LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

16 août 2007

Rétrocession des 40% : Moïse Katumbi dit non à Gizenga !

Moise_gouv_katangaLe gouverneur du Katanga de retour à Lubumbashi, a promis, contrairement à l’option levée par le gouvernement, de retenir les 40% de ses recettes à la source dès le mois de septembre.

48 heures après la reprise des concertations entre les institutions provinciales et le gouvernement central, le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, vient de dire tout haut ce que les autres gouverneurs pensent tout bas.

En effet, au cours d’un point de presse tenu hier avec les confrères du Katanga, le gouverneur a pris position en s’opposant à la proposition du gouvernement central.

Revenant de Kinshasa où les gouverneurs de province et les présidents des assemblées provinciales ont débattu la question de la rétention des 40 % des recettes générées en province, Moïse Katumbi a lâché : « On est allé à Kinshasa, mais la réunion a été reportée pour une date ultérieure. J’ai laissé mes ministres travailler à Kinshasa. Ils sont là pour prendre des contacts avec le gouvernement central ». Ce, avant d’ajouter que ce report a été décidé par le Président de la République.

Concernant la retenue des 40% des recettes, il a déclaré : « Moi, je suis allé à Kinshasa, c’était pour réclamer les 40%. Parce que les Katangais ont beaucoup souffert. La Constitution dit qu’on doit retirer à la source les 40%. Peut-être qu’il y a une deuxième Constitution en République démocratique du Congo, là je peux accepter. Et moi, je veux retenir le premier, cela, dès le mois de septembre ». Et de marteler : « les gens doivent respecter leur signature, c’est très important ». Le bras de fer entre le gouvernement de la République et les institutions provinciales est désormais engagé.

Ce qu’a été la réunion avec le ministre du Budget

Le ministre du Budget, Adolphe Muzito, s’est entretenu lundi dernier avec une délégation composée des gouverneurs de province et des présidents des assemblées provinciales. La rencontre consacrée à l’harmonisation des vues pour l’élaboration des prévisions budgétaires 2008, a abordé aussi le point relatif à la rétrocession des 40% des recettes générales au profit des provinces où elles ont été réalisées, par un système de retenue à la source tel que prévu par la Constitution de la IIIème République.

Dans son compte rendu, le porte-parole du collectif des présidents des Assemblées provinciales, François Kimasi, président de l’Assemblée provinciale du Bas-Congo, a déclaré : « On a parlé évidemment des 40%.

Et le point de vue du gouvernement est que les 40% ne sont pas discutables parce que c’est constitutionnel. Donc, le principe est accepté mais vu le chevauchement entre deux lois, l’ancienne et la nouvelle, il s’entend que beaucoup de réflexions doivent avoir lieu avant d’exécuter les 40%. Le ministre nous invite le 20 août pour matérialiser dans une discussion technique l’application de ces 40% ».

Dysfonctionnement dans le prélèvement des taxes

Il est vrai aujourd’hui que seules, trois provinces contribuent à plus de 80% au budget national. Il s’agit du Bas-­Congo en raison de 38% de Kinshasa 33% et du Katanga 19%. Les autres notamment le Bandundu, l’Equateur et le Maniema sont alignées parmi « les provinces pauvres très endettées ».

Cependant, il existe un certain dysfonctionnement dans les recettes réalisées au niveau des provinces. Kinshasa s’accapare des recettes pétrolières du Bas-­Congo et du diamant des deux Kasaï. Le Bas-Congo, à son tour, prélève les taxes sur les marchandises importées des autres provinces. Il faut que le gouvernement s’y penche pour rétablir chaque province dans ses droits.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 09:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Rétrocession des 40% : Moïse Katumbi dit non à Gizenga !

Nouveau commentaire