LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

14 juin 2008

RDC: 100 morts cet hiver au Bas-Congo dans des dérapages policiers, dénonce l'ONU

22801409_pAu moins cent personnes, dont de nombreux adeptes du mouvement Bundu dia Kongo (BDK), ont été tuées lors d'une opération de police en février-mars au Bas-Congo, en République démocratique du Congo (RDC), selon l'ONU, qui a dénoncé vendredi un "usage excessif de la force".

C'est la première fois depuis ces violences que l'ONU communique officiellement un bilan et liste une série de violations des droits de l'Homme perpétrées par la police nationale congolaise (PNC), mais aussi des violences attribuées au BDK, dans un rapport de 36 pages rédigé par une équipe multidisciplinaire du Bureau de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc) pour les droits de l'Homme.

"Le bilan officiel des incidents était de 27 morts, y compris trois policiers. L'enquête a conclu qu'au moins 100 personnes, principalement des partisans du BDK, ont été tuées pendant les opérations de la PNC lancées le 28 février 2008 dans la province du Bas-Congo (ouest)", affirme le rapport.

"Ce lourd bilan (...) a été principalement causé par l'usage excessif ou illégitime de la force par la PNC, et, dans quelques cas, par des exécutions arbitraires", poursuit le texte, citant des "cas d'exécutions de détenus" et le fait que des témoins affirment avoir vu la PNC jeter des cadavres dans une rivière "pour chercher à dissimuler des preuves".

Le rapport liste aussi des actes de "torture", des "traitements dégradants", des pillages et des incendies d'habitations ou d'églises du BDK, dans différents localités de la province.

Les enquêteurs rappellent que l'opération de police, destinée à "restaurer l'autorité de l'Etat", avait été lancée après des mois de tension au Bas-Congo, où, en février, deux hommes avaient été "brûlés vifs par le BDK" qui les accusait de sorcellerie.

Cette secte politico-religieuse affirme lutter pour la défense des intérêts du peuple Kongo et certains de ses leaders prônent la restauration de l'ex-royaume Kongo, qui s'étendait au XVe siècle sur l'actuel Bas-Congo, une partie de l'Angola, du Congo voisin et du Gabon.

Le rapport de l'ONU rappelle que dans certains villages, le BDK s'était "arrogé les pouvoirs de l'Etat" et était qualifié d'"organisation terroriste" par certaines autorités locales.

Toutefois, les enquêteurs soulignent que l'emploi de mitrailleuses légères, la "destruction systématique des églises et maisons du BDK" et l'arrestation de plus de 150 adeptes pourraient indiquer que les autorités avaient "comme objectif de réduire considérablement la capacité opérationnelle du BDK", interdit fin mars par le gouvernement.

L'équipe de l'ONU a aussi visité plusieurs localités où se trouvaient des fosses communes. Elle a constaté dans certains cas, comme à Manterne (sud de la province), que "bien qu'aucun corps n'y ait été retrouvé, des preuves matérielles et physiques, ainsi que des témoignages, peuvent indiquer que des corps y ont été enterrés et ont ensuite été déplacés".

La Monuc recommande l'ouverture d'une enquête par la justice congolaise, appelle le gouvernement à "prendre des mesures" afin de mieux former et équiper sa police, et le BDK à "reconnaître la légitimité" des autorités congolaises.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 01:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur RDC: 100 morts cet hiver au Bas-Congo dans des dérapages policiers, dénonce l'ONU

  • NSEMI UN CRIMINEL POTENTIEL POUR LA CPI

    Ce type est dangereux,c'est un criminel.
    Y a qu'à voir sa tête pour se rendre compte
    de l'homme satanique qu'il est. La vrai gueule d'un féticheur africain détenant des pouvoirs maléfiques.
    Comme Bemba, un assoiffé de pouvoir, il doit réjoindre son pote à la Haye sans tarder pour que ces actes ne restent pas impunis.
    Il a enrôlé dans son mouvement
    politico-réligieux-mafiosi-satanique des pauvres jeunes gens congolais de surcroît,en mal d'emplois
    qu'il appelle "DES MAKESA" en kikongo cela veut dire "DES HOMMES FORTS" prêtent en
    endécoudre contre qui? contre la république. En 2006,pendant la campagne présidentielle, avec la bénédiction de Roger NIMI, il a accepté d'intégrer CES MAKESA AVEC CEUX DE JP BEMBA
    pour former un groupe fort capable de MENER une opération guerrière contre les institutions en semant des troubles pour déstabiliser la province du Bas-Congo et la république. De nombreux congolais en sont morts et laisser malheureux leurs familles et leurs enfants. Rebelotte,avec cet nouvelle affaire Bundu dia Kongo. Encore des morts.De quel droit peut-il réclamer l'indépendance du KONGO? MOBUTU l'avait déjà emprisonné à l'époque pour atteinte de la sûreté de l'état et du territoire national.NON, n'encouragions pas le mal,ce type commet des actes de terrorisme, des crimes, des violes et il est xénophobe. Tous ces 100 morts doivent être mis à son compte et il doit être traduit en justice et répondre à tous ces massacres.

    Posté par Bounty, 14 juin 2008 à 11:30 | | Répondre
  • Apprendre a se taire si tu ne maîtrise pas ce que tu dis

    Je pense que parmi les opportunites il existe aussi ce qu'on appelle SILENCE. le silence est une occasion surtout lorsque tu n'as rien a dire tu dois a apprendre saisir cette chance.

    Posté par semba, 04 août 2008 à 01:04 | | Répondre
Nouveau commentaire