LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

18 juin 2007

Au Sénat, Kengo convoque une session extraordinaire : Deux ministres en charge de la sécurité seront interpellés

99359Le Président du Sénat, l’Honorable Léon Kengo wa Dondo a annoncé la convocation pour cette semaine la session extraordinaire de la Chambre Haute du Parlement. Il avait fait cette déclaration au cours de la plénière, du vendredi 15 juin 2007, alors qu’il procédait à la clôture de la session ordinaire qui se tenait depuis le mois de mars 2007.
Pour rappel, la séance plénière, du vendredi 15 juin dernier, avait à son ordre du jour trois points, à savoir Adoption de l’ordre du jour, examen et adoption des procès verbaux n°002, 003, 004, 005, 006 et 007 des séances plénières des 21, 23, 26, 28 mai, ainsi que du 02 et 08 juin 2007 et la clôture de la session ordinaire de mars 2007.
Après adoption du premier point, la plénière a adopté après amendement le deuxième point.
Avant d’aborder le troisième point, le Sénateur Amuli a demandé la parole pour lire une motion. Celle-ci, avait comme objet principal l’insécurité récurrente à l’Est de la République Démocratique du Congo et dans une partie de la province orientale en particulier. Pour votre mémoire, les troupes rwandaises tuent à longueur de journées les compatriotes congolais dans les Kivus. Dans le Bas-Uele, province Orientale, les Mbororo chassent et tuent les congolais sur leur terre, et d’autres groupes rebelles traquent sérieusement la population dans cette partie de la RDC.
Pour cette situation meurtrière, les signataires de la motion veulent interpeller le ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants et son collègue de l’Intérieur, Décentralisation et Sécurité.
Usant de sa sagesse, Kengo wa Dondo a tenu à ce que la démarche soit bien définie. Il fallait bien la structurer. Il est question de préciser s’il s’agit d’une question orale, ou d’une question d’actualité ou une mission d’information du fait que la motion demandait une mission d’enquête afin de voir clair dans ce qui se passe à l’Est du pays.
A ce propos, deux tendances se sont dégagées. Certains Honorables Sénateurs ont soutenu à cette plénière la thèse selon laquelle, il faut d’abord entendre les ministres avant de diligenter une mission d’enquête. Tandis que les autres Sénateurs ont appuyé l’idée selon laquelle, il faut descendre sur le terrain et avoir les éléments qui permettront de confronter les ministres concernés.
Devant la gravité du problème, les Sénateurs ont mesuré l’ampleur de l’insécurité et de leur mission auprès de la population. Après un débat houleux sur la question de sécurité qui dure depuis de nombreuses années déjà, une question a pu être posée.
Pourquoi les ministres sont-ils incapables de trouver une solution à ce qui se passe à l’Est ?
Les Honorables qui ont tenté de répondre à cette question, n’ont pas gardé leur langue en poche. Ils ont déclaré du haut de la tribune que ceux qui tirent les ficelles et les complices sont, ici, dans la salle des conférences internationales du palais du peuple et à Kinshasa. Et, l’Est de la RDC est simplement un ventre mou.
C’est ainsi que des chocs des idées des sages ont jailli la lumière.
De Boboliko Lokonga à Tshimbombo Mukuna en passant par Venant Tshipasa et le Sénateur Kapaya les idées se sont convergées pour que la solution durable et définitive, du moins pour ce cas, soit trouvée. Ils ont souhaité que les originaires puissent parler à huis clos. « Nous sommes de législateurs et aussi des contrôleurs, nous sommes capables, rien qu’en écoutant, faire tomber ce gouvernement, s’il n’a rien fait pour sécuriser ces populations victimes des représailles de la part des forces négatives » a soutenu le Sénateur André Boboliko Lokonga.
C’est ici que le Président du Sénat Léon Kengo wa Dondo est arrivé à conclure avec l’approbation de la plénière qu’il faut entendre les ministres du Gouvernement en même temps diligenter une mission d’enquête à l’Est.
Cette mission sera confiée cette semaine à la commission sécurité avec les frontières pour établir les termes de référence en attendant que les signataires puissent structurer la question d’actualité. On n’est pas loin de la rigueur.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 00:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Au Sénat, Kengo convoque une session extraordinaire : Deux ministres en charge de la sécurité seront interpellés

Nouveau commentaire