LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

28 mars 2008

BDK: Majorité divisée, opposition divisée... Et l'affaire fait une victime dans l’Assemblée, Yves Kisombe bientôt chassé du Mlc!

assemblee_session_new2Pour la deuxième journée consécutive, les débats riches en intensité se sont poursuivis à l’Assemblée nationale, hier jeudi 27 mars 2008, sur les violences à répétition qui font des centaines de morts au Bas-Congo. Plusieurs intervenants se sont succédés à la tribune tantôt pour fustiger la propension du Gouvernement à toujours recourir à la force pour rétablir l’autorité de l’Etat, tantôt pour mettre en exergue la responsabilité de BDK dans la détérioration de la situation sécuritaire dans la province du Bas-Congo. Députés de la majorité et de l’opposition ont pris la parole.

Les uns ont soutenu la position du Gouvernement qui a décidé, au cours de sa réunion chargée d’histoire tenue la semaine passée à Matadi, d’interdire le fonctionnement de Bundu dia Kongo (BDK), et sollicité la levée des immunités parlementaires du député Ne Muanda Nsemi, Chef spirituel de ce mouvement politico-religieux. Les députés PPRD ont estimé que Ne Muanda Nsemi devait payer parce que auteur intellectuel des exactions commises par certains de ses adeptes. On a parlé de BDK comme un monstre juridique qui aurait violé son statut juridique.

Autrement dit, Ne Muanda Nsemi ne devrait plus avoir sa place au sein de l’Assemblée nationale. Ses adeptes ayant commis des actes de rébellion. Les députés PPRD ont justifié l’usage de la force. Quant aux frustrations accumulées par les Ne Kongo, la famille politique du Chef de l’Etat estime que toutes les provinces de la RDC ont connu des frustrations. Par conséquent, dit-on, les intellectuels du Bas-Congo n’avaient pas à trop revendiquer. On ajoute que les autorités judiciaires devraient se saisir de Ne Muanda Nsemi pour qu’il réponde de ses actes, pensées et paroles.

Le PPRD ne partage pas non plus l’idée d’une table ronde sur le Bas-Congo au motif qu’il n’y a pas crise dans cette province. La situation, a-t-on soutenu, est différente avec ce qui s’est passé au Kivu. Au Kivu, le PPRD affirme qu’il s’agit d’une guerre appuyée par des pays voisins. Il fallait négocier pour rétablir la paix. Au Bas-Congo, c’est, poursuit-on, une situation de maintien de l’ordre. Ainsi a déclaré le Député Kamoni agissant au nom et pour le compte du PPRD.

Les groupes parlementaires de l’opposition ont presque été unanimes pour mettre en garde contre la prise de fausses solutions. Au nombre desquelles, l’imposition de la paix sous le prétexte de la restauration de l’autorité de l’Etat, l’invalidation de Ne Muanda Nsemi, la dissolution de BDK et l’ignorance des frustrations chez les Ne Kongo. Thomas Luhaka, député du MLC, a prôné le dialogue, la tenue de la table ronde à laquelle tous les Ne Kongo qui comptent se retrouveraient. Et puis, la résolution des problèmes réels des populations.

Il reste que le chef spirituel de BDK se présente en Leader du Bas-Congo et porte-parole de tous les Ne Kongo. Les gens meurent pour lui et sont encore prêts à sacrifier leurs vies. Lui-même Ne Muanda Nsemi est prêt à mourir pour ses adeptes. Sa faiblesse, peut-être, c’est d’être en compétition avec quelques politiciens du Bas-Congo.

Dans certains états-majors politiques, on voudrait savoir comment la base, les originaires de la province présents dans les institutions ou les non originaires perçoivent-ils les revendications de BDK.

yves_kisombe_honorableYVES KISOMBE, YOU'RE OUT !!!

La décision aurait été prise par JP Bemba depuis Faro, au Portugal, où il s’est blotti, il y a environ une année. Un message intercepté hier, tard la nuit, laisse croire que la machine est déjà en marche. Yves Kisombe pourrait perdre à la fois, sa qualité de Cadre du Mlc et son mandat de Député National.

Il lui est reproché d’avoir trahi le Mlc dans l’affaire BDK et de soutenir, de ce fait, Kabila. Deux tendances se sont dégagées hier, au Palais du Peuple. Pour le PPRD Kamoni, Ne Muanda Nsemi doit être livré à la justice, BDK dissout et pas question de table ronde. Thomas Luhaka, du Mlc, met en garde contre ‘‘des fausses solutions’’.

Il s’agit d’une mesure venue d’en haut. Yves Kisombe va bientôt passer des moments durs. Le Chairman Jean-Pierre Bemba, depuis Faro, au Portugal, aurait, finalement, levé l’option de lui administrer une sérieuse correction. La machine, croit-on, est déjà en marche. Kisombe fils pourrait perdre à la fois, sa qualité de cadre du Mlc et son mandat de Député National. Il lui est reproché entre autres, d’avoir trahi les positions du Mlc dans l’affaire Bundu dia Kongo et de soutenir, de ce fait, Joseph Kabila.

Dans son intervention, Yves Kisombe réaffirmait, en effet, ses distances prises, depuis plusieurs années, vis-à-vis de BDK à cause de sa philosophie. « Le Bas-Congo ne sera jamais le Kosovo. Le Bas-Congo ne sera jamais le Timor Oriental, ni le Kurdistan Irakien », s’écriait-il. Ainsi que l’avait démontré Delly Sessanga, Yves Kisombe devrait s’assumer. Et que toutes les déclarations qu’il a faites n’engageaient que sa propre personne et non, le Mlc. La Prospérité

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur BDK: Majorité divisée, opposition divisée... Et l'affaire fait une victime dans l’Assemblée, Yves Kisombe bientôt chassé du Mlc!

  • YVES KISOMBE TRAITRE

    C'EST UN OPPORTUNISTE IL A TRAHI BEMBA POUR LES DOLLARS DE KANAMBE HYPOLITE COMME SON PERE KISOMBE

    Posté par Noah, 28 mars 2008 à 09:32 | | Répondre
Nouveau commentaire