LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

31 octobre 2007

Arche de Zoé: 16 Européens inculpés et sous mandat de dépôt au Tchad

zoeSeize Européens et deux Tchadiens, inculpés lundi soir dans l'est du Tchad pour avoir voulu emmener en France 103 enfants de la région, ont été placés mardi sous mandat de dépôt en attendant un éventuel transfèrement vers N'Djamena.

"Le juge (d'instruction) a été saisi et l'inculpation a été prononcée", a confirmé mardi le ministre tchadien de la Justice Albert Pahimi Padacké, précisant que les personnes poursuivies avaient été placées "sous mandat de dépôt".

Neuf Français - des membres de l'association française Arche de Zoé et trois journalistes - ont été inculpés à Abéché, principale ville de l'est du Tchad, d'"enlèvement de mineurs" et d'"escroquerie".

Les sept Espagnols de l'équipage de l'avion qui devait emmener les enfants en France, ainsi qu'un sous-préfet et un chef de quartier tchadiens, sont poursuivis pour "complicité".

Madrid a fait part de son "désaccord", estimant qu'il n'y "avait pas de preuves concluantes contre les Espagnols".

Par ailleurs, un pilote belge, qui a acheminé une partie des enfants à Abéché depuis la frontière tchado-soudanaise, est toujours en garde à vue depuis dimanche à N'Djamena.

Les 16 Européens inculpés étaient mardi après-midi au commissariat d'Abéché et une procédure en vue de leur transfèrement, probablement à N'Djamena, 700 km plus à l'ouest, est "en cours" mais pourrait prendre encore un ou deux jours, selon le procureur de la ville Ahmat Daoud.

Les personnes poursuivies, dont sept femmes (quatre hôtesses de l'air espagnoles, deux membres de l'association et une journaliste françaises) "encourent des peines de cinq à vingt ans de travaux forcés", a précisé le procureur.

La France a indiqué avoir saisi le président tchadien Idriss Deby Itno du cas des journalistes arrêtés, afin qu'il soit tenu compte de leur profession "dans les décisions qui seraient prises".

Les autorités françaises ont continué mardi de critiquer l'opération de l'Arche de Zoé, qui affirme avoir voulu "sauver" des "orphelins" du Darfour, région de l'ouest du Soudan frontalière du Tchad, en proie à une guerre civile.

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé qu'il avait mis en garde les autorités tchadiennes contre des "projets très généraux" de l'association, 48 heures avant les arrestations, tout en indiquant que le transfèrement des enfants vers l'aérodrome d'Abéché avait été découvert parce que leur convoi avait enfreint le couvre-feu en vigueur dans la région.

La France n'avait aucun moyen d'arrêter l'opération ni préventivement sur son territoire ni au Tchad, a assuré mardi de son côté la secrétaire d'Etat française aux Affaires étrangères, Rama Yade.

Les agences humanitaires continuent d'enquêter sur l'origine et le statut familial des enfants. Mais Eric Chevalier, conseiller spécial du chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, a affirmé que la majorité étaient "Tchadiens avec des parents tchadiens" et l'Unicef disait mardi ignorer s'ils "sont ou non orphelins et d'où ils viennent".

M. Kouchner de son côté a estimé que l'action humanitaire ne pouvait "agir sans règle", mais s'est montré réticent à s'exprimer sur l'affaire.

La France a annoncé que ses ressortissants impliqués répondraient "de leurs actes au Tchad", suscitant les protestations de l'opposition socialiste qui a réclamé qu'ils soient jugés sur le sol français.

Depuis jeudi, N'Djamena a accusé les responsables de l'opération d'"enlèvement" et "trafic" d'enfants, le président Deby se demandant même si ces derniers étaient destinés à des réseaux pédophiles ou à des trafics d'organes.

Mais de premières voix se sont élevées contre toute tentative de récupération politique de cette affaire par N'Djamena, alors que le déploiement d'une force européenne est attendu prochainement dans l'est du Tchad.

La justice française soupçonne l'Arche de Zoé d'avoir tenté de servir d'intermédiaire illégal dans le domaine de l'adoption et a ouvert la semaine dernière une information judiciaire.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Arche de Zoé: 16 Européens inculpés et sous mandat de dépôt au Tchad

Nouveau commentaire