LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

04 septembre 2007

RDC–Rwanda : des questions sans réponses

assassins

Kinshasa et Kigali ont-ils franchi le Rubicon ? C’est la question que tous les observateurs se sont posés au terme de la visite de travail que vient d’effectuer à Kinshasa le ministre rwandais aux Affaires étrangères. Visite qui visait à restaurer le climat de confiance entre le Rwanda et la République démocratique du Congo. Mais à la seule condition de se mettre définitivement d’accord sur la neutralisation des rebelles rwandais et du général dissident Laurent Nkunda. Le communiqué final sanctionnant cette visite du ministre rwandais des Affaires étrangères relève que les discussions ont été laborieuses et des questions demeurent sans réponses. A moins que ce soit une énième diversion.

Les peuples congolais et rwandais doivent encore prendre leur mal en patience pour savoir si effectivement Kinshasa et Kigali ont franchi le Rubicon pour une solution définitive aux questions qui empoisonnent le climat entre les deux pays. Il s’agit particulièrement de la présence des FDLR en RDC et de l’insurrection de Nkunda qui bénéficierait du soutien de Kigali.

Il nous revient que des discussions ont été laborieuses, comme si les deux parties ne sont pas allées au fond des problèmes. Du déjà entendu avec l’institutionnalisation du « Mécanisme de concertation, de suivi et d’évaluation régulière de leurs engagements mutuels », en plus de la mise en place d’une « Commission conjointe de travail ». Des propositions qui figurent déjà dans l’Accord de Washington instituant la Tripartie Plus 1 et qui sont revenues chaque fois lors des réunions regroupant les pays concernés. Mais cela n’a pas permis de tempérer les ardeurs et d’entretenir la méfiance, jusqu’à ce jour.

Bien au contraire, Kigali avait proposé en lieu et place de ce mécanisme « des opérations militaires conjointes », une option militaire pendant que Kinshasa optait pour une solution politique afin de neutraliser les interahamwe.

Dans le communiqué final sanctionnant la visite du ministre rwandais à Kinshasa, le point 11 stipule : « Les deux parties s’engagent à tout mettre en œuvre pour que les ex-Far et Interahamwe désarment et rentrent au Rwanda ». S’agit-il d’un désarmement volontaire sans conditions comme cela laisse transparaître ? La question reste posée mais s’inscrit dans la logique de Kigali.

NKUNDA : UNE AFFAIRE CONGOLO-CONGOLAISE

Quant au second problème lié à Nkunda, Kigali nie tout soutien au général dissident. Dès le début des entretiens, la partie rwandaise avait laissé entendre que le phénomène Nkunda n’était que la conséquence de la présence des ex-Far Interahamwe en RDC. Et d’ajouter qu’il s’agit d’un « problème congolo-congolais ». Cependant, le Rwanda est disposé à jouer le médiateur « si tel est le vœu du gouvernement congolais et de Nkunda ». Serait-ce le schéma « ivoirien » avec la méditation du Burkina Faso de Blaise Compaoré ou une façon de rappeler à Kinshasa la démarche qui a conduit au « mixage » à la suite d’une démarche effectuée par les autorités congolaises et Nkunda, selon la version répandue jusqu’ici.

Apparemment, l’on n’est pas plus avancé dans cette recherche durable de la paix. Certes, les deux parties ont réaffirmé leur engagement et leur détermination à œuvrer pour une paix durable dans la région. Mais nulle part dans le communiqué final, il se dégage clairement une converge de vues sur les approches à adopter pour convaincre les observateurs. Secret d’Etat ? Bien plus, l’on n’a pas fait allusion à cette volonté de rouvrir les missions diplomatiques. Comme pour dire que les deux ministres des Affaires étrangères devront s’en remettre à leurs chefs d’Etat et gouvernements respectifs. Et que probablement, à l’étape de Kinshasa avec la visite qu’effectuera prochainement le ministre congolais des Affaires étrangères, l’on creusera davantage la réflexion. En attendant, il faut attendre pour prendre au mot chacune de deux parties à la lumière du communiqué final lu au terme de cette visite de travail de Charles Murigande à Kinshasa.

