LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

25 octobre 2007

Deux journalistes tabassés : Gizenga invité à chasser Sylvain Ngabu

ngabu_aiea_projetsEn ordonnant aux éléments commis à sa garde de tabasser à sang deux journalistes de Horizon 33, le ministre d’Etat Sylvain Ngabu s’est rendu coupable d’agression, coups et blessures ; d’incitation de la force publique à commettre un acte contraire à la loi ; d’utilisation abusive de la garde commise à sa sécurité eu égard à son rang ; de la violation du droit des journalistes à rechercher, à traiter et à diffuser en toute liberté et indépendance d’information. JED demande au Premier ministre de se désolidariser de Sylvain Ngabu.
C’est indigne de son rang. Le comportement que vient d’afficher le Ministre d’Etat Sylvain Ngabu, de surcroît en charge de l’Enseignement Supérieur et Universitaire à l’endroit de deux professionnels des médias, en l’occurrence Eustache Mamunanika et Didier Lofumbwa. Le premier est journaliste, le second est cameramen à Horizon 33, une chaîne de télévision privée appartenant à Charles Okoto, membre influent de l’AMP. Famille politique à laquelle appartient Sylvain Ngabu, lui-même membre du PALU. Son ‘‘Excellence’’ a tout simplement perdu son sang-froid dans une affaire pourtant banale. Au point d’ordonner à sa garde, composée de six éléments de la Police Nationale, de bastonner les deux confrères. La scène se passe le lundi 22 octobre 2007 dans son cabinet de travail. Sylvain Ngabu est confortablement installé dans son fauteuil. Pendant que les éléments commis à sa garde administrent des coups et blessures sur les journalistes, le ministre d’Etat trouve énormément du plaisir. La sale besogne accomplie, Sylvain Ngabu donnera l’ordre aux bourreaux de jeter dehors les infortunés journalistes, à sang, dont le principal tort était le fait d’avoir voulu chercher l’information à la source.
A en croire les informations recueillies par Journaliste En Danger (JED) et l’Observatoire des Médias Congolais (OMEC), les deux confrères étaient invités au Cabinet du Ministre d’Etat par son attaché de presse, M. Safari. Arrivés sur le lieu, Sylvain Ngabu leur a fait part de son indignation au sujet de la diffusion, au cours de l’émission « Vision et réalités », le dimanche 21 octobre 2007 à 18 heures, d’un élément contenant la version du ministre d’Etat à l’ESU et celle de l’ancien Recteur du «CIDEP- Université Ouverte », Dieudonné Kalindye sur l’affaire de la révocation de ce dernier par arrêté ministériel.
Le Ministre d’Etat leur a déclaré n’avoir pas apprécié le commentaire, qu’il a jugé partisan, du journaliste Eustache Mamunanika au sujet de cette révocation. Et pourtant, s’agissant d’un différend, il était du devoir du journaliste de présenter les deux sons de cloche, Code de déontologie et d’éthique du journaliste congolais oblige.
JED et OMEC protestent
Dans une lettre ouverte adressée au Premier Ministre, JED relève les faits répréhensibles dont s’est rendu coupable le Ministre Sylvain Ngabu. Notamment agression, coups et blessures ; in
citation de la force publique à commettre un acte contraire à la loi ; utilisation abusive de la garde commise à sa sécurité eu égard à son rang ; violation du droit des journalistes à rechercher, à traiter et à diffuser en toute liberté et indépendance d’information.
Ces faits, souligne JED, ne peuvent laisser indifférent ni la justice ni le chef du Gouvernement de ‘‘Yandi Ve’’.
Rappelant à Gizenga ses engagements pris lors de son investiture, devant l’Assemblée nationale, dont celui de mener une lutte sans merci contre l’impunité, JED prie le Premier Ministre de joindre la parole à l’acte. D’autant plus que les actes posés par le Ministre d’Etat à l’ESU jettent de l’opprobre sur le Gouvernement si jamais le Premier Ministre ne se désolidarisait d’avec Sylvain Ngabu.
‘‘Votre silence, dans ce cas précis, sera de trop et ne pourra qu’être considéré comme un soutien tacite à cette vision erronée du pouvoir et de la démocratie dans le chef du Ministre d’Etat Ngabu’’, conseille Donat M’Baya à Gizenga.
Quant à l’OMEC, ces voix de faites constituent une grave atteinte aux droits humains en général et à la liberté de la presse en particulier.
L’OMEC saisit l’occasion de cette énième bavure ministérielle sur des professionnels des médias pour condamner le caporalisme dans lequel certains décideurs voudraient enfermer la corporation journalistique.
Par conséquent, il invite les instances judiciaires du pays à ouvrir, sans délai, une enquête sur le feuilleton de violence contre les journalistes qui a eu pour théâtre le cabinet du Ministre d’Etat en charge de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, aux fins de sanctionner le donneur d’ordre ainsi que ses exécutants. C’est la manière, pense l’OMEC, de décourager tous ceux qui pensent devoir se faire justice face aux dérives, du reste non formellement prouvées, des professionnels des médias.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Deux journalistes tabassés : Gizenga invité à chasser Sylvain Ngabu

Nouveau commentaire