LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

03 mars 2008

Paix au Bas-Congo: Bundu dia Kongo pose ses conditions !

97515D’abord une table ronde ouverte à toutes les tendances des Bakongo, ensuite la mise sur pied d’une politique de large union provinciale, et enfin, l’endossement par le Gouvernement central, des doléances des conférenciers. Ne Muanda Nsemi qui s’exprime ainsi est Député national et Chef spirituel de BDK.

La violence s’installe au Bas-Congo. Les gens meurent et vont certainement continuer à mourir. Il y règne une confusion telle que l’on ne sait plus qui fait quoi, qui est la victime et qui est le bourreau. Dans cette confusion, beaucoup d’informations circulent sur les tueries au Bas-Congo tantôt pour justifier, tantôt pour expliquer, tantôt pour flouer carrément l’opinion. Après les tueries ou affrontements, c’est selon, de vendredi 29 février dernier à Luozi, ayant fait, selon des sources hospitalières 7 morts et 11 blessés dans les rangs de la police et des adeptes de BDK, deux versions de faits se détruisent. Pour le Gouvernement, les policiers ont fait usage de leurs armes pour rétablir l’autorité de l’Etat. Laquelle était ou est mise à mal par les adeptes de Bundu dia Kongo. Ne Muanda Nsemi, lui, réfute toutes les accusations formulées contre son mouvement.

A propos des images de violence utilisées par le ministère de l’Intérieur comme pièce à conviction contre le BDK, Ne Muanda Nsemi déclare qu’il s’agit d’un montage avec des réalités qui se seraient passées au Kivu. Revenant sur les faits, il explique que les adeptes de Bundu dia Kongo priaient dans leur temple, il est arrivé qu’on leur envoie la police pour les attaquer et tirer. « Par légitime défense, les adeptes les affrontent, leur arrachent des armes, et au cours de la bagarre, il y a aussi des policiers qui meurent ».

La version du Gouvernement est soutenue par les églises catholique et protestante qui se trouvent en rivalité avec le mouvement à la fois philosophique, religieux et politique BDK. Naturellement, les catholiques et les protestants, qui tentent de conserver désespérément leur influence sur la population du Bas-Congo, ont de quoi s’inquiéter avec l’implantation et la montée en puissance du BDK. On le sent dans les pistes de sortie de crise que présentent les uns et les autres. Côté catholique, l’appel de Monseigneur Dizolele de Matadi au Gouvernement est sans équivoque : ‘‘Il faut que l’Etat fasse son devoir, celui de rétablir l’autorité et la paix partout. Il faut que les institutions qui sont là puissent fonctionner normalement.’’. En milieu de semaine dernière, l’Eglise du Christ au Congo –ECC- faisait publier un communiqué dans lequel elle invitait le Gouvernement à réprimer le BDK. Pourtant, les trois Evêques du Bas- Congo et Ne Muanda Nsemi avaient un ou deux jours plus tôt appelé au calme. Tous affichaient un semblant d’unité. En réalité, les divergences sont profondes.

BDK propose la tenue d’un dialogue.

En visite de travail à Matadi, le patron de la Monuc, Alan Doss, mettait en garde contre le recours à la violence qui, selon lui, aurait pour contre résultat l’aggravation de la situation au Bas-Congo. Côté pouvoir, des voix s’élèvent pour obtenir la levée des immunités et l’arrestation de l’Honorable Ne Muanda Nsemi. Vital Kamerhe, président de l’Assemblée nationale, avait dit, du haut de sa tribune, qu’il s’était, au lendemain des tueries provoquées par la contestation électorale, opposé à une demande en ce sens du PGR retraité Mukeba. D’autres proposent l’interdiction de BDK. On peut, néanmoins, dire tout juste deux ou trois choses. S’il est du devoir de tout Gouvernement de rétablir l’ordre, cela ne justifie pas qu’il faut toujours recourir à la force. La force, dans l’histoire récente du Congo, a montré ses limites. Si l’option d’interdire le BDK est privilégiée, il faudra alors commencer dès à présent à construire de nouveaux établissements pénitenciers pour y recevoir les milliers d’adeptes qui, on le voit, feront de la résistance. Institutionnaliser la répression dans une province qui a voté pour l’opposition serait un pari risqué pour le Chef de l’Etat. Le risque de radicalisation est grand. Les Belges, sous la colonisation, avaient arrêté, torturé et tué Simon Kimbangu, son mouvement a survécu.

Qui a intérêt à faire de Ne Muanda Nsemi un second martyr ?

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 14:03 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur Paix au Bas-Congo: Bundu dia Kongo pose ses conditions !

  • SOUTIEN AU BUNDU DIA KONGO

    Mbote à NE MUANDA NSEMI

    la peur du CHEF SPIRITUEL DU BUNDU DIA KONGO est une réalité dans le monde physique.

    le temps de la TRAITRISE est fini.
    le temps de la CORRUPTION est terminé
    le temps de l'ALIENATION SPIRITUELLE est terminé

    le temps de la JUSTICE est là.
    le temps de la VERITE SPIRITUELLE est là.
    le temps du BUNDU DIA KONGO est là.

    MBILA TATA NZAMBI'A MPUNGU KONGO KALUNGA MBUMBA LOWA MUANDA NSEMI
    YENGE KIENO
    INGETA

    NTUMUA MASSEE

    Posté par NTUMUA MASSEE, 04 mars 2008 à 15:44 | | Répondre
  • L' independance du Kongo-Central

    Mbote kieno bampangi ame dia Kongo Dia Ntotila !
    Je ne suis pas membre de BDK mais celà ne saurait tarder car je tiens mordicus à la devenir . Et je lance un appel solennel à tous les kongos d' adherer au BDK .Notre objectif premier est l' independance du Kongo Central auquel viendront se greffer le nord-ouest de l' Angola , le Cabinda , le sud du Congo-Brazza et le sud du Gabon afin d' exhumer le Kongo Dia Ntotila de nos ancêtre ! La RDC et les autres pays artificiels de la sous region sont des abherrations ! Ces etats fabriqués de toute pieces par les colonisateurs n' avaient qu' un seul objectif l' exploitation des richesses etc ... Mbuta Kasa Vubu voulait l' independance du Kongo-Central et le temps lui a donné raison . La RDC est une utopie , il ne se rélevera jamais bien au contraire il va continuer de sombrer . Soyons réalistes ; un kongo se sent plus proche de son frère d' Angola ou du Congo Brazza , que d' un ngala ou luba ; vrai ou faux ?
    Tous les kongos unissons nous menons cette lutte jusqu' au bout afin que triomphe la liberté des tous les kongos de la sous region . Vive le Kongo Dia Ntotila , vive Ne Muanda Nsemi , vive le Pasteur Ntumi , vive nos héros !

    Posté par Ntieti, 16 mars 2008 à 18:56 | | Répondre
  • Suivi du Rastaphilosophie

    Cette mouvement politico religieux Bundu dia Kongo qui ont subi les idées de Marcos Gave qui avaient inspirer Les noires Caribiens des réconnaitre leurs origenes Africa.

    Posté par Bob Marley, 04 novembre 2010 à 17:37 | | Répondre
  • Merry Christmas and Best Wishes for a Happy New Year! ! !

    Posté par Louis Vuitton Ou, 18 décembre 2010 à 02:19 | | Répondre
Nouveau commentaire