Communique conjoint

1. A l’invitation de Son Excellence M. Antipas Mbusa Nyamwisi, ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la RDC, Son Excellence M. Charles Murigande, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération de la République du Rwanda, a effectué une visite officielle à Kinshasa du 2 au 4 septembre 2007.

2. Son Excellence M. le ministre Charles Murigande conduisait une délégation composée de 4 hauts responsables du gouvernement Rwandais dont l’Ambassadeur Sezibera Richard, envoyé spécial du président de la République du Rwanda, Son Excellence Paul Kagame dans la région des Grands Lacs.

3. La délégation Congolaise, conduite par Son Excellence Antipas Mbusa Nyamwisi était composée de Son Excellence M. Chikez Diemu, ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, du Conseiller principal au Collège politique et diplomatique au cabinet du chef de l’Etat M. Marcellin Cishambo ainsi que de l’Ambassadeur itinérant du chef de l’Etat M. Séraphin Ngwej.

4. La séance d’ouverture des travaux a été rehaussée de la présence des Observateurs internationaux notamment:

- Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en RDC ;

- Le représentant spécial de l’Union africaine en RDC ; - L’envoyé spécial de l’Union européenne pour la Région des Grands Lacs ;

- Le chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en RDC ;

- L’envoyé spécial de la République d’Afrique du Sud pour la région des Grands Lacs.

5. Les deux délégations ont examiné des questions d’intérêt commun; notamment la situation qui prévaut à l’Est de la République démocratique du Congo. Après échange de vue, les deux parties se sont accordées sur la nécessité d’instituer un Mécanisme de concertation, de suivi et d’évaluation régulière de leurs engagements mutuels impliquant les ministres en charge des Affaires étrangères, de la Défense, les chefs d’Etat major généraux des Armées ainsi que les responsables des Services de renseignement.

6. Les deux parties ont convenu également de l’activation dans 48 heures du Mécanisme de vérification conjoint pour adresser leurs préoccupations respectives en matière de sécurité.

7. Les deux parties en appellent à la Monuc pour intensifier des opérations de surveillance de la frontière commune entre la République du Rwanda et la République démocratique du Congo en collaboration avec les Forces armées de deux pays.

8. S’agissant de la question de frontière, les deux parties ont convenu de mettre en place une Commission conjointe de travail chargée de la reconstitution des bornes frontières héritées de la Colonisation.

9. Concernant la question des réfugiés congolais vivant au Rwanda, les deux parties ont convenu de la mise en place d’une commission Tripartite RDC-Rwanda-HCR en vue de leur rapatriement.

10. Les deux parties ont convenu d’une approche commune engagée et concertée pour la résolution de la question des ex-FAR et Interahamwe vivant en RDC.

11. Les deux parties s’engagent à tout mettre en œuvre pour que les ex-Far et Interahamwe désarment et rentrent au Rwanda.

12. Les deux parties ont réitéré leurs engagements à respecter les principes affirmés dans le Pacte sur la paix, la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs spécialement en son article 5 qui stipule que Tout Etat membre au Pacte doit : « s’abstenir d’envoyer ou de soutenir les oppositions armées ou des groupes armés ou rebelles sur le territoire d’un autre Etat membre ou de tolérer sur le territoire les groupes armés ou rebelles engagés dans des conflits armés ou impliqués dans des actes de violence ou de subversion entre le Gouvernement d’un autre Etat.

13. Les deux parties ont convenu que la résolution de la question des ex-Far et Interahamwe ainsi que celle des réfugiés congolais vivant au Rwanda relève exclusivement de la compétence des Etats et non des individus.

14. La séance de travail s’est déroulée dans un climat empreint de cordialité et de compréhension mutuelle.

15. Enfin, la délégation de la République du Rwanda a remercié le gouvernement Congolais pour son accueil chaleureux et son hospitalité.

Fait à Kinshasa, le 03 septembre 2007.

Pour la Partie Congolaise

Antipas Mbusa Nyamwisi

ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères et de la Coopération internationale

Pour la partie Rwandaise

Charles Murigande ministre des Affaires étrangères et de la Coopération

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 13:35 - Permalien [#]