LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

04 juin 2008

Olive L. Kabila au secours de la diplomatie congolaise

pic_L’épouse du chef de l’Etat aurait-elle décidé d’entrer de plain pied dans la diplomatie secrète de la République démocratique du Congo ? Personne ne peut en jurer. Cependant, les contacts «discrets» qu’elle vient d’avoir avec des personnalités «de haut rang» en Belgique, où elle séjourne présentement en visite privée, donnent à penser que Mme Marie Olive Lembe Kabila voudrait réussir le coup de poker réalisé par la première dame de France dans la crise des otages bulgares détenus en Libye pendant près de huit ans.

« Nicolas Sarkozy a utilisé ‘sa Cécilia’ pour dompter le chef d'Etat libyen, Mouammar Kadhafi. Joseph Kabila s'est-il montré plus fin ? », s’interrogeait hier mardi le quotidien belge La Libre Belgique. La présence de Mama Olive Lembe Kabila en Belgique, au moment où les relations entre Kinshasa et Bruxelles sont «très tendues», soulève cette pertinente interrogation.

« Profitant d'un de ses très fréquents séjours en Belgique, Olive, la femme du Président congolais a eu, la semaine dernière, des contacts ultras discrets avec certaines personnalités belges "de haut rang". Pas pour négocier, concrètement, mais pour maintenir les ponts entre les deux pays, pour faire en sorte que, même au plus fort de la crise entre Joseph Kabila et Karel De Gucht, le dialogue ne soit pas rompu », a rapporté La Libre dans son édition du 3 juin 2008.

Sur les traces de Mme Marie Olive Lembe, sont également arrivés à Bruxelles, selon le journal, « d’autres émissaires » de Kinshasa. « Olivier Kamitatu, ministre du Plan, et Antoine Ghonda, conseiller à la présidence, ont eu, eux aussi, des entretiens avec des membres du gouvernement belge. Le ton des rencontres était, selon les participants, assez détendu et conciliant », signale-t-on.

Les deux hommes d’Etat congolais ont eu aussitôt des entretiens avec Charles Michel qui «pilote le ministère de la Coopération au développement et dont on connaît l’opposition aux positions de Karel De Gucht ». Celui-ci a même menacé de «quitter le gouvernement avec d’autres ministres», s’il était question de remettre en cause la coopération avec la RDC et si Karel De Gucht s’inscrivait dans la logique de la «rupture» des relations avec la RDC.

CONTACTS FRUCTUEUX

Mme Marie Olive Lembe Kabila n’est pas à ses premiers contacts avec des officiels belges. Elle avait été reçue le 20 août 2007 à Bruxelles par le président du Sénat, Armand De Decker, et son épouse.

Trois jours plus tôt, elle avait eu un entretien le 17 août avec la ministre présidente de la Communauté française de Belgique, Marie Arena. De ces rencontres, les observateurs avaient relevé des messages allant dans le sens du renforcement de la coopération bilatérale entre les deux pays.

Aujourd’hui, sans pour autant présager de l’impact positif des « entretiens discrets » que l’épouse du chef de l’Etat congolais aurait eus avec ses interlocuteurs belges «de haut rang» - non autrement identifiés -, on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec le changement de ton observé dans les récents propos du ministre belge des Affaires étrangères, Karel De Gucht.

A en croire La Libre, « il est clair que le ministre s'est peu à peu rangé aux arguments du Premier ministre Yves Leterme et de Charles Michel, ministre de la Coopération, tous deux partisans d'une ligne plus conciliante ».

En effet, le quotidien belge note que « lundi soir, Karel De Gucht, ouvrant les journées diplomatiques belges, prononçait un discours relativement rassurant, évoquant un dialogue constructif et maintenant une main tendue envers le Congo. Même s'il n'a pu s'empêcher de dire qu'ici en Belgique, tout le monde partageait son analyse sur le fond ».

Tant à Kinshasa qu’à Bruxelles, l’enjeu tourne autour de la recherche des voies et moyens susceptibles de décrisper les relations aujourd’hui tendues entre la République démocratique du Congo et le Royaume de Belgique. Avec, en point de mire, l’exécution d’un plan prévoyant le rétablissement progressif des relations normales, l’évaluation conjointe de la coopération belge et une rencontre entre le président Joseph Kabila et le Premier ministre belge, Yves Leterme.

A la suite des propos que le ministre Karel De Gucht a tenus récemment à l’égard du président Joseph Kabila et que Kinshasa a jugés « discourtois », le gouvernement du Premier ministre Antoine Gizenga a rappelé son ambassadeur en Belgique à Kinshasa et fermé le consulat de la RDC à Anvers ainsi que les représentations belges à Lubumbashi (Katanga) lundi et à Bukavu (Sud-Kivu) hier mardi. Le gouvernement belge avait été informé de la décision de Kinshasa par une note verbale du 24 mai 2008, rappelle-t-on.

ARRETEZ LA POLEMIQUE !

Quelles sont les chances de réussite de l’épouse du chef de l’Etat dans cette crise entre la RDC et la Belgique ? Difficile de répondre à l’interrogation pour la simple raison que Mama Olive Lembe Kabila n’a pas été mandatée officiellement par le gouvernement congolais. Ses contacts demeurent informels à travers des visites de courtoisie. Toujours est-il que de par le monde, les femmes ont toujours joué les grands rôles à des moments importants de l’ histoire. Madame Olive Lembe Kabila s’est déjà distinguée lors de la semaine culturelle « Yambi » qui s’est déroulée en Belgique, présentant ainsi une autre image de la Rdc. Si elle réussissait là où les diplomates n’ ont pas encore donné des résultats satisfaisants, tout sera à son honneur.

Il est aujourd’hui important que les deux parties puissent mettre un terme à la querelle ou polémique qui ne profite nullement aux peuples congolais et belge.

Certes, le ton «arrogant» de Karel De Gucht ne favorise pas du tout la poursuite de bonnes relations diplomatiques entre les deux pays. Ses propos rappellent un certain discours de 1883 appuyant l’arrivée des missionnaires belges au Congo. Faut-il continuer à prêter le flanc aux critiques acerbes en ces instants précis où la RDC doit faire preuve de beaucoup d’imagination pour contourner provocations et pièges qui ne visent qu’à la distraire de ses objectifs de la refondation de la Nation?

Il serait important d’épargner aux peuples belge et congolais des effets à répétition si cette crise perdure. S’il est nécessaire de revoir les termes de coopération, qu’on le fasse de façon impersonnelle sans nuire aux intérêts politiques, économiques et sociaux de la Belgique et de la RDC. Il faut à tout prix sauver les relations entre la RDC et la Belgique. En attendant, les yeux sont braqués sur les contacts discrets de l’épouse du chef de l’Etat à Bruxelles. Le Potentiel

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 07:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Olive L. Kabila au secours de la diplomatie congolaise

Nouveau commentaire