LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

22 mars 2008

Jean-Pierre Bemba : "Je suis dans un exil forcé"

rdcongo_bembaL'opposant de République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba, qui vit à l'étranger depuis avril 2007, affirme être contraint à un "exil forcé" et dénonce l'installation d'une "dictature", un an après de sanglants affrontements post-électoraux à Kinshasa.

L'opposant de République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba, qui vit à l'étranger depuis avril 2007, affirme être contraint à un "exil forcé" et dénonce l'installation d'une "dictature", un an après de sanglants affrontements post-électoraux à Kinshasa.

Le chef du Mouvement de libération du Congo (MLC), élu sénateur après sa défaite face à Joseph Kabila à la présidentielle de 2006, a quitté la RDC pour le Portugal le 11 avril 2007, sous escorte de blindés de l'ONU, près de trois semaines après la défaite de sa garde rapprochée contre l'armée régulière.

Près d'un an après votre départ, initialement pour des soins, vous êtes toujours à l'étranger: envisagez-vous de rentrer?

Je suis dans un exil forcé. A défaut de m'éliminer physiquement, le pouvoir m'empêche de revenir. Il y a une volonté claire d'écarter le chef du plus important parti d'opposition du pays. En novembre 2007, le président du Sénat a adressé une lettre au Premier ministre en expliquant que les questions sécuritaires qui conditionnaient mon retour relevaient de 'la compétence exclusive' du gouvernement. Il demandait d'examiner 'favorablement' ma situation et de me 'permettre de rentrer'. Cette lettre est restée sans réponse. Il n'y a aucun dialogue avec le pouvoir. J'ai le sentiment que c'est une dictature qui s'installe.

Vous êtes toujours à la tête du MLC et sénateur. Comment vivez-vous cette situation?

Je prends le temps de la réflexion et je suis très attentivement ce qui se passe dans le pays. On a laissé les gens (au gouvernement) travailler: on voit bien le résultat. La grogne sociale est très forte et les problèmes sécuritaires ne sont pas réglés. Il y a des conflits dans l'est, et au Bas-Congo (ouest), la seule réponse du pouvoir à des mouvements de protestation est la répression. Pendant ce temps, on ne lutte pas contre l'impunité et la corruption et l'inflation est galopante.

Quelles seraient les conditions nécessaires à votre retour en RDC?

D'abord une garantie de ma sécurité physique. On a quand même déjà essayé deux fois de m'éliminer: en août (2006) en attaquant ma résidence alors que je recevais 14 ambassadeurs et en mars (2007), quand mes résidences ont été pillées et saccagées par la garde présidentielle. Mais surtout, cela dépend des conditions politiques: est-ce qu'il y a un espace pour que l'opposition puisse s'exprimer, non pas pour gérer mais pour faire son travail de contrôle et de critique?. Aujourd'hui, aucune de ces conditions n'est remplie. La Libre

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Jean-Pierre Bemba : "Je suis dans un exil forcé"

Nouveau commentaire