LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

30 décembre 2007

Avant et après les élections: Le pays de Kabila est toujours une République bananière...

<< La torture est toujours la marque de l'extrême faiblesse d'un pouvoir qui a peur ou qui est incapable d'affronter ses responsabilités >> Losako

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International appelle dans un rapport, le gouvernement de la République du Congo à enquêter sur les accusations de tortures et tueries portées à l'encontre des forces de sécurité gouvernementales. Amnesty concentre son attention sur les violences commises à Kinshasa en marge des élections de 2006, considérées comme les premiers scrutins libres et démocratiques en 41 ans dans l'ex-Zaïre. L'organisation, basée à Londres, pointe du doigt la Garde républicaine (GR) et la Direction des renseignements généraux et services spéciaux de la police (DRGS) pour des attaques menées contre des opposants du président Joseph Kabila. "De nombreuses personnes ont été ciblées par les forces de sécurité simplement parce qu'elles partagent la même origine ethnique que Jean-Pierre Bemba, le principal opposant politique de Kabila pendant ces élections", a déclaré Erwin van der Borght, responsable du programme Afrique d'Amnesty. "Nombre d'entre elles sont encore emprisonnées sans avoir été inculpées ni être passées en procès", a-t-il affirmé. Les chercheurs d'Amnesty ont aussi rapporté des cas de "torture et mauvais traitements" en prison, a-t-il indiqué, soulignant: "En conséquence de cela, le climat d'intimidation et de peur à Kinshasa s'est intensifié". Le rapport met également en cause la Garde républicaine pour des violations des droits de l'Homme lors des combats meurtriers de mars 2007, qui ont causé, selon Amnesty, la mort d'environ 600 personnes.

*** Pour la première fois dans l’histoire du Congo, les forces de sécurité de Kabila ont séquestré cette année plus d'une cinquantaine de journalistes, près de 60% de ces cas (assassinats, agressions, emprisonnements, menaces, censures et pressions diverses) et 163 cas d'attaques diverses contre les journalistes et contre les médias ont été enregistrés.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 11:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Avant et après les élections: Le pays de Kabila est toujours une République bananière...

Nouveau commentaire