LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

29 août 2007

A-t-on attendu que chairman perde son aura politique et son potentiel militaire pour le contre-attaquer devant la justice

La déclaration fracassante de François Bozizé sur Jean-Pierre Bemba aurait-elle un lien direct avec une probabbemba_finle remise en marche imminente de la machine judiciaire de la Cour Pénale Internationale contre celui qui n’est plus que vice-président honoraire de la République et sénateur en « exil » non déclaré ?

A-t-on attendu que l’homme fort du MLC perde son aura politique et son potentiel militaire pour le contre-attaquer devant une justice internationale qui a déjà défait plusieurs chefs rebelles en Afrique ?

Bref, au moment où Bangui et Kinshasa se préparent à file le parfait amour, les affaires risquent d’aller très mal pour le can­didat malheureux au second tour de l’élection présiden­tielle en RDC.

Joseph Kabila intransigeant

Si côté marteau, il y a la CPI ; coté enclume, le Parquet Général de la Ré­publique Démocratique du Congo maintient, la pres­sion sur Jean-Pierre Bem­ba, dont le retour au pays est impatiemment attendu afin qu’il puisse répondre des événements du 22 au 23 mars 2007 à Kinshasa, à savoir la « rébellion » de la garde rapprochée con­tre l’armée régulière, les tueries, les pillages des commerces et unités de production, le sabotage des infrastructures et bâtiments publics comme privés.

In­terrogé plus d’une fois sur l’hypothèse d’un règlement politique de ce dossier, le président Joseph Kabila à toujours soutenu que Jean-Pierre Bemba, qui ne joui­rait d’aucun statut spécial, devrait être jugé comme le commun des Congolais, conformément à la procé­dure en la matière. Fidèle à son credo relatif à la « fin de la récréation », il ne ma­nifeste aucun état d’âme face au sort qui attendrait son ancien équipier au sein de l’espace présidentiel en période de transition.

Au lendemain de la fête du 30 juin 2007, l’on a parlé de la mission de bons offices de Louis Michel, Commissaire Européen chargé des Affaires Humanitaires, auprès du président congolais. Mais, manifes­tement, il  doit avoir  dans sa tentative d’obtenir le retour sans condition, au pays, de Jean-Pierre Bem­ba et la cessation des poursuites judiciaires contre sa personne.

Flairant visiblement le danger que représente l’action du Parquet Géné­ral de la République, Jean-Pierre Bemba multiplie les prolongations de son séjour médical au Portugal, où il séjourne depuis le mois de mai. Le dernier bail en date court jusqu’au 15 sep­tembre, date annoncée pour l’ouverture de la ses­sion ordinaire du Sénat et partant du compteur devant enregistrer les présences et absences des membres de cette institution.

Bien que l’opinion spécule autour de la menace d’invalidation de Jean-Pierre Bemba, un membre du bureau de la chambre haute du Parle­ment, Lola Kisanga pour ne pas le citer, a fait baisser la tension en signalant que ‘le président du MLC avait la la­titude de solliciter et obtenir une nouvelle prolongation de son séjour médical au Portugal. Ce qui, naturelle­ment, retarderait l’échéance de sa mise en accusation par le Parquet Général de la République.

Qu’à cela ne tienne, la demande de levée de son immunité parlementaire, telle que formulée en son temps par le Parquet Géné­ral de la République au Bureau du Sénat, est toujours d’actualité, plaçant ainsi le président du Mlc dans une situation délicate. Entre l’enclume de Kinshasa et le marteau de Bangui, il n’y a pas de choix. C’est là tout le drame.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur A-t-on attendu que chairman perde son aura politique et son potentiel militaire pour le contre-attaquer devant la justice

Nouveau commentaire