LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

28 août 2007


HEWA BORA LA MOINS PIRE DES COMPAGNIES AÉRIENNES CONGOLAISES

DES BOEING A 1 MILLION DE DOLLARS PIÈCE, VIEUX D’UNE TRENTAINE D’ANNÉES, ALORS QU’UN APPAREIL NEUF DE MÊME TYPE COÛTE 50 MILLIONS DE DOLLARS ... VOLENT SUR NOS TÊTES !

Il y a quelques années, le ciel congolais avait fait école en matière de sécurité aérienne. Aussi, la compagnie nationale d’aviation civile sous son ancien label, Air- Congo, avait-elle utilisé pendant de longues années des avions de type Boeing, sans connaître un moindre crash. La performance a été attribuée au doigté des pilotes congolais haut de gamme de l’époque. De même les exigences de sécurité étaient scrupuleusement respectées.

Il a fallu que cette race d’avion disparaisse et que le ciel congolais soit envahi par des Antonov pour que les catastrophes déferlent sur le pays. Le plus rocambolesque, et sans doute le plus meurtrier, est celui qui a semé la mort dans l’ex-marché Type K. A l’époque, un Antonov était en cause. Depuis ce genre d’accidents ont décuplé. Le plus récent est celui qui vient de se produire à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Un avion d’Agefreco, une compagnie basée à Goma, a échoué son décollage sur la piste. Il a, en effet, raté son envol, quelques minutes seulement après qu’il ait fait le taxi au sol.
Deux raisons majeures auraient été à la base de cet énième accident survenu dans l’espace de quelques jours, après celui de Kakenge, à 70 Km de Mweka, au Kasaï Occidental. Il y a eu, certes, des problèmes techniques. Mais également les conséquences dues à la surcharge. L’on rapporte que cet avion transportait à son bord un lot considérable des matières précieuses.
Le coltan et la cassitérite sont signalés dans cet embarquement somme toute suspect. 12 morts, c’est trop !

Et chaque fois qu’un accident pareil est enregistré, c’est à peine si on s’interroge sur les causes à son origine. Car, les personnes censées concernées par cette question se contentent du constat et tout s’arrête. La spirale d’interrogations revient lors du prochain crash. La vie des victimes congolaises de ces drames à répétion est-elle dénuée de sens au point où le gouvernement et l’administration en charge de l’aviation civile laissent faire les compagnies qui exploitent ces cercueils volants ?

Si tel n’est pas le cas, des mesures appropriées auraient pu être prises. Car dans un laps de temps relativement court, plusieurs points de territoire national, notamment Kisangani et Bukavu viennent d’être frappés par ce fléau. Tout date de l’époque où les autorisations d’exploitation ont été décernées sans discernement et sans s’intéresser aux normes techniques de navigabilité. Il y a lieu de marquer une pause et de remettre en cause les fausses certitudes d’hier. La navigation aérienne exige la sécurité en toute chose, c’est ainsi les Boeing DC 10 ont dû être immobilisés pendant longtemps avant l’arrêt total. Il en est de même de l’abandon de Concorde, l’avion supersonique franco- britannique. Il a fallu pour cela que quelques accidents soient connus.

Faudra-t-il absolument d’autres victimes pour que l’on examine la finalité des cercueils volants qui hantent le ciel congolais ?

Cette question mérite une réponse immédiate dans la mesure où le ciel congolais est envahi par des cercueils volants pilotés par un personnel naviguant aux capacités douteuses ( Ukrainiens, Russes etc...). Mais, devant le gain du lucre, toute mesure de sécurité est banalisée, mettant en péril des vies humaines.

La catastrophe a tendance à se généraliser. Il faut la stopper, vite. Sans une politique de prévention, ce sera un combat perdu d’avance.

BRAVO SUICIDE AIRLINES CONGO !

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur HEWA BORA LA MOINS PIRE DES COMPAGNIES AÉRIENNES

Nouveau commentaire