LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

10 mars 2008

RDCongo: calme à Matadi après un assaut meurtrier de la police contre le BDK

97515Le calme était revenu dimanche à Matadi au lendemain de l'assaut de la police contre le siège du mouvement d'opposition politico-religieux Bundu dia Kongo (BDK) qui a fait au moins deux morts dans cette ville de l'ouest de la République démocratique du Congo (RDC).

"Je me suis rendu à l'hôpital général. Il y a un bébé de deux ans à la morgue. J'ai aussi vu un membre de BDK mort dans leur siège qui est maintenant occupé par la police. Il y a aussi eu six blessés", a déclaré dimanche à l'AFP Jean-Marc Nzeyidio, maire de Matadi, capitale de la province du Bas-Congo.

"La situation est calme ce matin (dimanche). Les gens sortent, se rendent à l'église. Je veux dire aux habitants que la ville de Matadi n'est pas en guerre. La population doit vaquer librement à ses occupations", a-t-il ajouté.

De son côté, la Mission de l'ONU en RDC (Monuc) s'est déclarée "grandement préoccupée par les nouvelles violences", dans un communiqué.

"Ces affrontements dans le quartier Belvédère de Matadi ont coûté la vie à plusieurs personnes et causé des dégâts matériels importants", souligne la mission de l'ONU, qui dit "surveiller la situation de près" et "appelle toutes les parties au calme et à la retenue".

Selon des sources locales congolaises et des sources diplomatiques s'exprimant sous couvert d'anonymat, le bilan provisoire de cet assaut oscillerait entre quatre et six morts, et plusieurs blessés.

Le maire de Matadi, qui avait manifesté samedi son agacement de ne pas avoir été "informé" de l'opération de police dans sa ville, a toutefois souligné dimanche que les policiers avaient "rétabli l'ordre à la suite de nombreuses plaintes (d'habitants) et dérapages perpétrés par le BDK".

Il a notamment rappelé que la Midema, la minoterie de Matadi, avait "saisi l'inspecteur provincial de la police après un incident dans la nuit du 5 mars", où un véhicule de transport du personnel de cette société a été "arrêté et illégalement fouillé par des membres de BDK".

"Ces gens ne reconnaissent pas l'autorité de l'Etat et appellent à chasser les +non-originaires+ du Bas-Congo, ce qui est inacceptable", a-t-il affirmé, tout en regrettant les "dérapages" de certains agents de police.

Depuis le 28 février, des affrontements entre adeptes de BDK et policiers ont fait au moins 25 morts au Bas-Congo, selon un bilan officiel. Des sources onusiennes et de la société civile ont de leur côté estimé que le bilan pourrait être d'une centaine de morts.

Bundu dia Kongo ("Royaume du Kongo") est un groupe d'opposition religieux sécessionniste très implanté dans le Bas-Congo. Il prône la restauration de l'ex-royaume Kongo, qui comprenait l'actuel Bas-Congo, une partie de l'Angola, du Congo voisin et du Gabon.

Son chef spirituel, le député Ne Muanda Nsemi, a accusé début mars la police d'avoir bombardé des civils et réclamé une "table ronde" sur la situation dans sa province. Le BDK dénonce depuis un an des fraudes électorales et un partage non équitable des ressources de la région, la seule productrice de pétrole en RDC.

Fin janvier 2007, plus de cent personnes avaient été tuées dans des affrontements entre forces de l'ordre et adeptes de BDK, au lendemain d'élections sénatoriales très contestées.

Pour un observateur international, "même si le BDK multiplie les dérapages et les provocations, le fait que Kinshasa réponde par un usage visiblement disproportionné de la force ne va certainement pas aider à ramener la paix dans la région".

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 02:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur RDCongo: calme à Matadi après un assaut meurtrier de la police contre le BDK

  • ABSURDITE ET SOIF DU POUVOIR

    Comme beaucoup des assoiffés du pouvoir en Afrique, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale,le continent africain détient le records de coup de force pour s'emparer du pouvoir.Le jour où la population d'un pays sud saharien manifestera suite à un coup d'Etat, la lueur de ce peuple ouvrira le chemin de la démocratie.Le mouvement tribo-politico-réligieux BDK, s'il s'avère véridique, la version des faits relatés par le média ou autres modes de communications,soit, ce dernier expulse tous congolais non originaires de bas-congo, ce mode d'opération marque la fin de l'unité.Ce mouvement aura sur leur dos tous les congolais, et cette situation est plus drammatique que le pillage dont le congo est victime.Si cette information est fabriquée de toute pièce pour mettre ce mouvement hord jeu, BDK doit ouvrir une autre piste pour prendre en otage notre héritage,de toute les façons une enquête internationale peut être ouverte pour éclairer l'opinion nationale et internationale de ce massacre.S'il y a un patrimoine que Mobutu a laissé,c'est la libre circulation des congolais sur tout l'étendu du territoire congolais. Affaire à suivre...
    Fidèle EKEMBE

    Posté par Guido ekembe, 10 mars 2008 à 19:09 | | Répondre
Nouveau commentaire