LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

26 mars 2008

RDC: Kabila à Kinshasa après un séjour dans la région troublée du Bas-Congo

kabssLe président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, est revenu mardi à Kinshasa, après une visite de cinq jours au Bas-Congo, province de l'ouest marquée par des violences meurtrières, a-t-on appris de source officielle.

"Le président est rentré ce matin (mardi) à Kinshasa, où il a inauguré des travaux de réfection d'une route" dans un quartier du centre de la capitale, a-t-on appris auprès d'un conseiller du chef de l'Etat.

A Matadi, capitale du Bas-Congo, M. Kabila a présidé vendredi un conseil des ministres qui a décidé de l'interdiction du mouvement politico-religieux local Bundu dia Kongo (BDK), impliqué dans des violences meurtrières avec les forces de l'ordre.

Le conseil, qui a été presque entièrement consacré à la situation sécuritaire dans la province, a annoncé "le retrait de l'agrément accordé par le ministère des Affaires sociales à l'ASBL (Association sans but lucratif) BDK", notamment accusée par le pouvoir de réclamer "l'auto-détermination du peuple Kongo" et d'encourager les troubles.

Depuis fin février, les affrontements et la répression brutale de la police, qui a systématiquement détruit des lieux de réunion et de culte du BDK, ont fait une trentaine de morts dans la province, selon des sources officielles, mais plus d'une centaine selon des sources de l'ONU et de la société civile.

Groupe d'opposition religieux sécessionniste très implanté dans le Bas-Congo, le BDK prône la restauration de l'ex-royaume Kongo, qui s'étendait au XVe siècle sur l'actuel Bas-Congo, une partie de l'Angola, du Congo voisin et du Gabon.

La décision gouvernementale a été vivement critiquée par le député de l'opposition Ne Kongo (originaire du Bas-Congo) Jean-Claude Vuemba, qui a affirmé que "la manière forte" n'avait "jamais résolu" les problèmes et estimé qu'une "religion n'est jamais aussi forte que quand elle est dans la clandestinité".

De leur côté, des défenseurs des droits de l'Homme ont dénoncé une décision illégale du gouvernement. L'Asadho, une ONG locale basée au Katanga (sud-est), a notamment estimé qu'il revenait à la justice et non à l'exécutif de retirer l'agrément d'une ASBL, "même s'il s'agit du rétablissement de l'ordre public".

A Matadi, M. Kabila a notamment reçu les représentants de la société civile, des confessions religieuses et des opérateurs économiques, avant de se rendre à Boma, ville portuaire située à environ 40 km de Matadi.

Selon son entourage, le président voulait se rendre compte de l'état des routes, des besoins des populations. "Toutes les provinces ont des revendications urgentes, car toutes ont les mêmes problèmes d'accès à l'eau, à l'électricité, aux richesses. Nous travaillons, mais cela prend du temps dans un pays qu'il faut reconstruire", a souligné un proche du chef de l'Etat.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur RDC: Kabila à Kinshasa après un séjour dans la région troublée du Bas-Congo

Nouveau commentaire