LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

15 mai 2008

Riz : l’or blanc

untitledrizLes réunions se succèdent pour évoquer la crise alimentaire qui menace plusieurs pays. Non pas seulement sur le plan nutritionnel, mais économique avec des conséquences politiques. Le bureau de la Banque africaine de développement, Bad, se réunit actuellement à Maputo, et traite, entre autres, de ce sujet. En Afrique, particulièrement en République démocratique du Congo, des mesures sont prises pour baisser les taxes des produits importés de première nécessité. Mais seule la « révolution verte » atténuera les effets néfastes de cette crise alimentaire. Le riz, aliment de base de tous les pays, passe désormais pour « l’or blanc » par lequel le salut ou le malheur pourrait arriver.

La crise alimentaire touchera la République démocratique du Congo au mois d’octobre, selon certaines projections. Si toutes les dispositions ne sont pas prises, la famine pourrait frapper de plein fouet une bonne partie de la population congolaise.

En prévision de cette calamité, le gouvernement a pris quelques mesures, notamment celles portant réduction des taxes des produits importés de première nécessité. Cependant, cela ne suffira nullement si sur le plan de la promotion agricole, des mesures incitatives n’accompagnent par la politique agricole dans le but d’augmenter la production locale.

Il est important de souligner que la République démocratique du Congo est un pays à forte vocation agricole. Un des rares pays au monde où l’on peut cultiver pendant 365 jours. Aussi, parmi les mesures prises par le gouvernement, il est curieux de connaître les dispositions arrêtées au profit de l’agriculture. Des efforts à fournir pour des produits alimentaires de base, principalement le riz et le manioc.

En fait, la nature a fait qu’on soit capable de cultiver le riz, dans toutes ses variétés, sur toute l’étendue de la République. Des provinces comme l’Equateur, Kivu, Maniema, Bas-Congo, province Orientale… en produisaient en quantité suffisante afin de satisfaire la demande nationale. C’est ainsi que le fameux « riz Bumba » était l’une des variétés les plus prisées. Dans la province Orientale, la légende des « Batuta loso » (traduisez : ceux pilent le riz), est connue de nombreux Congolais. N’en parlons pas des provinces du Maniema et du grand Kivu qui ont toujours produit du riz de meilleure qualité. Il en est de même de la province du Bas-Congo, avec le riz de Mavunzi.

C’est pour dire qu’à l’image de la Thaïlande, du Vietnam, de la Malaisie, du Cambodge, de l’Indonésie, la République démocratique du Congo fait partie de ces pays producteurs de « l’or blanc ». Déjà, ces pays asiatiques qui inondent le monde entier de leur riz ont pris certaines dispositions pour gérer cette crise alimentaire. Dans un premier temps, ils ont décidé de geler leurs exportations en riz pour ne pas pénaliser leurs populations. Or, la RDC n’arrive plus à satisfaire la demande nationale, sa production incontrôlée se limite au niveau de la subsistance. A l’image de « l’or noir », le pétrole, la RDC qui importe en grande quantité le riz pour la consommation courante, paiera la grosse facture.

LA CHINE PLANTE LE RIZ EN AFRIQUE

Les calculs risquent d’être bousculés avec l’offensive chinoise dans ce domaine précis. Pour parer à toute éventualité, la Chine a décidé de venir en Afrique en vue de promouvoir la culture du riz. Au fait, ce n’est pas une première. En RDC, la Chine a déjà tenté des expériences positives. Elle a pris une part active à la création de « la ceinture verte » à Kinshasa avec les rizièries de N’Djili, Masina, Bumba, dans la province de l’Equateur, et nous en passons.

Aujourd’hui, pour faire face à cette crise alimentaire, la Chine entend disposer d’autres étendues de plantations de riz en Afrique de l’Ouest. La production ne sera pas exclusivement consacrée à la consommation en Afrique. Mais une bonne partie sera exportée en Chine pour soutenir la production locale dans ce pays.

Comme on peut le constater, à l’exemple du cuivre, du cobalt, du pétrole, du diamant, le riz, cet « or blanc » pourrait diviser le monde avec cette crise alimentaire qui pointe à l’horizon. Tous les pays s’organisent en connaissance de cause, sur base du riz, en vue de donner à l’agriculture toute son importance et toute sa dimension tant vers le plan économique qu’humanitaire. L’on assistera à une véritable ruée sur cet « or blanc » désormais objet de spéculation, comme c’est le cas maintenant avec le pétrole. Il y aura sûrement un « choc rizier » avec la flambée du prix sur le marché international.

Reste à savoir si avec la réunion de la Bad qui s’est ouverte hier mercredi à Maputo, au Mozambique, cet aspect du problème a été pris en compte. Car, après « l’or noir », « l’or vert », l’heure a sonné pour « l’or blanc ». Le Potentiel

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Riz : l’or blanc

Nouveau commentaire