LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

28 mars 2008

Quand la Fifa humilie la RDC... Ou plutôt...quand le gouvernement Kabila-Gizenga se moque des Congolais... ?

stade_martyrs_extLes sportifs congolais n’en croient pas leurs oreilles. Et pourtant, c’est la triste et dure réalité. Pendant deux ans, eux-mêmes et leurs stars (Lualua, Nonda, Mbala, Trésor Mputu, Matumona) de l’équipe nationale de football, engagée à la fois aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations et de la Coupe du monde de football, éditions 2010, vont revêtir le statut peu enviable d’apatrides. Car, dixit la Fifa, tous les « matches à domicile » des Léopards devraient se jouer sur un terrain neutre, à agréer au préalable par l’instance suprême du football mondial. La Fécofa va-t-elle jeter son dévolu sur Brazzaville, Luanda, Lusaka, Bujumbura, Kigali, Kampala, Bangui, Yaoundé, Libreville, Johannesburg, Bruxelles, Paris, Lisbonne, Pékin ou Dubai ? Que le terrain neutre se situe dans un pays voisin ou dans la lointaine Europe, une chose est certaine : la RDC sera la risée de la planète-football.

Un pays sans stade !

Tout ceci arrive parce que le grand Congo, 80 fois la Belgique et 4 fois la France en terme de superficie, ne possède aucun stade réglementaire. Celui des Martyrs, que l’on se plaisait à présenter comme le plus beau d’Afrique Centrale et l’un des plus grands d’Afrique en capacité d’accueil (80.000 places assises), était en fait en sursis depuis 2007.

Selon le constat de la Fédération Internationale de football, ce temple du football souffrait d’un grave déficit de maintenance au niveau de ses installations sanitaires (bouchées depuis des lustres), de ses sièges (presque tous vieux et cassés), de sa pelouse ( terrain bosselé et presque nu), de ses vestiaires (très sales), du service-boissons (bar et restaurant inexistants), de son centre de presse (promiscuité entre reporters sportifs et publics), etc. Plus grave, la sécurité des officiels et des athlètes étrangers était toujours sujette à caution, à cause du chauvinisme des supporters et du laxisme des agents de l’ordre. L’accueil des délégations sportives étrangères était aussi très mal assuré.

Aucun progrès notable n’ayant été enregistré depuis 2007, la RDC est sanctionnée sans pitié. Avec la suspension du stade des Martyrs, l’on se rend compte que le stade Kenya de Lubumbashi, qui continue à recevoir des compétitions internationales, ne répond pas aux normes de la Fifa. Bref, en RDC, aucune autre ville, en dehors de Kinshasa ne possède un stade de football digne de ce nom. C’est triste pour un pays de plus de 60 millions d’habitants, où l’exploitation du cuivre, du cobalt, du diamant, du zinc, du bois date du siècle dernier et a produit des Etats et individus scandaleusement riches de par le monde.

stade_martyrsOù partent les recettes du stade des Martyrs ?

La première question qui vient à l’esprit est de savoir ce que l’administration du stade des Martyrs, que chaque ministre des sports marque à la culotte, fait des recettes des matches, des activités religieuses, des spectacles de musique, des meetings des partis politiques, qui s’y déroulent régulièrement. En plus, des espaces de publicité sont vendus annuellement aux firmes des télécommunications, aux brasseries, aux concessionnaires d’automobiles, aux industries alimentaires, aux entreprises pétrolières autour et à l’intérieur du stade comme sur ses façades extérieures.

Tout cela représente suffisamment d’argent pour la maintenance de l’essentiel, à savoir le bloc sanitaire, les sièges, la pelouse, l’eau potable, l’électricité. Que la Fifa en soit arrivée à sanctionner tout un pays à cause du manque d’entretien du stade devrait interpeller le gouvernement, qui ne devrait pas laisser impunis tous ceux qui, ministres des sports et fonctionnaires qui font main basse sur les recettes du stade des Martyrs.

Beaucoup soupçonnent les ministres et les cabinets des Sports, qui persistent à travailler dans les locaux du stade des Martyrs, d’entretenir les réseaux maffieux qui pompent le gros des recettes que produit ce stade. Aussi, d’aucuns pensent que le responsable actuel du sport national, Willy Bakonga, aurait intérêt à s’installer dans le bâtiment de son ministère situé sur l’avenue Sendwe, derrière le stade Père Raphaël. Nous avons appris qu’il exige un fonds de réhabilitation de cet immeuble mis à sac il y a deux ans mais que sa non mobilisation serait liée à une histoire de « commissions ». Son éloignement du stade des Martyrs diminueront les soupçons de son implication, directe ou indirecte, dans la maffia qui laisse chaque jour le stade des Martyrs sans moyens d’autofinancement.

Et si la RDC déclarait forfait…

Des extrémistes pensent qu’au lieu de courir d’humiliation en humiliation à chaque match des Léopards à l’étranger, le gouvernement congolais ferait mieux de contraindre la Fédération Congolaise de Football à retirer carrément les Léopards des éliminatoires jumelées Can-Mundial 2010. Certes, la RDC serait frappée de lourdes amendes mais au moins, le trésor public pourrait faire l’économie des millions de dollars à affecter à la rémunération d’un entraîneur expatrié plus absent que présent au pays, aux primes et titres de voyager à payer à la floppée d’inconnus ramassés à l’étranger et présentés comme professionnels, aux budgets incontrôlables de préparation au pays comme à l’étranger, aux dépenses des matches amicaux en Europe puant l’escroquerie organisée, aux frais des missions des officiels de la Fécofa et du ministère des Sports ainsi que de leurs copains et copines, etc.

La trêve de deux ans devrait être mise à profit pour construire, en urgence, deux ou trois stades réglementaires en provinces, en attendant l’érection d’autres sur l’ensemble du pays. Le ministre des Sports, qui a organisé dernièrement les Etats généraux de ce secteur, devrait s’investir dans une réelle politique de réorganisation des clubs, des championnats nationaux, de détection des talents locaux et expatriés pour les Léopards, etc. Bref, la Rdc devrait marquer un temps d’arrêt pour repartir du bon pied. O.M/Le Phare

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Quand la Fifa humilie la RDC... Ou plutôt...quand le gouvernement Kabila-Gizenga se moque des Congolais... ?

Nouveau commentaire