LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

14 novembre 2007

Le pillage du patrimoine minier à Lubumbashi : Jusqu’à quand va-t-on narguer l’autorité provinciale ?

99794La Gécamines de triste mémoire était, jusqu’à une époque récente, un géant du portefeuille de la République. Mais aujourd’hui, sans ressources importantes pour des raisons évidentes.
De mémoire d’homme, personne ne peut prétendre avoir vécu une période où l’on a eu à regretter des vols spectaculaires de ses produits par des personnes sans foi ni loi. Mais que constatons-nous depuis la multiplicité d’entreprises opérant dans le secteur minier au Katanga ? Il ne se passe plus une seule semaine sans qu’on ait à dénoncer des sorties illégales des véhicules chargés des divers produits acquis frauduleusement.
Pas plus tard que la semaine dernière, un gros véhicule bourré des lingots de cuivre et des câbles de la Snel s’apprêtait à regagner la Zambie lorsqu’il a été intercepté par les services spécialisés de la police nationale qui l’avaient pris en filature depuis le lieu de chargement.
Informé de la situation, le gouverneur de province, Moise Katumbi va monter sur ses chevaux jusqu’à ordonner à ses collaborateurs de veiller sur le conducteur et tout l’équipage pour des raisons d’enquête.
Nous osons espérer que pour cette fois, le numéro 1 du Katanga va finir par arrêter un train des mesures efficaces qui ne laissent pas place aux marchandages de mauvais goût. Des voleurs qu’on arrête tous les trois ou quatre mois, et qui jurent de revenir le jour même de leur arrestation, c’est quand même trop oser.
Ici, qu’on nous comprenne bien, il ne s’agit pas de porosité de frontière. Ce sont des énergumènes qui narguent tout simplement le pouvoir comme le font les détourneurs des deniers publics. Qui n’hésitent pas d’empocher toute quantité possible et imaginable d’argent qui passerait entre leurs mains. Sûrs de trouver des complices dans les autres secteurs et grâce auxquels la facture devient moins salée.
Le gouvernement du Katanga est donc interpellé. Trop c’est trop, il faut prouver à l’opinion que le pouvoir n’est pas dans la rue. La Snel va continuer à pleurer jusqu’à quand ? Combien des procès va-t-il intenter et à quelle fin, si le pouvoir refuse de lui essuyer les larmes ?
A moins que l’on ne soit là que pour déplorer et attendre que la presse donne demain le nom du prochain voleur attrapé la main dans le sac.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 06:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le pillage du patrimoine minier à Lubumbashi : Jusqu’à quand va-t-on narguer l’autorité provinciale ?

Nouveau commentaire