, a effectué le déplacement de Kananga. Un voyage coûteux, au moins une centaine d’officiels, critiqué par l’opposition qui estime que les maigres ressources dilapidées en terme de frais de mission et frais de risque auraient pu être utilisées à autre chose d’important. Par exemple à la lutte contre la vie chère. Des pressions au sujet de la réduction du train de vie de l’Etat ont resurgi.

jpg_aa_642a6Le Gouvernement justifie.

Le Président Joseph Kabila place tous ses déplacements en province dans le cadre d’un rapprochement avec le Congo profond. C’est dans la même optique que les Conseils des ministres se sont tenus à Kisangani, Matadi, Bandundu, etc. Les stratagèmes autour du Président Kabila avaient pensé qu’après le clivage Est-Ouest à l’issue des élections de 2006, la tenue des Conseils des ministres dans différents chefs-lieux des provinces et la multiplication des descentes sur terrain étaient une panacée.

Apparemment, la stratégie paie puisque d’après des sondages, commandités par on ne sait qui et organisés on ne sait comment pour des mobiles ignorés, la côte de popularité du Chef de l’Etat croît. Une montée à attribuer à l’arrivage des matériels chinois et au lancement des grands travaux dans le cadre des cinq chantiers. A dire vrai, avec ses déplacements répétés en provinces, Kabila a su parler au peuple. Son père le faisait très bien. Entre les deux hommes, ce sont deux styles différents.

Les déboires de Jean-Pierre

Le deuxième sujet de conversation des Kinois surtout, ce sont les démêlées judiciaires de Jean-Pierre Bemba devant les juridictions occidentales. Cela fait déjà plus d’un mois que les Congolais ne savent pas si l’adversaire du Président au deuxième tour de la présidentielle de 2006 sera transféré à la Haye pour être jugé par les juges de la CPI. Jean-Pierre Bemba est incarcéré à Bruxelles sur un mandat d’arrêt de la CPI qui reproche des crimes commis par les troupes du MLC à Bangui entre 2002 et 2003.

Bemba se bat encore.

Ses avocats : Me Philippe Marcus-Helmons, Me Claude Bontinck et Me Pierre Legros, pour ne citer que ceux-ci, seront ce mardi 1er juillet devant la Cour de cassation de Belgique pour tenter d’obtenir l’annulation des arrêts défavorables à Jean-Pierre rendus par la Chambre des mises en accusation de Bruxelles. Difficile d’anticiper sur la suite des événements. Même si la Chambre des mises en accusation de Bruxelles a jugé justifiée la détention prolongée de Jean-Pierre Bemba. Mais celui-ci est du genre à se battre jusqu’au bout. Kengo, Président du Sénat, avait reconnu les qualités exceptionnelles de Jean-Pierre lors de son ralliement en octobre. O.M/La Prospérité

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 04:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Jean-Pierre Bemba reste en détention / L’ultime combat de Bemba ce mardi 1er juillet !

  • la procedure de l'arrestation de jp bemba

    Monsieur JP Bemba interpeler par la CPI pour meurtres,violations faites aux femmes,pillage,massacre... je pense que bemba en republique centr'africain a ete fait appel comme mercenaire par Ange Felix Patase pour la sauvergade de la souverainete national qui etait menace par le chef de la rebellion le colonel Francois Bozize soutenu par le gouvernement francais,et la CPI accuse aujourd'hui bemba pour crimes de guerre est ce les milices bemba etait le seul a commetre les crimes moi je pense pas puisque les milices de bemba etaient sous commandement de l'armmee en place. dans cette affaire il serait mieux que la CPI interpele l ex president Patase ainsi que le ministre de la defense et le chef d'etat major ensuite reunir tous les faits comme preuve. au lieu d'incombe toute la faute a bemba et de lui arrete injustement par la justice belge sous demande du procureur de la CPI enfin de lui incarsere

    Posté par patrick musungay, 09 juillet 2008 à 15:03 | | Répondre
  • La politisation de l'affaire Bemba.

    Si il est possible que les hommes de bemba pouvaient commettre des faits ,la justice doit se faire dans l'impartialité ;
    1) Les hommes bemba appartenaient à un groupe rebelle ,ainsi la pénale du congo ne les protégeant relèvement aux militaires congolais mission à l'étranger qui obéissent au principe de la personnalité de la loi pénale inhérentes à la souveraineté des États. Donc s'est la loi du pays ( rca ) qui doit s'appliquer.
    - 2)ces hommes étaient venu sur invitation du gouvernement légale . ainsi ces hommes sont directement membre de l'armée de la RCA .Bref des mercenaires . Ici sur plan juridique leur hiérarchie ne se discute pas .
    3)pouvaient ils poser des actes contraire aux ordres ? possible .
    4) Que faut l pour-que bemba soit coauteur des actes !
    A)- il faut prouver le contre ordre à celui du gouvernement de la RCA.
    B)-Que Bemba est empêché la justice RCA ,Internationale et celle de la RDC à faire leur travail.
    5)Or depuis le début le seul à exiger justice c'est Bemba.
    A) il avait ordonné une enquête interne dès qu'il ya eu la rumeur!
    b)il a sollicité par tant les autorités judiciaire de la RCA, de L'ONU que celle de Kinshasa dont les troupes dépendaient depuis l'accord de paix en RD Congo signé à SUN CITTY 2003.
    Bref sa bonne foi à coopérer rende l'action contre lui devant la CPI fantaisiste et place la responsabilité de l'inaction de justice non sur Bemba mais plutôt sur les autorités qui devaient l'engager ou la faciliter, notamment : la RCA ,L'ONU et RDC.

    Posté par maï maï, 17 décembre 2008 à 20:17 | | Répondre
Nouveau commentaire