LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

25 mars 2008

Les non-dits de l’interpellation avortée de Gizenga !

opposition_aguets Pourquoi la motion de Delly Sessanga n’a pas été lue en plénière ?

Pour quelle raison l’opposition ne soutient pas, à fond, Delly Sessanga dans sa démarche ? Qui voulait vraiment se débarrasser de Gizenga ? Que lui reproche-t-on, au juste ? Dans cette édition, l’intégralité de la motion d’interpellation du Premier ministre.

La décapitation et le démantèlement de Bundu dia Kongo –BDK- a momentanément éclipsé la polémique soulevée par la motion d’interpellation du Premier ministre, Antoine Gizenga, à l’Assemblée nationale dont le Député MLC Delly Sessanga s’est porté garant. La motion, on le sait ou on ne le sait pas, n’a pas été lue, samedi 15 mars, en plénière d’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale.

Officiellement parce que la motion avait été introduite pendant que les parlementaires poursuivaient leurs vacances. Même dans le motif évoqué par le Bureau, il y a à boire et à manger. L’odeur d’une affaire boutiquée est difficilement éliminable. Il y en a qui ne comprennent pas qu’un Delly Sessanga, juriste réputé, professeur de droit à l’UPC, président de la Commission PAJ de l’Assemblée nationale, ne se soit pas souvenu du Règlement intérieur de la chambre basse à la rédaction duquel il doit avoir participé.

Il y a eu une bonne dose de précipitation comme c’est souvent le cas dans pareilles circonstances. Qui plus, la réaction de Sessanga de revenir, la motion dans la gibecière, à sa famille politique a surpris plus d’un observateur. Le Député reconnaissait avoir agi sans consulter ses collègues de l’opposition. Une fois de plus, la démarche est faussée. Redoutait-il que son initiative ait moins de chance de susciter l’adhésion de sa famille politique ? Etait-ce une preuve qu’il ne serait plus en odeur de sainteté avec la direction du parti, après la tentative de création d’un courant dit des ‘‘réformateurs radicaux’’ au sein du MLC ?

Ou simplement parce que le coup venait de l’AMP ?

Des sources ont confié que l’opposition ne veut pas servir de dindon de la farce. C’est-à-dire, assumer une motion dont les commanditaires seraient des caciques de l’AMP. Ceux-là mêmes qui voudraient se débarrasser d’Antoine Gizenga pour occuper le poste combien juteux de Premier ministre. Plusieurs Députés du MLC estiment que si une motion contre Gizenga devrait être soumise au vote, la majorité la voterait sans tergiverser. L’AMP en tirerait le gros bénéfice, le divorce d’avec le PALU évité de justesse. L’opposition, elle, serait pointée du doigt d’avoir empêché le Patriarche de faire exécuter les fameux contrats chinois.

On dit aussi que les griefs formulés contre Antoine Gizenga n’épargnent pas le Chef de l’Etat, nonobstant le fait qu’il n’est pas responsable devant le Parlement. Néanmoins, c’est lui qui convoque et préside les Conseils des ministres où sont prises les grandes décisions sur la marche de la nation. Un déballage sur l’immobilisme du Gouvernement peut éclabousser tout le monde. La Prospérité
 

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 03:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Les non-dits de l’interpellation avortée de Gizenga !

Nouveau commentaire