LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

07 août 2007

ADIEU Samba Kaputo... Une succession difficile !

obseque_samba

Le décès du Professeur Samba Kaputo, feu Conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité, annonce des bousculades au sein de la famille politique présidentielle. Tant le poste est d’une importance stratégique que l’homme qui l’occupait a su s’imposer et se faire apprécier. Sa succession n’est pas chose facile. Il faudrait un « oiseau rare » de sa trempe au regard des défis à relever.

Le Professeur Samba Kaputo, décédé le mercredi 1er août 2007 en Afrique du sud, a été inhumé hier lundi 6 août. Du coup se pose la question de succession à un poste qui suscite tant de convoites, mais exige des valeurs pour assumer les fonctions de Conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité.

Il s’agit d’un poste stratégique d’une importante capitale au regard de l’étendue de ses rayons d’actions. Car, ce poste embrasse tous les secteurs de la vie nationale d’autant plus que le concept « Sécurité » est entendu sous son sens le plus large du terme. D’aucuns parleraient même du « cerveau » au sommet de l’Etat dans la mesure où c’est delà que s’élaborent souvent toutes les stratégies nationales en vue d’assurer la stabilité politique, la sécurité des biens et des personnes et le mieux-être social de la population.

A ce poste, le Professeur Samba Kaputo a su se distinguer et se faire apprécier tant par ses collègues de la même famille politique du chef de l’Etat que par ses adversaires politiques. Les derniers témoignages en sont une illustration parfaite.

Samba Kaputo a eu plusieurs casquettes. Homme politique, il a accusé d’un parcours politique admirable. Déjà à l’époque de Mobutu, il a occupé des postes importants dans le gouvernement et la Territoriale. L’expérience politique accumulée a permis lors du Dialogue inter-congolais, qu’il ait fait partie du groupe de contact de l’’ex-composante gouvernement. Et lorsque la situation devenait inextricable à Sun City, à la suite du comportement radical des « faucons », c’est au Professeur Samba Kaputo qu’on recourait pour décanter la situation.

Intellectuel, il préférait le débat d’idées pour soutenir les thèses du camp présidentiel. Il y est souvent parvenu106369 en élevant le niveau du débat national. Fin négociateur, à plusieurs reprises, il a su faire avancer les négociations pour éviter l’impasse politique.

LA GUERRE DES « CLANS »

Il faudra maintenant se tourner vers la réalité pour penser à la succession de Samba Kaputo. Une succession qui s’annonce difficile pour des raisons que nous venons d’évoquer ci-dessus.

Raison pour laquelle, dit-on, même élu député national, Samba Kaputo est demeuré à son poste, le chef de l’Etat n’ayant pas encore trouvé un digne remplaçant. A ce stade déjà, on ne peut nier l’évidence « ressources humaines », l’un des problèmes cruciaux qui se posent au sein des formations politiques. La succession de Samba Kaputo se butera inévitablement à cette réalité incontestable.

En attendant, l’on craint que sa succession soulève la « guerre des clans ». Certainement que le chef de l’Etat n’échappera pas une réelle pression pour autant qu’autour de lui gravitent plusieurs sensibilités tant politiques que régionales. Il y a ce « phénomène de katanganisation » dont plusieurs milieux font déjà écho et qui risque de chercher à s’imposer. C’est-à-dire, que ce poste revienne à un du Katanga . Or, Samba Kaputo a également grandi à l’Est, au Kivu précisément. Les originaires de cette contrée pourraient revendiquer le même poste.

Mais il y a également ceux qui continuent à souligner l’importance du poste qui doit absolument revenir à quelqu’un de bonne moralité, intègre, compétent, nationaliste et surtout éprouvé. Sur ce point, on conseille au chef de l’Etat de tenir compte de toutes ses valeurs pour porter un choix judicieux au regard de ses responsabilités en tant que garant de la Nation. Mais surtout compte tenu des défis à relever dans cette étape de la stabilité des institutions nationales et de la reconstruction nationale.

Il lui faudra tout faire pour éviter d’entretenir justement cette « guerre des clans » qui aurait été déjà déclenchée et qui pourrait lui être préjudiciable. Aussi, dans cet élan d’ouverture, qu’il porte son regard plus loin. Car effectivement, la succession de Samba Kaputo s’annonce bel et bien difficile. Qu’on ne se leurre pas.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur ADIEU Samba Kaputo... Une succession difficile !

  • que son ame repose en paix

    mon prof,HI.PO.CO.QUE SON AME REPOSE EN PAIX,c'est la vie,car il ya un temps pour tout chose.

    Posté par annie, 16 mai 2011 à 23:21 | | Répondre
  • la serie

    le general kisempia, il vient de quitter kinshasa parceque son patron l'assasin kanambe alias draquila le vanpire voulait l'egorger et celui- ci
    ayant été alerter et sa destination pour l'instant
    est ...............

    RD CONGO DANGER DE MORT

    Posté par congo vision, 08 août 2007 à 17:09 | | Répondre
Nouveau commentaire